Facebook Pixel3. Léa paie pour שָֹׂכַר louer son propre époux et passer la nuit avec lui. - Hozana

3. Léa paie pour שָֹׂכַר louer son propre époux et passer la nuit avec lui.

Prière :

Seigneur, tu connais nos situations de vie parfois compliquées. Nous Te remercions car même si nous avons mal agi, Tu viens nous redonner une chance pour recommencer autrement, avec Toi.


L'Ancien Testament possède dix sept versets bibliques comportant le verbe שָֹׂכַר louer embaucher. Nous avons choisi de considérer quelques implications de ce verbe au chapitre précédent. Nous nous proposons de vous donner un second exemple, un peu difficile, presque sordide. Difficile parce que s'insérant dans une autre culture que la nôtre. Presque sordide, certes mais très intéressant du point de vue de l'intérêt que le Seigneur porte à toutes les personnes vivant des situations compliquées, ayant dû subir le péché du prochain ou ayant péché elle-même. « Ce que je désire, est-ce que le méchant meure? dit le Seigneur, l`Éternel. N`est-ce pas qu`il change de conduite et qu`il vive? » (Ez 18, 23)


Quand la bible hébraïque nous offre un panel de textes peu moraux, elle est en proie avec la réalité. Elle a cette qualité de ne point fuir le réel et de mettre le doigt sur des situations complexes. Parfois aussi, elle décrit le péché de l'homme, les conséquences pour ceux qui pèchent et pour ceux qui subissent le péché. Comment allons-nous nous positionner face à ces récits ?

Il nous semble d'abord devoir reconnaître que nous sommes tous pécheurs et que tous nous avons failli devant les exigences de sainteté de notre Père. Or justement un certain nombre de textes nous montrent combien il est possible de rebondir. Joseph vendu par ses frères, devenu esclave ne semblaient pas être prédisposé à sauver sa famille, à sauver ses frères qui avaient voulu sa mort. Pourtant c'est ce qui est arrivé. Ses frères ont voulu le tuer et lui, il les a sauvés de la famine. Joseph a pourvu en nourriture tout son peuple.

Jésus a choisi de ressusciter et de se faire voir en tout premier à une femme de laquelle il avait chassé sept démons. « Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons. » (Mc 16, 9) Ces exemples prouvent qu'aucune situation n'est désespérée.


Dans la Genèse, Jacob doit faire face aux demandes de ses deux épouses. Toutes deux possèdent chacune une servante ce qui vient encore compliquer le vécu de Jacob. 

Dans le cadre de l'étude de l'usage du mot שָֹׂכַר qui signifie embaucher, louer, nous abordons un texte de la Genèse où nous voyons Jacob être dirigé par ses deux épouses.

Voyons donc les motivations de ces deux femmes. L'une d'elles, Rachel va jusqu'à שָֹׂכַר louer ou céder son époux à sa soeur Léa pour une nuit. Rachel voulait absolument obtenir des mandragores que sa soeur possédait car elles semblaient posséder la réputation d'améliorer la fécondité. Or ce désir d'avoir des enfants était si grand chez Rachel, elle qui était restée stérile. Le choix n'a pas été donné à Jacob qui a dû s'accommoder des décisions de ses deux épouses.

« Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit: C'est vers moi que tu viendras, car loué כִּי שָׂכֹ֣ר שְׂכַרְתִּ֔יךָ, je t'ai loué (expression hébraïque habituelle avec la répétition du verbe שָׂכֹ֣ר louer) pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit. » (Gn 30, 15)

Bien sûr, cette histoire un peu sordide est à mettre dans le contexte de cette époque, de sa culture et de sa législation.  Disons simplement qu'il existait une nécessité vitale pour la femme, celle d'assurer une descendance à son époux. Sa fécondité la rendait heureuse, elle pouvait en retirer un certain nombre d'avantages, un statut et une sécurité. Tandis que la femme stérile était souvent méprisée par son entourage, sans avenir, sans projet, sans famille élargie aussi.

Jacob aimait Rachel. Il ne souhaitait pas avoir deux épouses. Son beau-père Laban qui n'était pas un homme juste, l'a trompé et lui a imposé Léa sa première fille. Jacob a été trompé comme il avait lui-même trompé son frère aîné  Esaü pour lui ravir la bénédiction de son père, sa mère Rébecca l'ayant encouragée dans ce sens. « On te fera comme tu as fait: tes actes retomberont sur ta tête. » (Ab 1, 15) Ainsi, pour obtenir Rachel, Jacob a dû travailler sept années pour son beau-père Laban. Ce dernier a trompé Jacob en lui donnant non pas Rachel mais Léa sa fille aînée. Laban lui avait imposé la soeur aînée de Rachel sans même l'informer. Comme Jacob aimait Rachel, il a dû travailler encore sept années pour pouvoir marier Rachel, soit quatorze ans de travail.

Rachel voulait tellement devenir enceinte. Sa soeur avait été beaucoup plus féconde qu'elle. Quand elle vit que Ruben, le fils de sa soeur apportait des mandragores à sa mère, elle se dit que ses mandragores allaient peut-être lui permettre de devenir enceinte et elle voulut acheter ces mandragores à sa soeur qui lui répondit :

« Est-ce peu que tu aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils?

Et Rachel dit:

Eh bien! il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores de ton fils. » (Gn 30, 14)

Léa a obtenu de sa soeur l'autorisation de שָׂכֹ֣ר louer son époux, qui était aussi le sien, contre les mandragores que Rachel souhaitait tellement.

Alors ce  que nous avons expliqué plus haut se réalisa : « Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit: C'est vers moi que tu viendras, car loué כִּי שָׂכֹ֣ר שְׂכַרְתִּ֔יךָ, je t'ai loué (expression hébraïque habituelle avec la répétition du verbe שָׂכֹ֣ר louer) pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit. » (Gn 30, 15)

Pour Jacob, c'est peut-être cette situation inconfortable ainsi que beaucoup d'autres soucis dus aux mauvais comportements de ses fils qui lui fera dire à la fin de sa vie, en présence du pharaon : « Les jours des années de ma vie errante sont de cent trente ans. Les jours des années de ma vie ont été peu nombreux et mauvais. » (Gn 47, 9)

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer non plus que le récit ci-dessus a permis à deux épouses d'avoir exactement ce qu'elles souhaitaient. La nuit de Léa avec son époux qui l'avait délaissée pour Rachel, lui donnera de se trouver enceinte. Elle sera heureuse d'accoucher de son cinquième fils, Issacar. Son désir le plus grand se focalisait sur l'amour de son époux qu'elle souhaitait tellement recevoir. En augmentant le nombre d'enfants qu'elle pouvait lui donner elle espérait que son mari consente à vivre avec elle : « Cette fois, mon mari habitera avec moi, » dit-elle lorsque un peu plus tard, elle lui donnera son sixième enfant.

Et en ce qui concerne Rachel, les mandragores semblent avoir été efficaces, Rachel eut son premier fils Joseph. « Dieu se souvint de Rachel, il l'exauça, et il la rendit féconde. Elle devint enceinte, et enfanta un fils, et elle dit: Dieu a enlevé mon opprobre. Et elle lui donna le nom de Joseph, en disant: Que l'Eternel m'ajoute un autre fils! » (Gn 30, 22-24) Sa prière sera exaucée, elle  enfantera encore Benjamin. 

Quant à celui qui a été שָֹׂכַר « loué ou embauché  » dans ce récit, Jacob. Il savait qu'une espèce de contrat avait eu lieu entre ses deux épouses. Il ne voulut pas leur faire la guerre parce qu'il savait qu'il est attendu de quelqu'un qui est שָֹׂכַר « loué ou prêté » qu'il soit docile et puisse réaliser les voeux de celui ou celle qui a payé le droit de l'employer.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader