Facebook PixelJour 1 - Père Jacques Marquette, le sourcier du Mississippi - Hozana

Jour 1 - Père Jacques Marquette, le sourcier du Mississippi

Jour 1 - Père Jacques Marquette, le sourcier du Mississippi

Lorsqu'on entend « explorateur » ou « aventurier » on pense d'abord à La Pérouse, Magellan, Indiana Jones ou Bob Morane peut-être... à Tabarly, Mike Horn ou même Sylvain Tesson… 

Mais saviez-vous que c'est un prêtre jésuite qui a exploré la vallée du Mississippi et découvert sa source au XVIIe siècle ?

Jacques Marquette fut un prêtre et un explorateur ! Il naît en 1637 en France et c'est dans l'enfance que va grandir son désir d'être missionnaire. L'appel de Dieu ne semble pas avoir été brusque ni tonitruant. Portée par une famille pieuse, sa vocation mûrit jusqu'à l'adolescence et à 17 ans il répond au Seigneur. Jacques Marquette demande alors à entrer dans la Compagnie de Jésus, fondée en 1534 par saint Ignace de Loyola. Il se lance dans la longue formation intellectuelle et spirituelle propre aux Jésuites. Avec les Compagnons de Jésus, sa devise sera : Ad majorem Dei gloriam, Pour la plus grande gloire de Dieu ! Le jeune Marquette devra cependant garder courage, patienter et étudier pendant 12 ans avant d'être ordonné prêtre, à 29 ans. En plus des trois vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, les Jésuites prononcent un quatrième vœu particulier et professent : « En outre je promets spéciale obéissance au souverain pontife en ce qui concerne les missions » [Constitutions, N°527]. Ce texte est d'ailleurs toujours en vigueur aujourd'hui dans la Compagnie de Jésus. 

Sa fougue et son élan missionnaire ne se sont pas taris pendant ces longues années d'études et le Père Marquette demande sans attendre à sa Congrégation d'être envoyée ad exteras nationes, vers les nations lointaines . Sa requête est entendue et il embarque au port de La Rochelle en juin 1666.

Après quatre mois de navigation sur l'Atlantique, Jacques Marquette débarque à Québec. La Compagnie de Jésus l'a envoyé en mission pour annoncer l'Évangile aux Amérindiens. Mais cette première mission éprouvera encore sa patience et son obéissance. En effet, pour annoncer la Bonne Nouvelle du Christ et implanter l'Église en Amérique du Nord, le missionnaire doit d'abord apprendre les langues amérindiennes et les dialectes des différentes tribus qu'il souhaite rencontrer. Aujourd'hui nous parlons de « l'inculturation de l'Évangile » qui, par analogie avec l'Incarnation du Christ, doit s'insérer dans les cultures, les pensées et les langues qu'il rencontre. C'est l'effort du missionnaire qui veut une relation authentique avec ceux à qui il est envoyé. L'inculturation, est le fruit de de l'Esprit qui prépare et pénètre les cœurs. Finalement le Père Jacques Marquette parlera couramment une demi-douzaine de langues amérindiennes !

Entre 1668 et 1671, il sillonne le Michigan, la région des Grands Lacs, le détroit de Mackinac… Il rejoint une mission, prêche aux Algonquins et accompagne la conversion au Christ de plusieurs milliers d'amérindiens. De nouvelles missions sont créées, l'Église s'implante dans la région et le Royaume de Dieu dans le cœur des peuples d'Amérique. 

Le 8 décembre 1672, Jacques Marquette reçoit un nouvel appel. C'est une double mission : il doit aller explorer la vallée du Mississippi pour trouver un passage à l'ouest qui mènerait à l'océan Pacifique. Mais il doit aussi propager la foi chez les Amérindiens en allant là où aucun Européen ne s'est jamais aventuré… « Me voici, envoie-moi ! » répond-il comme Isaïe et il se met en route avec un autre aventurier, le Sieur Louis Jolliet. L'expédition est légère, deux canots seulement et des guides amérindiens.

Appelé ne tongo, « grand fleuve », en sioux, Mississippi signifie aussi « le père des eaux ». Si l'expédition est passionnante, elle se solde cependant par un échec… En effet, le Mississippi coule invariablement vers le sud du continent. Le Père Jacques Marquette ne trouvera pas le passage espéré vers l'océan Pacifique, aucun fleuve ne traverse l'Amérique d'est en ouest… Mais de cette aventure en apparence manquée, le Seigneur tire encore un bien ! Le désir du missionnaire est insatiable et sa soif d'annoncer l'Évangile aux nations ne cesse de grandir ! En 1674, le Jésuite part fonder une mission chez les Illinois et envisage de poursuivre ses pérégrinations vers le sud-ouest du continent.  Exténué par les expéditions et la mission, le Père Jacques Marquette meurt en 1675, à l'âge de 38 ans, au milieu des bois et des Amérindiens…

131937-pere-jacques-marquette-le-sourcier-du-mississippi

"Le père Marquette et les Amérindiens" (Wilhem Lamprecht, 1869) © Raynor Memorial Library.

L'aventure du Père Jacques Marquette nous rappelle le dernier commandement du Christ : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19). Son expérience missionnaire nous encourage à :

Explorer, à apprendre à connaître le monde, les hommes de notre temps et leurs cultures lorsque nous sommes envoyés vers de nouveaux « champs missionnaires ». Car si on croit souvent parler la même langue, des gouffres culturels nous séparent toujours de ceux à qui nous sommes envoyés. Prenons patience, prenons le temps de connaître et comprendre nos contemporains, apprenons à communiquer avec eux pour annoncer l'Évangile dans un langage audible, sans altérer la Parole de Dieu !

Comme Jacques Marquette, cherchons des passages nouveaux, pour conduire au Christ, au mystère de sa Pâque !

Enfin, ayons l'audace du Père Jacques Marquette qui a tout quitté pour suivre le Christ. Ayons l'audace de partir à l'aventure, sans esprit de retour ! En effet, « quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n'est pas fait pour le royaume de Dieu. » nous dit le Christ en Luc 9, 62. Mettons notre confiance en Dieu seul, lui qui veut nous conduire et tous nous faire naviguer jusqu'à la source de son Amour !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader