Récit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC

( 3 ) RÉCIT DES APPARITIONS, premières manifestations.

Sainte Anne, avant de communiquer son message, a voulu, comme la sainte Vierge à Lourdes, façonner et préparer graduellement l'âme de son mandataire.

Dans les derniers temps qui précédèrent les apparitions, la pensée de sainte Anne hantait l'esprit de Nicolazic avec une intensité croissante ; et son souvenir l'accompagnait nuit et jour.

C'était comme une obsession ; Sainte Anne, invisible encore, faisait déjà sentir en quelque sorte sa présence.

Mais elle ne devait pas tarder à se manifester d'une manière 'sensible'.

Premières manifestations.

 - Une nuit qu'il pensait à sa bonne maîtresse, comme il en avait l'habitude, sa chambre fut subitement éclairée d'une lumière très vive ; et, au milieu de cette clarté merveilleuse, il aperçut distinctement une main isolée qui tenait un flambeau. Cette vision dura environ le temps de réciter deux Pater et deux Ave.

Ceci se passa au mois d'août 1623.

Six semaines après, un dimanche, une heure après le coucher du soleil, il jouit du même spectacle au champ du Bocenno : ce fut encore la même clarté, le même cierge suspendu au milieu des airs, mais la main mystérieuse ne parut pas, et la vision dura moins longtemps.

Ces deux visions ne furent pas des phénomènes isolés : pendant dix-neuf mois successifs, le même flambeau continua à briller auprès de lui.

« Toutes les fois qu'il s'en venait tard au logis, il se voyait éclairé jusqu'à sa maison d'une chandelle de cire qui s'avançait à côté de lui sans que le vent en agitât la flamme, et sans qu'il vît autre chose que la main qui la tenait ».

Souvent aussi le flambeau se montrait à lui au moment de son réveil.

Du reste, il ne fut pas le seul témoin du phénomène.

De ce prodige, qui se renouvela fréquemment et dont la réalité ne pouvait lui laisser aucun doute, puisque son beau-frère lui-même en fut le témoin plusieurs fois, - le bon Nicolazic ne savait que penser.

Il en fut d'abord comme effrayé ; et pourtant, il l'a avoué lui-même plus tard, il éprouvait pendant ce temps je ne sais quelle suavité dans le cœur.

C'est que sa « bonne Maîtresse », sans qu'il en eût conscience encore, de plus en plus se rapprochait de lui.


A suivre : Récit des apparitions, première apparition…

Lien pour allumer de chez vous une neuvaine sur le sanctuaire !  

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

14 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Honorer et prier Ste Anne !