L'adoration eucharistique

L'adoration eucharistique

Qu'est-ce que l'adoration du Saint-Sacrement (ou adoration eucharistique ?)

« J'adore le chocolat, le football, mon chien, mes enfants, mon conjoint… ». Nous utilisons le verbe « adorer » pour tout et n'importe quoi.

Déjà, au temps de Moïse, le peuple hébreu avait adoré le veau d'or (Ex 32 : 4). Or Dieu venait de graver sur les tables de la Loi les Dix commandements que Jésus résume ainsi :

« Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit ; et tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lc 10 : 27). Ainsi, Dieu seul mérite notre adoration.

« L'adoration, c'est offrir ce qu'on a de meilleur au Père, c'est se remettre à Jésus et avec Jésus au Père ».

Qu'est-ce que l'Eucharistie ?

L'Eucharistie est le don que Jésus nous fait de son Corps, de son Sang, de son Âme et de sa Divinité sous les apparences du pain et du vin. Il s'offre à nous à chaque messe. Il se donne en nourriture dans la communion. Il reste avec nous en personne au tabernacle, dans le Saint Sacrement. Dans l'Hostie consacrée, Jésus voile sa gloire infinie, sa beauté et sa majesté divine pour que nous l'approchions dans la foi et que nous l'aimions pour lui-même.

D'où vient l'Eucharistie ?

Juste avant de mourir sur la croix, Jésus « aima les siens jusqu'au bout » (Jean 13 : 1) en                « donnant sa vie pour ses amis » (Jean 15 : 13). Au cours d'un repas, Jésus célèbre d'abord la Pâque selon la tradition juive faisant mémoire de l'action libératrice de Dieu pour son peuple. Mais ensuite, Jésus rend grâce à Dieu pour une nouvelle action libératrice qu'il va accomplir en son corps livré sur la croix et son sang versé par amour. Par sa mort et sa résurrection, l'amour et la vie divine triompheront de la haine et la mort humaines. Prenant du pain et du vin, il s'adresse aux disciples ainsi : « Ceci est mon Corps livré pour vous. Ce calice est la Nouvelle Alliance en mon Sang ».

Il leur confie en même temps la mission de redire et de refaire toujours de nouveau en sa mémoire ce qu'il est en train de dire et de faire en ce moment. C'est ce que l'Église fait à chaque messe dans toutes les paroisses du monde. Ainsi le salut mérité par Jésus sur la Croix est rendu présent dans la vie de ceux qui s'approchent de l'Eucharistie.

Qu'est-ce que le Saint-Sacrement ?

Le Saint-­Sacrement est la Réserve eucharistique, conservée d'abord pour les malades et les mourants. Peu à peu, (au fil du temps) cette Réserve va devenir l'objet légitime de l'adoration des fidèles. Il faut donc distinguer le « Saint-Sacrement » (Réserve, Adoration) de la Messe, appelée aussi « Eucharistie ».

Qu'est-ce que l'adoration eucharistique ou adoration du Saint-Sacrement ?

« L'adoration eucharistique n'est rien d'autre que le développement explicite de la célébration eucharistique, qui est en elle-même le plus grand acte d'adoration de l'Église ». Dans le tabernacle, Jésus est présent dans sa grande adoration du Père à laquelle il veut tous nous associer. Jésus laisse sa grande adoration à son Église. L'adoration, c'est offrir ce qu'on a de meilleur au Père, c'est se remettre à Jésus et avec Jésus au Père.

Saint Pierre Julien Eymard écrit : « L'adoration a pour objet la divine personne de notre Seigneur Jésus-Christ présent au Saint Sacrement. Il est vivant, il veut que nous lui parlions, il nous parlera. Et ce colloque, qui s'établit entre l'âme et notre Seigneur, c'est la vraie méditation eucharistique, c'est l'adoration. Heureuse l'âme qui sait trouver Jésus en l'Eucharistie, et en l'Eucharistie toutes choses... »

L'adoration eucharistique est une forme de prière qui a pour objet la contemplation de la divine personne de Jésus-Christ vivant, et réellement présent dans le Très Saint-Sacrement. Cette présence nous invite à lui parler et à le laisser nous parler. Il y a deux choses importantes à prendre en compte dans l'adoration eucharistique : la grandeur de Dieu manifestée dans la personne de Jésus-Christ, et la soumission et la petitesse de l'homme face à cette grandeur.

Il existe plusieurs schémas pour faire une adoration eucharistique, mais pour nous, « Les Amis du Saint Sacrement », la méthode qui la plus répandue et recommandée, est celle de Saint Julien Eymard. Elle comprend quatre parties : l'adoration à travers une attitude corporelle (génuflexion, prosternation, etc…) devant le Saint Sacrement, l'Action de grâce, la Réparation et la Supplication qui commence toujours par la présentation des intentions des autres avant les nôtres. Pour réussir une adoration eucharistique, il y a des vertus à cultiver telles que la maîtrise de soi, l'humilité, le silence.

Pourquoi adorer le Saint-Sacrement et quelles sont les grâces liées à l'adoration eucharistique ?

Le monde en a besoin, et face aux difficultés de la vie, l'adoration eucharistique nous rappelle l'Amour de Dieu et sa présence auprès de nous. Dans cette prière, on s'offre à Dieu dans la confiance en son action avec tout ce que l'on est : ses peines, ses faiblesses, ses fautes, ses soucis, ses questions. Une adoration eucharistique nous fait dire au Seigneur qu'on l'aime et nous laisse entendre que lui aussi nous aime. À partir de là, nos soucis quotidiens deviennent les siens et nous n'avons plus à nous inquiéter de rien.

Elle nous permet, par ailleurs, de réparer les dommages causés à Jésus-eucharistie à travers les communions indignes, et les profanations partout dans le monde.

Que faire pendant son temps de prière (devant l'Eucharistie) ?

Nous pouvons par exemple organiser notre prière en en quatre principales parties, dont les trois premières découlent de la prière du Notre Père donnée par Jésus :

1 - Se mettre humblement en présence de Dieu

Si nous sommes croyants, commençons par reconnaître sa grandeur infinie, sa toute-puissance. Nous nous adressons à Dieu parce qu'il est notre créateur, capable de nous procurer ce dont nous avons besoin. Et si nous sommes encore peu sûrs de notre foi, commençons tout de même par nous confier humblement à cet Être plein d'amour : « Dieu, si tu existes, écoute ma prière ! ». De nombreuses personnes ont été surprises de voir leur vie changer.

Cette attitude d'adoration nous obtient déjà de nombreuses grâces et bénédictions. Dans le Notre Père, Jésus adore son Père en disant : « Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ».

2- Demander pardon

Chaque homme est pécheur. Si Dieu tenait compte de nos péchés, alors, il n'exaucerait pas nos prières. Il ne veut pas la mort du pécheur, mais sa conversion. Or pour se convertir, il faut se reconnaître pécheur et demander pardon pour ces péchés.  « Pardonne-nous nos péchés, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».

3 - Présenter ses besoins

Jésus dit : « hors de moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean 15 :5). Nous avons tous besoin de Dieu pour nous aider. Nous sommes souvent coincés par des situations difficiles qui nous échappent. Nous nous rendons compte que nos forces, notre intelligence ne suffisent pas pour trouver une solution satisfaisante. Nous ressentons un vide que seul Dieu peut combler.

On peut donc exprimer tout simplement à Dieu nos demandes : « Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour ».  Le pain renvoie à tout ce dont nous avons besoin pour vivre : argent, nourriture, mais aussi amitié, initiatives, solutions...

4 - Prendre le temps d'écouter Dieu

Lorsque nous nous sommes adressés à Dieu, Il convient aussi de l'écouter. Après avoir présenté nos demandes, nous restons dans le silence comme dans une attente amoureuse. Pour éviter les distractions, on peut nourrir ce temps par une lecture méditative. Parfois une idée jaillit, une parole nous touche en plein cœur.

Ainsi, la prière devient dialogue. On en sort différent, pas forcément exaucé immédiatement comme nous le voudrions mais fortifié intérieurement.

En fin de compte, chacun peut lui-même bâtir sa prière, du moment qu'il adopte une attitude humble et confiante, comme celle de l'enfant envers son père.

Ne faisons donc pas de nos prières de simples demandes, mais de vrais temps d'attente et de rencontre du Dieu Amour. Et si nous nous sentons toujours incapables de prier, mettons nos pas dans ceux des milliers de priants et de saints qui ont pris ce chemin avant nous.

Sainte Thérèse de Lisieux disait, « La prière, est un élan du cœur, c'est un simple regard jeté vers le Ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie ; enfin c'est quelque chose de grand, de surnaturel, qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus ».

Qu'est-ce que l'adoration perpétuelle ?

L'adoration perpétuelle est une action de l'Église, encouragée et réclamée par le Magistère, toute l'Église, est appelée à y participer.

La chapelle d'adoration perpétuelle est une oasis de paix où les adorateurs viennent puiser de nouvelles forces : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 11 : 28) et faire une pause dans la course effrénée de leurs activités en se mettant face à la présence divine : « Arrêtez-vous et sachez que je suis Dieu » (Ps 46 : 11).

Les adorateurs sont invités à s'engager à une heure d'adoration hebdomadaire. Grâce à leur régularité, la chapelle d'adoration peut rester ouverte à toute personne de passage. En tant que gardiens zélés de l'Eucharistie, ils veillent à ne jamais laisser le Saint‐Sacrement seul.

Par le moyen de l'adoration perpétuelle, le Seigneur appelle, de sa demeure eucharistique, chaque personne, sans aucune exception. Les personnes sont appelées individuellement à participer à l'adoration perpétuelle. Par cette démarche, ils répondent, d'abord et librement, au premier commandement : « C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, et à Lui seul tu rendras un culte » (Mt 4 : 10). Ensuite, pour chaque adorateur, « l'acte d'adoration en dehors de la messe prolonge et intensifie ce qui est réalisé durant la célébration liturgique elle-même ».

La chaîne ininterrompue d'adorateurs a pour seul et ultime but d'adorer le Saint‐Sacrement jour et nuit. Par le moyen de l'adoration perpétuelle, la communauté rend l'honneur et la gloire qui revient au Seigneur : « Digne est l'agneau immolé de recevoir l'honneur, la louange et la gloire » (Ap 5 : 12) dans une « adoration incessante » (Ap 7 : 15) pour « tout ce qu'il a fait pour notre salut » (Ap 5 : 9).

La prière d'adoration se déroule dans le silence, soulignant la majesté de la présence divine, favorisant un climat de prière et de respect des adorateurs présents. C'est aussi faciliter l'intériorité, l'écoute du Seigneur et une authentique rencontre avec Lui.

Prière :

Jésus disait à la foule : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif !»

Oh doux Jésus,

Caché sous les espèces eucharistiques,

Écoute nos humbles demandes,

Pour les présenter devant le trône du Très-Haut,

Accueille avec bienveillance les ardents désirs de nos cœurs.

Illumine nos intelligences,

Soutiens notre volonté, 

Renforce notre espérance

Et allume en nos cœurs la flamme d'un saint enthousiasme,

Afin que, dépassant nos limites et victorieux des difficultés,

Nous sachions te rendre un hommage digne de ta grandeur et de ta majesté,

Qui réponde à nos angoisses et à nos désirs

Amen.

(Pie XII)

P/ Les Amis du Saint Sacrement

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

LES AMIS DU SAINT SACREMENT