Facebook PixelJ8 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie - Hozana
Catherine

Catherine dans Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

Publication #8Initialement publiée le 7 septembre 2020

J8 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

J8 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

D'après les visions de Maria  Valtorta :

 5.4 L'orage tombe brusquement, après un dernier coup de foudre si violent qu'il jette les trois hommes contre les murs ; et sur le devant de la maison, il laisse en souvenir un trou noir et fumant dans le sol du jardin. Cependant un vagissement traverse la porte d'Anne, pareil à la plainte d'une tourterelle qui, pour la pre­mière fois, ne piaille plus mais roucoule. Au même moment, un immense arc-en-ciel se déploie en demi-cercle sur toute la voûte céleste. Il sort ou du moins paraît sortir du sommet de l'Hermon qui, sous la caresse du soleil, semble d'une couleur d'albâtre d'un blanc rosé des plus délicats. Il s'élève au plus haut d'un ciel de septembre très clair, traverse des étendues vierges de toute impureté, survole les collines de Galilée et la plaine qui apparaît au sud entre deux figuiers, puis encore un autre mont, et paraît poser son extrémité au bout de l'horizon, là où une chaîne de montagnes abruptes bouche la vue.

       « Quel spectacle inouï !

       – Regardez, regardez !

       – Il semble encercler toute la terre d'Israël, mais voyez, voilà une étoile alors que le soleil n'est pas encore disparu. Et quelle étoile ! Elle brille comme un énorme diamant !

       – Et là, c'est la pleine lune alors qu'il manque encore trois jours pour y arriver. Mais, regardez, quelle splendeur ! »

       5.5 Les femmes surviennent, toutes joyeuses, tenant un poupon rose dans des linges blancs.

       C'est Marie, la Mère de Jésus ! Une Marie toute petite qui pourrait dormir dans les bras d'un enfant, une Marie pas plus longue que le bras, une petite tête d'ivoire teinté de rose pâle et des lèvres rouges qui déjà ne pleurent plus, mais tentent instinctivement de téter, si petites qu'on ne voit pas comment elles pourront saisir l'extrémité du sein, un petit bout de nez entre deux bonnes joues bien rondes ; et quand on la chatouille pour lui faire ouvrir les yeux, deux morceaux de ciel apparaissent, deux points bleus et innocents qui regardent sans voir, entre de fins cils d'un blond presque rose à force d'être blond. Sur sa petite tête ronde, les cheveux eux-mêmes ont la teinte rose-blond de certains miels ambrés.

       Pour oreilles, deux petites coquilles roses et transpa­rentes, parfaites. Et comme mains… qu'est-ce que ces deux petites choses qui s'agitent en l'air puis vont à la bouche ? Fermées, comme en ce moment, elles ressemblent à deux boutons d'églantine qui ont fendu les sépales verts et présentent leur soie de rose pâle ; ouvertes, comme maintenant, on dirait deux joyaux d'ivoire ou d'albâtre à peine rosés, avec cinq ongles grenat clair. Comment feront donc ces mains pour essuyer tant de larmes ?

       Quant aux pieds… où sont-ils ? Pour l'instant, ce ne sont que deux petits petons cachés dans les langes. Mais voilà que la parente s'assied et les découvre… Oh, les petits pieds ! Ils ont quatre centimètres de long, leur plante est une coquille couleur de corail, le dessus en est une autre couleur de neige veinée de bleu, les orteils sont des chefs-d'œuvre de sculpture lillipu­tienne, couronnés eux aussi de petites écailles grenat clair. Comment trouvera-t-on des sandalettes quand ces pieds de poupée feront leurs premiers pas ? Comment se tenir debout sur de si petits pieds ? Et comment permettront-ils de faire un chemin si rude et de soutenir une telle douleur sous une croix ?

       Mais aujourd'hui, on l'ignore encore, et on rit, on sourit en regardant s'agiter et gigoter de belles jambettes bien tournées, des cuisses minuscules potelées au point de faire des fossettes et des replis, un petit ventre, une nuque renversée en arrière, un petit thorax parfait. Sous la soie blanche, on voit le mouvement de la respiration et si, comme l'heureux père le fait maintenant, on y pose la bouche pour faire un bisou, on entend sûrement y battre un petit cœur…, le plus beau que la terre ait porté au cours des siècles, l'unique cœur humain immaculé.

128941-j8-neuvaine-pour-la-nativite-de-la-vierge-marie

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

J7 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

Publication #7Initialement publiée le 6 septembre 2020

J6 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

Publication #6Initialement publiée le 5 septembre 2020

J5 Neuvaine pour la Nativité de la Vierge Marie

Publication #5Initialement publiée le 4 septembre 2020

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader