Dieu de mes frères qui souffrent, mon coeur se donne à ton Amour! - Hozana

Dieu de mes frères qui souffrent, mon coeur se donne à ton Amour!

Dieu de mes frères qui souffrent, mon coeur se donne à ton Amour!

Samedi 23 mai, 6ème Semaine du Temps Pascal-Année A

de la férie

Lectures de la messe

  • Première lecture (Ac 18, 23-28)
  • Psaume (46 (47), 2-3, 8-9, 10)
  • Évangile (Jn 16, 23b-28)


Dieu de mes frères qui souffrent, mon cœur se donne à ton Amour!


Oraison

Avant de s'en aller près de toi, notre Père, ton Fils promit aux Apôtres l'Esprit Saint ; ils ont reçu de toi des grâces innombrables qui leur ont fait connaître les choses d'en haut, répands maintenant sur nous les mêmes dons de l'Esprit.


"C'était un homme éloquent, versé dans les Écritures. Il avait été instruit du Chemin du Seigneur ; dans la ferveur de l'Esprit, il parlait et enseignait avec précision ce qui concerne Jésus, mais, comme baptême, il ne connaissait que celui de Jean le Baptiste. Il se mit donc à parler avec assurance à la synagogue.(...) Il réfutait publiquement les Juifs, en démontrant par les Écritures que le Christ, c'est Jésus."


Chers frères et soeurs, ce qu'il y a de bien avec la Parole de Dieu, c'est que nous ne cessons de pénétrer plus avant, dans le mystère de Dieu.

Les moines vous le diront, plus ils avancent en âge, plus ils ont ce désir de goûter la Parole de Dieu, plus aussi, ils en découvrent l'infinie beauté, plus ils découvrent aussi combien elle ne cesse de révéler, comme mille facettes de Dieu, des facettes s'éclairant mutuellement, mais d'une lumière qui ne connaît point de déclin.

De même, alors que nous avançons dans ces lectures du temps Pascal, alors que nous suivons pas à pas Jésus Ressuscité, et maintenant retourné vers son Père, nous découvrons les mille facettes de sa vie, cette vie qu'Il tient de son Père.

Et cette vie divine, qui s'établit dans cette relation avec son Père dans un Amour éternel du Père et du Fils, est engendrement de Vie.

Nous découvrons précisément cette vie divine à l'oeuvre dans le coeur des disciples, après le départ de Jésus, cette vie divine qui se manifeste par l'Esprit Saint à l'œuvres, et qui ne cesse de se révéler en ces œuvres de conversion et d'annonce de l'Evangile.

De Jean Baptiste à Jésus, de l'ancienne à la nouvelle alliance, Dieu ne cesse de visiter son peuple, Dieu ne cesse de lui procurer cette vie divine notamment par les saintes Ecritures.

“Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché du Verbe de vie, nous vous l'annonçons.Oui, la vie s'est manifestée, nous l'avons vue, et nous rendons témoignage : nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous.Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous.” (I Jn 1-3)

Et cette vie, révélée dans les Ecritures, Dieu l'a pleinement manifestée en Jésus Christ.

Ce que nous vous annonçons, ce n'est pas un roi régnant sur des armées, mais c'est un Messie crucifié, mort et Ressuscité le troisième jour, conformément aux Ecritures, pour notre Salut. Notre Espérance, la voilà, cette vie victorieuse de la mort, à laquelle nous sommes appelés, à la suite du Christ, de par notre baptême.

Fils et filles de Jésus Christ, nous sommes, avec Lui, enfantés à une vie nouvelle.


“Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.”


Enfantés à une vie nouvelle, nous le sommes non seulement en espérance, mais en vérité.

Car dès à présent, de par notre baptême, de par notre filiation divine, nous devenons pleinement enfants de Dieu, et dès lors, nous entrons pleinement dans cette relation au Père qui nous veut avec Lui, en Lui, et par Lui.

Ainsi donc, tout ce que nous demandons au Père, s'accomplit, par Lui, en nos vies. Telle est bien la promesse du Christ, telle est bien la réalité que nous sommes invités à expérimenter dans nos propres vies, fussent-elles les plus blessées, les plus désespérées.

Le Dieu des cœurs qui souffrent, m'invite à me donner pleinement à son Amour, m'invite à cette confiance totale en sa Miséricorde, en cet Amour qui se donne, qui se penche sur le plus petit, le plus désespéré, pour lui dire: “Tu es aimé de Dieu, tu es ce diamant de grande valeur que je cherchais, et qui éclate soudain à mes yeux, tu es cet être unique et aimé de mon Coeur!”


“Demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite.”


Dans cette prison où tout est sombre et sinistre, dans cette prison sans lendemain, dans ce lieu de mort, il y a ce sourire né d'une Espérance, il y a ce sourire né de cette conviction de foi, d'être Aimée de ce Dieu qui s'est fait Homme, qui s'est fait Incarcéré, qui s'est fait Prisonnier de nos doutes, Prisonnier de notre égoïsme, qui s'est fait Prisonnier de notre haine, qui s'est fait Prisonnier de notre incapacité à envisager le monde avec un A comme Amour.

Dans cette prison, il y a un lieu qui devient lieu de libération, il y a un lieu qui devient lieu de renaissance, car c'est en ce lieu qu'est enfanté, l'Amour qui se donne, cet Amour qui est le Corps et le Sang du Christ, un Amour qui se donne gratuitement, un Amour qui vient rejoindre le plus petit, le plus blessé, le dernier des oubliés de nos sociétés.

Non, décidément, l'Eglise n'est pas un syndicat qui se meurt, l'Église est simplement ce Service d'Amour Mondial d'Urgence!

Je crois vraiment en mon cœur, que ce qui sauvera le monde, fondamentalement, ce ne sont point nos milliards, même s'ils sont nécessaires, mais c'est l'Amour du Christ qui se donne, et celui que nous oserons avoir pour tous les hommes nos frères.

Il Y a un service d'urgence à créer, et c'est bien celui de l'amour, cet amour d'où jaillira tout le reste, d'où naîtra la main tendue, d'où naîtra ce projet humanitaire, d'où naîtra, ce projet missionnaire. Sans amour, il n'y a pas de projet, pas de main tendue. Sans amour, je ne saute pas de l'hélicoptère pour aller sauver le monde!

Car aujourd'hui, c'est bien le monde qu'il s'agit de sauver, et non plus notre seule patrie.


“Or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous, car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé et vous avez cru que c'est de Dieu que je suis sorti.”


Jésus aujourd'hui m'introduit dans une nouvelle dimension. Il y a quelques temps, un jeune me disait, que dans un pays d'Asie, on vivait déjà le cinéma en 4D.

C'est bien à cela que nous sommes appelés aujourd'hui, vivre le monde dans une quatrième dimension, et cette dimension, c'est l'amour.

L'Amour n'est pas une utopie. Mais l'Amour nous engage, il nous engage dans une voie de partage, de respect de la planète, il nous engage dans la paix!

Je crois que le grand défi des hommes et des femmes aujourd'hui, c'est la paix, c'est l'amour, c'est le partage.

Lorsque nous parviendrons à y réussir, je crois que l'humanité aura fait un grand bon!

Évidemment, cela suppose que nous y travaillions ensemble, tous ensemble, que nous consentions à des renoncements, que nous acceptions des concessions, que nous acceptions de lâcher certaines de nos “sécurités”.

Mais entendons à nouveau cette Parole de Jésus:


 “Le Père lui-même vous aime.”


Je puis prendre alors un instant et me poser une question, une seule: finalement, au bout du bout, qu'est ce qui sera le plus important pour moi?


Amen!


Par la puissance de l'Esprit


Les apôtres l'ont expérimenté. Pour eux, il ne s'agit pas de faire la preuve argumentée que Jésus est le Fils de Dieu. Ils en ont été les témoins choisis. Alors, qu'est-ce qui les empêche de reconnaître la puissance de Dieu et d'être eux-mêmes convertis, comme Jésus y invite Pierre: “Toi, quand tu seras converti, affermis tes frères” (Luc 22, 32)? Leur refus est intérieur.

Comment, pauvres pécheurs, vont-ils croire que Dieu est à l'œuvre? Quand leur liberté sera délivrée de sa servitude, quand leur cœur de pierre brûlera d'amour, quand leurs oreilles bouchées par leur propre dureté entendront la Parole de Vie qu'ils ont à transmettre, quand leurs yeux s'ouvriront à la lumière qu'ils doivent faire briller aux yeux des hommes au lieu de la fuir, quand enfin ils laisseront agir en eux la puissance divine que le Christ leur donne, l'Esprit d'amour qui unit le Père et son Fils.

C'est la leçon que les apôtres reçoivent au jour  de la Pentecôte. Ils sont alors mis devant le fait accompli par Dieu. La puissance de salut qui agit en eux agit en même temps chez les autres et se déploie à l'intérieur de la faiblesse humaine. Voilà ce que c'est l‘apostolat.

Retournement de la vie et délivrance du péché, la conversion rend capable d'observer ce que Jésus a prescrit, c'est à dire de partager sa vie en entrant dans son œuvre de Messie. A l'exemple des apôtres, on ne “se convertit” pas soi-même, en en prenant la décision; on est converti, transformé par la puissance de l'Esprit du Père et du Fils, en se laissant inspirer. Ce don gratuit de Dieu- ce que les théologiens ont nommé la grâce-ne se substitue pas à la liberté humaine, mais celle-ci en a besoin pour être vraiment affranchie.

Jean Marie Lustiger "Comment Dieu ouvre la porte de la foi", Ed. Desclée de Brouwer


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader