« Il louera la vigne à d'autres vignerons »

« Il louera la vigne à d'autres vignerons »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l'héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d'autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle : c'est là l'œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »  (Mt 21, 33-43) 

Le temps des fruits

Le propriétaire du domaine, nous comprenons ici que c'est Dieu le Père qui, ayant planté le peuple d'Israël en vue de récolter des fruits excellents, par la sainteté du nom de ses pères, c'est-à-dire par la noblesse d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, l'a tenu enfermé dans son territoire comme dans l'enclos d'une protection particulière, puis a aménagé des sortes de pressoirs qui sont les prophètes, où coulerait pour ainsi dire la fécondité de l'Esprit Saint bouillonnant à la façon d'un vin nouveau, enfin a dressé en forme de tour l'éminence de la Loi, pour que, sortant du sol, elle s'élève jusqu'au ciel et pour que d'elle on pût observer l'avènement du Christ.

Dans les fermiers, il y a l'image des princes des prêtres et des pharisiens auxquels a été remis un pouvoir sur le peuple pour qu'il fût enseigné.

Dans les serviteurs qui ont été envoyés pour percevoir les fruits, il y a l'avant-garde des prophètes à qui sous des formes diverses on a souvent fait appel.

Dans la mission du fils, pour terminer, il y a l'avènement et la passion de notre Seigneur qui a été rejeté hors de Jérusalem comme la vigne, pour subir une sentence de condamnation. L'intention des fermiers et, une fois l'héritier tué, la présomption d'héritage représentent l'espoir inconsistant que la gloire de la Loi peut être conservée, une fois le Christ mis à mort.

Quant à cette pierre rejetée par les bâtisseurs qui s'est dressée au faîte comme pierre d'angle, merveille devant les yeux de tous, jonction entre la Loi et les païens qui unit à l'édifice chacun de ses côtés, c'est le Fils.

St Hilaire de Poitiers

Saint Hilaire († 367), père de famille devenu évêque de Poitiers vers 350, apôtre de la Gaule, est l'un des grands défenseurs de la Trinité au IVe siècle.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

6 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT