Facebook PixelAngelus du 21/06/2020 - Hozana

Angelus du 21/06/2020

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans l'Évangile de ce dimanche (cf. Mt 10,26-33) résonne l'invitation que Jésus adresse à ses disciples à ne pas avoir peur, à être forts et confiants face aux défis de la vie, en les prévenant des adversités qui les attendent. Le passage d'aujourd'hui fait partie du discours missionnaire, par lequel le Maître prépare les Apôtres à leur première expérience d'annonce du Royaume de Dieu. Jésus les exhorte avec insistance à “ne pas avoir peur”. La peur est l'un des pires ennemis de notre vie chrétienne. Jésus exhorte : “N'ayez pas peur”, “n'ayez pas peur”. Et Jésus décrit trois situations concrètes qu'ils auront à affronter.

D'abord l'hostilité de tous ceux qui voudraient réduire au silence la Parole de Dieu, en l'édulcorant ou en faisant taire ceux qui l'annoncent. Dans ce cas, Jésus encourage les Apôtres à diffuser le message de salut qu'Il leur a confié. Pour le moment, Il l'a transmis avec soin, presque en secret, dans le petit groupe des disciples. Mais ils devront le dire “dans la lumière”, c'est-à-dire ouvertement, et annoncer “sur les places” – comme le dit Jésus – c'est-à-dire publiquement, son Évangile.

La deuxième difficulté que les missionnaires du Christ rencontreront est la menace physique contre eux, c'est-à-dire la persécution directe contre leurs personnes, jusqu'à la mort. Cette prophétie de Jésus s'est réalisée en tous temps : c'est une réalité douloureuse, mais elle atteste de la fidélité des témoins. Combien de chrétiens sont persécutés aujourd'hui encore dans le monde entier ! Ils souffrent pour l'Évangile avec amour, ce sont les martyrs de nos jours. Et nous pouvons dire avec certitude qu'ils sont plus nombreux que les martyrs des premiers temps : tant de martyrs, simplement pour le fait d'être chrétiens. A ces disciples d'hier et d'aujourd'hui qui souffrent la persécution, Jésus recommande : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l'âme » (v. 28). Il ne faut pas se laisser inquiéter par ceux qui cherchent à éteindre la force évangélisatrice par l'arrogance et la violence. En effet, ils ne peuvent rien contre l'âme, c'est-à-dire contre la communion avec Dieu : cela, personne ne peut l'enlever aux disciples, car c'est un don de Dieu. La seule peur que le disciple doit avoir est celle de perdre ce don divin, la proximité, l'amitié avec Dieu, en renonçant à vivre selon l'Évangile et en se donnant ainsi la mort morale, qui est l'effet du péché.

Le troisième type d'épreuve que les Apôtres auront à affronter, Jésus l'indique dans le sentiment que certains pourront expérimenter, que Dieu lui-même les a abandonnés, en restant distant et silencieux. Ici aussi il exhorte à ne pas avoir peur, car, même en traversant ces autres embûches, la vie des disciples est solidement dans les mains de Dieu, qui nous aime et qui nous protège. Ce sont comme les trois tentations : édulcorer l'Évangile, le diluer ; deuxièmement, la persécution ; et troisièmement, le sentiment que Dieu nous a laissés seuls. Jésus aussi a souffert cette épreuve au Jardin des oliviers et sur la croix : “Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?”, dit Jésus. Parfois l'on sent cette aridité spirituelle ; nous ne devons pas avoir peur. Le Père prend soin de nous, parce que notre valeur est grande à ses yeux. Ce qui importe est la franchise, c'est le courage du témoignage de foi : “reconnaître Jésus devant les hommes” et avancer en faisant du bien.

Que la Très Sainte Vierge Marie, modèle de confiance et d'abandon à Dieu à l'heure de l'adversité et du danger, nous aide à ne jamais céder au découragement, mais à toujours nous confier à Lui et à sa grâce, plus puissante que le mal.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

8 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader