Facebook PixelNotre Mère sainte Thérèse de Jésus (Thérèse d'Ávila), docteur de l'Eglise - Hozana

Notre Mère sainte Thérèse de Jésus (Thérèse d'Ávila), docteur de l'Eglise

Notre Mère sainte Thérèse de Jésus (Thérèse d'Ávila), docteur de l'Eglise

1) Sa vie

Thérèse naît à Avila le 28 mars 1515. Elle y entre au monastère de l'Incarnation le 2 novembre 1535. Plus tard, elle fonde le premier monastère de Carmélites Déchaussées à Avila, sous le titre de Saint Joseph, le 24 août 1562. Puis elle inaugure le premier couvent de Frères contemplatifs à Duruelo, le 28 novembre 1568. Laissant 32 maisons fondées (Sœurs et Frères), elle meurt à Albe le 4 octobre 1582, heureuse de se sentir fille de lEglise. Elle a été canonisée par Grégoire XV en 1622. A travers ses écrits, où se distinguent surtout le livre de la Vie, le Chemin de perfection, les Demeures et les Fondations, Thérèse ne cesse d'exercer un magistère lumineux sur le peuple de Dieu. Chose que Paul VI a voulu reconnaître, en la déclarant solennellement docteur de l'Église le 27 septembre 1970. Pour nous, Ste Thérèse reste la mère, la maîtresse de vie spirituelle, la fondatrice. Son audace et sa foi nous apprennent à ne plus craindre aucun obstacle. Et cette contemplative sait toujours nous captiver, lorsqu'elle montre le chemin de la perfection aux âmes éprises d'absolu.
plus d'infos» copier dans mon agenda»


2 ) Prier avec Thérèse d'Ávila


Que rien ne te trouble
que rien ne t'effraie,
tout passe,
Dieu ne change pas,
la patience obtient tout ;
celui qui possède Dieu
ne manque de rien :
Dieu seul suffit.

Elève ta pensée,
monte au ciel,
ne t'angoisse de rien,
que rien ne te trouble.

Suis Jésus Christ
d'un grand coeur,
et quoi qu'il arrive,
que rien ne t'effraie.

Tu vois la gloire du monde ?
C' est une vaine gloire ;
il n' a rien de stable
tout passe.

Aspire au céleste,
qui dure toujours ;
fidèle et riche en promesses,
Dieu ne change pas.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

15 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader