Facebook Pixel "L'amour ne passera jamais." - Hozana
Jean Marie

Jean Marie dans Soli Deo

16 septembre 2020

"L'amour ne passera jamais."

    "L'amour ne passera jamais."

Mercredi 16 septembre 2020, 24ème Semaine du Temps Ordinaire, année A

S. Corneille, pape, et S. Cyprien, évêque, martyrs

Mémoire


Oraison:

Seigneur, tu as donné à ton peuple, dans les saints Corneille et Cyprien, des pasteurs dévoués et d'invincibles martyrs ; à leur prière, fortifie notre courage et notre foi, et accorde-nous de travailler avec empressement pour l'unité de l'Église. 


Lectures de la messe

Première lecture (1 Co 12, 31 – 13, 13)

Frères, recherchez avec ardeur les dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence. J'aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j'aurais beau avoir toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien. J'aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j'aurais beau me faire brûler vif, s'il me manque l'amour, cela ne me sert à rien. L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien d'inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l'achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j'étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j'ai dépassé ce qui était propre à l'enfant. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j'ai été connu. Ce qui demeure aujourd'hui, c'est la foi, l'espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c'est la charité. – Parole du Seigneur.


Psaume (Ps 32 (33), 2-3, 4-5, 12.22)

Rendez grâce au Seigneur sur la cithare, jouez pour lui sur la harpe à dix cordes. Chantez-lui le cantique nouveau, de tout votre art soutenez l'ovation. Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu'il fait. Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour. Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu, heureuse la nation qu'il s'est choisie pour domaine ! Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi !


Évangile (Lc 7, 31-35)

En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « À qui donc vais-je comparer les gens de cette génération ? À qui ressemblent-ils ? Ils ressemblent à des gamins assis sur la place, qui s'interpellent en disant : “Nous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous n'avez pas pleuré.” Jean le Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : “C'est un possédé !” Le Fils de l'homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais, par tous ses enfants, la sagesse de Dieu a été reconnue juste. » – Acclamons la Parole de Dieu.



“S'il me manque l'amour, cela ne me sert à rien.”


Frères et sœurs bien aimés, comme elle est belle cette lettre de Paul au Chrétiens de Corinthe! Comme elle devrait nous être une belle invitation à nous poser, nous mettre en vérité devant le Seigneur, afin de discerner de quelle manière résonne en nous cette Parole du Seigneur par la bouche de Paul.

Aimer, un verbe, une réalité, tout un programme de vie, un guide, le Seigneur Jésus!

Comment à sa suite, accueillons-nous cette proposition de dépasser notre moi, d'élargir nos regards à l'horizon du monde, de nous risquer où Dieu nous attend, là où nous nous y attendons peut être pas...

Il y a quelques jours, en sortant d'une gare, un inconnu s'agrippa à moi, bredouilla quelques sons incompréhensibles!

Il avait faim, je le comprenais!

Je me devais de lui répondre, non point chercher à me défendre, à réprimander, mais à répondre à une faim, à un besoin d'amour, d'attention, d'écoute plus largement.


 “Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l'achèvement, ce qui est partiel sera dépassé.”


Bon nombre de personnes que je rencontre, et qui ont vécu le confinement, semblent en ressortir transformées positivement, comme si elles avaient touché le fond et s'étaient interrogées, comme si elles avaient saisi que nous étions appelés avant tout, à l'amour, au partage, à cette charité dont nous parle Paul.

Lorsque tout passe, lorsque tout disparaît, lorsqu'il reste l'amour, il reste finalement le plus beau, le plus important.

Dans un train de banlieue, une jeune femme avec son bébé. Elle le tenait dans ses bras, ne cessait de le prendre, de l'élever au ciel, comme pour manifester au monde et rendre grâce à Dieu, pour ce trésor d'amour qu'elle tenait dans les mains. Elle n'avait rien d'autre, mais elle avait le plus beau, l'amour!

Mes amis, le Seigneur Lui-même nous invite donc à nous saisir dans nos vies, de ce qu'il nous est donné de vivre de plus beau, l'amour, de nous convaincre que c'est véritablement là le plus beau trésor que nous puissions rechercher.

Une femme en grande précarité me disait: “Un Monsieur est passé, il m'a donné une grosse somme. Je suis allé le voir et je lui ai demandé pourquoi il faisait cela. Il m'a répondu:

 -Si je pouvais faire plus, je le ferai!-, Et il m'a donné le double!”

Nous avons tous vécu des choses difficiles, nous avons tous peut-être, vécu des remises en question, et nous sommes tous appelés à un dépassement dans l'amour, qui se manifeste de différentes manières. L'important, c'est d'aimer en vérité, l'important c'est d'accueillir ce frère, cette sœur, de l'accueillir tel(le) qu'il (qu'elle) est, avec ses richesses et ses pauvretés, ses fragilités, sans le juger, d'oser croire que tout homme, toute femme est cette histoire sacrée, que tout homme, toute femme, est à l'image de Dieu, que tout homme, toute femme, est en devenir, en marche, que je suis moi-même une créature imparfaite, appelée à une conversion de chaque jour.

Frères et sœurs bien aimés, cela nous invite à la foi, cela nous invite à entrer dans cette démarche par laquelle nous accueillons le Seigneur dans nos vies, par laquelle nous lui demandons de venir parfaire en nous ce qui est encore en voie de guérison.

Jésus ne correspond pas forcément à l'idée que nous nous faisions de Lui, c'est le thème de l'Evangile. Mais Jésus n'est pas dans des idées, Il est cette réalité qui se découvre peu à peu à moi, qui a besoin que j'accepte de me défaire de mes réalités personnelles, de mes attachements, afin de me laisser faire par Lui, afin d'entrer dans son projet à Lui.

Nous avons parfois besoin de temps pour découvrir que Jésus était cet Amant que notre cœur attendait, et puis un jour, c'est la grande Révélation, c'est le grand jour du Mariage, ce jour où chacun se dit Oui, ce jour où chacun découvre que ces deux natures différentes, étaient appelées à vivre ensemble, à vivre de cet Amour qui rend toutes choses possibles, qui rend toutes choses nouvelles aussi, parce que ancrées dans ce projet de Dieu, un projet de Vie, de Vie dans l'Esprit, de Vie éternelle.

Frères et sœurs bien aimés, prions les uns pour les autres et prions pour tous nos frères, connus et inconnus, afin que l'Amour vienne embraser nos coeurs, que nous nous laissions porter par l'Amour, que toutes nos vies soient des vies au service de l'Amour.

Devenons les missionnaires de cet Amour qui nous a un jour rencontrés, et qui a tant besoin de se laisser rencontrer!

Jésus, doux et humble de cœur, Jésus, foyer d'Amour, viens nous rejoindre aujourd'hui, viens nous combler de ton Amour, viens déposer en nous le feu de ton Esprit Saint, viens nous donner la force du témoignage, viens nous donner de témoigner au monde, que Tu es cette réponse d'Amour que nous cherchons, que nous attendons, que nous désirons.

Nos coeurs ont soif de Toi, nos coeurs Te désirent, viens Seigneur Jésus, Viens Seigneur, viens!

Amen.



JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 7 juillet 1993 

Le prêtre homme de la charité (Jn 10, 11-15)


Le prêtre homme de la charité



A découvrir et à partager, le MOOC: Esprit, qui es-tu ? - La théologie de l'Esprit Saint

MOOC:Esprit, qui es-tu ? - La théologie de l'Esprit Saint

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader