"Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même" (Lc 13, 1-9)

"Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même" (Lc 13, 1-9)

Chant final: "J'ai tout remis entre tes mains" par Patrick Richard

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour,
des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens
que Pilate avait fait massacrer,
mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit :
« Pensez-vous que ces Galiléens
étaient de plus grands pécheurs
que tous les autres Galiléens,
pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout !
Mais si vous ne vous convertissez pas,
vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes
tuées par la chute de la tour de Siloé,
pensez-vous qu’elles étaient plus coupables
que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout !
Mais si vous ne vous convertissez pas,
vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole :
« Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne.
Il vint chercher du fruit sur ce figuier,
et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron :
“Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier,
et je n’en trouve pas.
Coupe-le.
À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit :
“Maître, laisse-le encore cette année,
le temps que je bêche autour
pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir.
Sinon, tu le couperas.” »

Source : AELF

Méditation Pasteur J.P. Sternberger

D’un côté des gens arrachés brutalement à la vie. De l'autre un arbre qui ne donne pas de fruit mais qui est sauvé de la destruction par l’intercession d’un vigneron. N’aurait-il pas fallu couper l’arbre et sauver les gens ? La vie n’est pas juste.

La vie n’est pas juste mais nous sommes mal placés pour en juger. Si nous sommes vivants c’est que nous avons été épargnés. Avons-nous pour autant porté plus de fruits que ne l’a fait le figuier de l’histoire ? Peut-être que, plus simplement, nous n’avons pas croisé la violence politique ou l'accident néfaste. Aussi nous sommes des arbres épargnés. Allons-nous du coup désormais porter du fruit ?

Est-ce qu’un arbre, est-ce qu’un être humain, est responsable du fruit qu’il porte ? Il y a des années, chante Anne sylvestre où les pommiers n'ont pas de pommes. Il y a des vies dont on pense qu'elles sont sans fruit. Le fruit, le goût qu'il a, sa teneur en vitamine ne se discernent pas au premier coup d'œil. Pour Ève, le fruit de l’arbre jardin était bel et bon. Il est des grappes moches qui font d'excellents vins.

Mais l'idée de l'histoire de Jésus c'est que nos vies bénéficient d'un sursis. Alors vivons le bien ce sursis.

Nous te remercions Seigneur du matin donné et des fruits à partager. Nous lutterons contre les Pilate de ce siècle et pour des bâtiments plus solides. Et quand tu le voudras, tu feras la récolte de nos vies. Amen

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

L'Évangile commenté AUDIO 📻