Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint

Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Commencement# de l'Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m'abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint. » (Mc 1, 1-8)

L'arrivée du Seigneur

J'avoue que le Verbe s'est manifesté à moi aussi, et à plusieurs reprises. Souvent il est entré en moi, mais pourtant jamais je n'ai senti cette entrée. J'ai senti qu'il était là, je m'en souviens ; et j'ai même pu pressentir une fois ou l'autre son arrivée, mais non pas la sentir, pas plus que son départ. D'où venait-il, où repartait-il en quittant mon âme, par où est-il passé pour entrer ou sortir, j'avoue que je l'ignore encore, comme il est écrit : « Tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va » (Jn 3, 8).

Assurément, il n'est pas entré par mes yeux, car il n'a pas de couleur ; ni par mes oreilles, car il ne fait pas de bruit ; ni par le nez, car ce n'est pas à l'air qu'il se mêle, mais à l'esprit… Par où est-il donc entré ? Comment ai-je su qu'il était là ? Le Verbe est vivant et efficace (Hb 4, 12) ; sitôt entré, il a réveillé mon âme somnolente ; il a remué, adouci et blessé mon cœur qui était dur comme pierre et maladif. Il s'est mis aussi à arracher, à détruire, à construire et à planter, à irriguer un sol desséché, à illuminer des régions ténébreuses, à forcer des cachettes, à enflammer des parties gelées ; il a aussi redressé des voies tortueuses et aplani des chemins défoncés, si bien que mon âme a béni le Seigneur, et que tout en moi a chanté son saint nom. Oui, c'est au mouvement de mon cœur que j'ai compris que le Verbe était là.


St Bernard de Clairvaux

(Traduction inédite de Max de Longchamp pour Magnificat.)

Consulté par les princes et les papes, saint Bernard († 1153), moine de Cîteaux, a fait rayonner, au XIIe siècle, l'ordre cistercien dans toute l'Europe. / Sermon 74 sur le Cantique des Cantiques Traduction inédite de Max de Longchamp pour Magnificat


Téléchargez gratuitement l'Application Magnificat sur votre smartphone ou tablette et priez chaque jour avec Magnificat (le premier mois est gratuit) en cliquant ici.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader