7. Jésus nous exhorte à accueillir, à donner à boire. (cf Mt 10, 40-42) - Hozana

7. Jésus nous exhorte à accueillir, à donner à boire. (cf Mt 10, 40-42)

«  Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé.

 Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.

 Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. » (Mt 10, 40-42)


Prière :

Seigneur, nous Te remercions pour tous les prêtres et les biblistes, les érudits de la Bible qui ont choisi et agencé les textes liturgiques pour chaque jour, chaque dimanche, nous Te remercions Seigneur pour la pertinence de leur choix.


Jésus, lorsqu'il parle est habité par le style de sa nation, il est aussi habité par les textes bibliques de l'Ancien Testament. Les paroles ci-dessus, en particulier : « Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète » (Mt 10, 41) ne peuvent pas ne faire allusion entre autres à la Sunamite de 2 R 4, 8-17.

Ce que nous avons médité et prié jusqu'ici éclaire l'Evangile de ce jour. La sunamite a accueilli Elisée en accord avec son époux  parce qu'il était un homme de Dieu : « Elle dit à son mari: Voici, je sais que cet homme qui passe toujours chez nous est un saint homme de Dieu. » (2 R 4, 9)

Jésus aussi, insiste pour que nous puissions déployer un accueil digne de ce nom. Jésus lance un appel pour l'accueil à donner aux hommes de Dieu, aux prophètes, aux disciples de Jésus, à ceux qui se dévouent corps et âme pour l'humanité, à nos prêtres qui ont fait don de leur vie et qui ont renoncé à créer une famille pour être au service de tous, pour devenir les pères de tous les blessés  de la vie, les conducteurs de tant de vies errantes, pour être ceux qui libèrent les existences.

Nos prêtres exercent le service de Dieu pour l'honorer. Ils ont aussi besoin que nous les honorions comme a fait la Sunamite avec Elisée.

Les prêtres ne sont pas appelés à prêcher ce qui fait plaisir à leurs ouailles ni à user de tant de retenue qu'ils n'osent par parler dans leurs homélies des hommes de Dieu. Ils ont choisi d'être homme de Dieu et prêtres. Alors oui, peuvent-ils nous dire, nous assumons notre dignité d'homme ordonné et consacré. Nous voulons bénir nos ouailles, les enseigner dans la justice et la vérité. Nous n'avons pas le droit de priver nos paroissiens de bénédictions dont ils pourraient bénéficier en suivant l'enseignement de Jésus. L'enseignement de notre Seigneur est clair aujourd'hui. Il faut agir comme la Sulamite à l'égard de nos (vos) prêtres, faisons leur du bien, soyons créatifs pour pourvoir à leurs besoins, nous serons grands aux yeux de Dieu.

Nos prêtres et nos pasteurs et les disciples de Jésus sont là. Ils parviennent à convaincre les hommes d'abandonner leurs vices et leurs péchés, ils sont conseillers conjugaux ou ils enseignent les adolescents pour les prémunir contre toute tentative de l'Ennemi de les priver de liberté. Ils méritent toute notre attention et tout notre intelligence pour que nous les aimions en vérité et que nous déployions pour eux et envers eux nos ressources afin de pouvoir répondre à l'attente de leur coeur et de de leurs projets. 

Jésus nous le dit, même si nous n'avons donné qu'un verre d'eau froide qui ne coûte rien, si ce n'est un peu de dévouement, nous ne perdrons pas notre récompense. Si nous pouvons donner davantage, pensons à tout ce qu'a donné la Sulamite, ne nous privons pas. Jésus nous le dit : « Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. » (Mt 10, 40) En accueillant ceux qui appartiennent au Christ, en accueillant les justes nous recevons une récompense de juste, mais nous accueillons aussi le Père lui-même. 

Certes d'autres parties de l'Evangile élargissent encore la perspective à tous les hommes dans le besoin sans appartenance aucune au Christ et même s'ils ne sont pas des justes. Il faut considérer ces deux genres de textes comme les deux ailes de l'oiseau et ne pas limiter nos bienfaits aux prêtres, aux chrétiens et aux justes seulement bien sûr. Mais dans la péricope de ce jour, l'accent est mis sur les disciples, les prophètes, les hommes justes et par extension à nos prêtres et à nos diacres.


Prière :

Saint-Esprit, viens nous éclairer pour que comme la Sulamite a oeuvré pour Elisée, nous puissions faire du bien, pourvoir aux besoins de nos prêtres, de nos diacres et des hommes de Dieu en général.

Saint-Esprit, viens nous éclairer pour que nous devenions les amis des religieuses et des religieuses et que nous tentions de leur apporter quelque chose qui soit susceptible de les honorer que nous contribuions par nos dons à les faire vivre.

Saint-Esprit inspire-nous comme Tu as inspiré la Sulamite. 

Saint-Esprit, si nous honorons les hommes de Dieu, les prêtres, les religieux et les religieuses, sans nul doute il y aura davantage de vocations. Inspire-nous Seigneur.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader