Facebook Pixel« Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement » - Hozana

« Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement »

« Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or, ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L'ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l'on ne vous accueille pas et si l'on n'écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. » (Mt 10, 7-15)

L'amour divin est maternel

Les Pères de l'Église parlent souvent de l'action « maternelle » du Saint-Esprit. Cet instinct de l'Église donne l'audace de rapprocher ces deux mondes : la procession du Saint-Esprit et la maternité. En hébreu, le « souffle » de Dieu est féminin, et ne peut guère se traduire que par Mère.

Les réalités humaines les plus simples sont aussi les plus profondes. La paternité, la maternité, l'amour et l'amitié sont des mots trinitaires à travers lesquels les chrétiens respirent une bouffée de vie éternelle (comme on respire le vent d'ouest et qu'on sent passer l'air de la mer). Ces réalités sont sacrées, et les mots qui les expriment aussi. Ici nous sommes sur les fleuves de Babylone, il ne faut pas oublier, quitte à renforcer notre déchirement, que nous sommes faits pour vivre de la paternité infinie et de la maternité infinie qui se déroule au sein de Dieu.


Marie-Dominique Molinié, o.p.

Le père Marie-Dominique Molinié († 2002), dominicain, mena un ministère de prédicateur de retraites et fut un initiateur à la vie spirituelle au travers de nombreux ouvrages.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader