Facebook Pixel1ère semaine: je fais silence en vacances, avec Marie... - Hozana
Marion

Marion dans Cette année, j'emmène Marie en vacances !

Publication #1Initialement publiée le 14 juillet 2020

1ère semaine: je fais silence en vacances, avec Marie...

1ère semaine: je fais silence en vacances, avec Marie...


Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.


1 - Je médite la parole du Père Fourmond

"Le silence de Marie"

Publié le 8 décembre 2012 par Père Maurice Fourmond

Fête de l'Immaculée Conception : Lc 1, 26-38

 

L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élizabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait “la femme stérile”. Car rien n'est impossible à dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Alors l'ange la quitta.

 

L'hymne de la fête de l'Immaculée Conception a cette très belle et très profonde phrase : «Elle (Marie) offre à Dieu le silence où la Parole habite». Lorsque nous méditons l'évangile de l'Annonciation, nous sommes peut-être étonnés de la finale qui est d'une étonnante sobriété : «Alors l'ange la quitta». Et le texte de Luc continue par le départ précipité de Marie pour aller aider sa cousine âgée Élisabeth. On aurait pu penser qu'après le départ de l'ange, Marie aurait exprimé sa confiance, sa reconnaissance, sa joie comme aussi ses inquiétudes comme d'ailleurs elle le fit après la salutation de sa cousine dans la maison de Zacharie. Or après cette annonce étonnante de l'ange, c'est le silence.

Le silence de Marie recouvre d'ailleurs la presque totalité des évangiles. Nous n'avons que très peu de paroles de Marie : son magnificat, ses reproches à l'égard de Jésus resté à Jérusalem sans prévenir ses parents, sa demande confiante aux noces de Cana... et c'est tout.

Simplement, après avoir rapporté les retrouvailles avec Jésus dans le Temple de Jérusalem, saint Luc conclut : «Sa mère gardait toutes ces choses dans son coeur» Lc 2, 51.


Il y a deux sortes de silence. L'un est vide et n'apporte rien à personne. Mais il y a un autre silence qui est la présence la plus riche et la plus pleine qui soit. C'est lorsque les mots non seulement sont inutiles mais empêcherait la véritable communion. C'est lorsque le silence devient cette communion profonde entre deux êtres, où tout est dit sans paroles. Le silence devient alors ce lieu intime où chacun se livre dans un coeur à coeur, un corps à corps, plénitude d'échange et de vie.


C'est le silence de Marie, c'est le silence de tous les contemplatifs. Mais n'est-ce pas aussi le silence de Dieu, Dieu contemplant l'homme que je suis et se donnant tout entier sans avoir besoin de paroles. Ou plutôt comme le suggère l'hymne cité tout à l'heure, c'est la Parole qui devient silence : «Et la Parole s'est faite chair» dans le silence de l'enfant que porte Marie.


Entrer dans ce silence est un acte de foi prodigieusement efficace puisqu'il nous unit à Dieu lui-même, qu'il ouvre notre vie sur l'infini de Dieu, qu'il nous donne déjà, dans l'humilité d'un accueil à l'image de celui de Marie, de vivre, mais derrière un voile, l'intimité même de Dieu.


Alors entrons en silence dans le silence de Dieu et partageons la joie qui est la sienne dans l'union qu'il construit avec chacun de nous.


" De même que d'un vase plein d'un vin souverain et excellent ne peut sortir que du très bon vin ; ou comme d'une fournaise très ardente ne peut sortir qu'un feu brûlant ; ainsi, de la Mère du Christ n'a pu sortir qu'une parole d'amour et de zèle souverains et souverainement divins. C'est le fait d'une maîtresse et d'une dame sage que de proférer des paroles peu nombreuses, mais solides et pleines de sens. Ainsi nous trouvons dans l'Évangile, à sept reprises, sept paroles seulement, d'une sagesse et d'une force étonnantes, prononcées par la Très Bénie Mère du Christ : ce sont là comme sept flammes de son Cœur embrasé. " (Saint Bernardin de Sienne)

" Mes frères, si nous voulons louer dignement Marie, efforçons-nous tout spécialement d'avoir ces trois choses : des pensées bonnes, des paroles saintes, des actes droits. Celui qui les a toutes les trois, autant qu'il lui est possible, et qui s'efforce de les avoir parfaitement, celui-là imite sainte Marie. " (Saint Ælred de Rievaulx)

" Elle parle et pense au moyen de la Parole de Dieu ; la Parole de Dieu devient sa parole, et sa parole naît de la Parole de Dieu. De plus, il se manifeste ainsi que ses pensées sont au diapason des pensées de Dieu, que sa volonté consiste à vouloir avec Dieu. Étant profondément pénétrée par la Parole de Dieu, elle peut devenir la mère de la Parole incarnée. Marie est une femme qui aime. Comment pourrait-il en être autrement? Comme croyante qui, dans la foi, pense avec les pensées de Dieu et veut avec la volonté de Dieu, elle ne peut qu'être une femme qui aime. " (Benoît XVI)


2 - Je prie Marie

Vierge Marie, Maman, je te consacre cette semaine toutes mes pensées et paroles.

Il est bien difficile de faire silence en cette période euphorique de vacances tant attendues !

Toi qui aimais méditer dans ton cœur plus qu'à parler, je t'en prie : aide-moi à ne pas me laisser happer par l'excitation de cette semaine, afin que mon être tout entier soit toujours tourné vers le Seigneur.

Ajuste mes pensées à celles de Dieu, afin que mes paroles soient, comme les tiennes, vraies, justes, bienveillantes et miséricordieuses.

Cette semaine, je te remets mon jugement propre sur tout ce qui m'arrive. Je désire appréhender les évènements comme toi, dans la confiance et l'abandon, certaine que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l'aiment.

Garde-moi donc de penser du mal de mon prochain et de moi-même. Apprends-moi à méditer intérieurement les évènements, et à mettre un frein à ma langue pour que jamais ne sorte de ma bouche des paroles que toi, tu n'aurais pas prononcées.

Je désire aujourd'hui unir mes pensées et mes paroles aux tiennes, afin de louer Dieu et de lui rendre témoignage intérieurement et extérieurement.

Vierge Marie, Maman, j'ai confiance en toi.


Notre Père

Je vous salue Marie


3 - J'agis

Cette semaine, je prends un temps de silence intérieur. Je médite sur un évènement de mes vacances qui m'a contrarié ou sur une action ou une parole que je regrette.

Si je le peux, je prends un temps de recueillement ou de prière dans une église, une chapelle ou dans un lieu calme où je me sens bien… et je demande à Marie de m'éclairer et de me montrer le chemin qu'elle a tracé pour moi.


Pour confier votre semaine, cliquez sur "je prie"

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader