Jour 4 : Pierre m'aimes-tu ? (Jean 21)

                                   Méditation

          Dire trois fois "Je t'aime" à quelqu'un que l'on vient de renier trois fois  (je ne connais pas cet homme) demande un certain culot, mais avant tout une sacrée dose de confiance. Car on peut penser, quelque peu découragé, que votre interlocuteur ne vous croira pas.

          Mais l'apôtre Pierre, loin d'être découragé, fait un pas de plus dans la foi. A sa troisième déclaration, il  s'exclame : 

Seigneur toi qui sais tout, tu sais bien que je t'aime !

         Ne m'as-tu pas vu courir à perdre haleine jusqu'au tombeau (Jean 20, 1-10), plonger nu dans le lac pour aller te rejoindre sur la rive (Jean 21, 1-7), trancher l'oreille du soldat        Malchius pour te défendre (Jean 18, 10), pleurer amèrement après mon reniement            (Luc 22, 61) ?

          Pour Pierre, cette confiance est d'autant plus facile à accorder, qu'il a fait depuis trois longues années, l'expérience de l'infinie patience de Jésus à son égard, comme lorsqu'Il lui tend la main, alors qu'il s'enfonce dans les eaux. (Mathieu 14, 22-28).

         Ainsi, si Pierre a été peiné que Jésus lui pose trois fois la question M'aimes-tu?, il n'en demeure pas moins qu'il a ressenti dans cette interrogation l'amitié     profonde de Jésus à son égard. Car dans cette question répétée trois fois, il lui était facile de déceler chez Jésus une certaine angoisse : celle d'avoir perdu l'amitié de son meilleur ami :  toi qui a été capable de me dire, alors que beaucoup m'abandonnaient:    

Seigneur à qui  irions-nous, tu as les paroles de la vie éternelle" (Jean 6, 68),                         Peux-tu me dire aujourd'hui, tout simplement : Je t'aime !


Et aujourd'hui, si Jésus m'interrogeais : M'aimes-tu ?  Que lui répondrais-je ?

                                                                                                                                                        Paroles de Feu

       Quelle douce joie de penser que le Bon Dieu est juste, c'est à dire qu'il tient compte de notre faiblesse, qu'il connaît parfaitement la fragilité de notre nature.  De quoi           aurais-je peur?                                                                                                                                                       Non personne ne pourrait m'effrayer var je sais à quoi m'en tenir, sur Son amour et Sa miséricorde. Je sais que toute une multitude d'offenses s'abîmerait en un clin d'oeil, comme une goutte d'eau jetée dans un brasier ardent" .                                                                                                                                                    (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

                                                                                                                                                                                                                                                                          Ave Maria (avec clausule)

                  Je vous salue Marie, comblée de grâces, qui avez consolé Pierre après son triple         reniement et avez fortifié sa confiance en votre Fils, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, afin que nous  ne doutions jamais de l'amitié de votre Fils à notre égard, même après nos petits reniements, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

9 bonnes raisons de passer de la foi à l'amitié avec Jésus !