« Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans une nuée »

« Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans une nuée »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche. Alors, ceux qui seront en Judée, qu'ils s'enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l'intérieur de la ville, qu'ils s'en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu'ils ne rentrent pas en ville, car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l'Écriture. Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu'à ce que leur temps soit accompli. Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l'attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
« Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. » (Lc 21, 20-28)

Ton Évangile est trop fort pour moi

[Face à cette page d'Évangile difficile, Marion Muller-Colard avoue, dans un langage poétique, sa petitesse tout en ne cessant de chercher refuge dans la Parole.]


Par moments, Seigneur, ton Évangile est trop fort 

  pour moi

Comment soutenir à chaque instant ce face-à-face

            avec l'Éternité ?

Alors je baisse les yeux et je défais jusqu'au socle

            de ma vie

jusqu'à la rendre inconsistante.

Je me repose sur cette inconsistance,

je me confonds dans la lassitude de l'Ecclésiaste

tout cela n'est-il pas vain comme la poursuite du vent

Et je laisse le vent filer, complaisante en ma petitesse

tapie devant ton immensité.

Soudain tu m'offres ce repos que je voulais

            te dérober

tu le fécondes de ta présence que ma fatigue

            aura laissé grandir

tu m'offres ce repos pour un instant seulement

mais pour l'instant qu'il faut

car l'ouvrage défait il faudra le refaire.

Alors de l'Évangile je tiens encore le fil

et ma fatigue en éprouve avec labeur et joie

la force et la solidité

la vérité parfois trop vraie pour moi

la force et la vérité justes.


Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard est écrivain et théologienne protestante. / Éclats d'Évangile, Paris, Bayard / Labord et Fides, 2017, p. 55-56.


Téléchargez gratuitement l'Application Magnificat sur votre smartphone ou tablette et priez chaque jour avec Magnificat (le premier mois est gratuit) en cliquant ici.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader