Ô Jésus mon Sauveur, couvert de nouveaux outrages par les blasphémateurs…

Ô Jésus mon Sauveur, couvert de nouveaux outrages par les blasphémateurs…

Image de la Sainte Face par Francisco Zurbaran - 1658

.

    Le titre est extrait de la prière composée par sœur Marie de Saint-Pierre pour honorer la sainte face du Sauveur.

.

            Nous sommes le premier samedi du mois d'avril, et aussi, dans la forme extraordinaire du rite romain, le Samedi de la Passion qui clôture la ‘'semaine de la Passion'', nous préparant à la Semaine Sainte qui commence demain avec le dimanche des Rameaux dont l'évangile nous fera revivre la Passion du Christ et les outrages que les hommes Lui feront subir.

            Compte tenu de notre confinement, efforçons nous de pratiquer notre dévotion réparatrice avec le plus de ferveur possible pour compenser l'impossibilité de communier sacramentellement ou de nous confesser . Grâce à internet, assistons à la messe ce jour particulier, et faisons notre communion spirituelle, notre méditation et récitons notre chapelet. Sanctifions ce dimanche des Rameaux du mieux que nous pourrons, en assistant à une messe retransmise, ou en faisant une visite au saint sacrement (si l'église est dans la limite des déplacements autorisés). Pensons aussi que pour la première fois depuis plusieurs siècles jamais un aussi grand nombre de catholiques n'avaient été privés de messe pour les fêtes pascales. ''Pardonnez Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne vous fâchez pas contre nous pour l'éternité.''       

            Nous terminerons cette série de publications consacrée à la réparation des blasphèmes, par les litanies de la sainte Face composées par sœur Marie de Saint-Pierre dont nous avons déjà parlé. Nous verrons ce que ‘'Le saint homme de Tours, Monsieur Dupont'' a obtenu en vénérant l'image de la sainte Face de Jésus. Auparavant, intéressons-nous à la naissance d'une œuvre particulière dont le motif sera repris par l'Enfant Jésus à Pontevedra, en l'appliquant à Marie.

.

I   L'œuvre de l'adoration nocturne

.

            Une artiste peintre parisienne, Théodelinde Dubouchée, au bord de la mort, fut guérie subitement en faisant une neuvaine de prière à sœur Marie de Saint-Pierre. Elle devint religieuse sous le nom de sœur Marie-Thérèse du Cœur de Jésus et, - après avoir pris connaissance des révélations de sœur Marie de Saint-Pierre, - se sentit poussée à établir une congrégation de l'adoration réparatrice. Cette idée de l'adoration nocturne du saint Sacrement fut reprise et instaurée à Paris, pour les hommes, par le père Hermann (Hermann Cohen, le fameux juif devenu carme) le 6 décembre 1848, puis par M. Dupont à Tours qui justifiera cette création en disant : ‘'L'œuvre de l'adoration est tout autant pour réparer les outrages adressés à Notre-Seigneur que pour réédifier, sur des bases chrétiennes, la société que la philosophie abandonne pantelante aux abords de l'enfer''

            Monsieur Dupont rencontrera plusieurs fois le père Hermann à Tours, ainsi que saint Pierre-Julien Eymard et les fera prêcher tous les deux sur le saint Sacrement dans le cadre de l'œuvre de l'adoration nocturne. De nombreuses grâces de conversions et de guérisons furent obtenues. On écrivait de très loin pour confier à monsieur Dupont des intentions de prière. Monsieur Dupont fit répandre cette pratique de l'adoration nocturne partout en France et dans plusieurs pays d'Europe.

.

II     La vénération de la sainte Face de Jésus

.

            Tout commença par un miracle survenu à Rome, en janvier 1849, pendant l'exil du pape Pie IX à Gaëte. Des prières publiques avaient été prescrites dans toutes les églises et le voile de Véronique fut exposé à Saint-Pierre au Vatican. C'est alors que le tissu se colora, s'anima tandis que l'empreinte du visage de Notre-Seigneur se montrait en relief dans une douce lumière. Le prodige fut renouvelé plusieurs fois et constaté par les autorités ecclésiastiques. On décida de faire toucher au voile des fac-similés qui furent répandus dans toute la Chrétienté. C'est ainsi que plusieurs images de la sainte Face, Facsimilées et touchées au voile de Véronique parvinrent chez les bénédictines d'Arras qui en envoyèrent aux carmélites de Tours. Ces dernières en donnèrent deux à monsieur Dupont le dimanche des Rameaux 1851.

            Le lundi saint, Léon Papin Dupont les confie à un ouvrier pour les encadrer. Quand il les reçoit le mercredi saint, il réserve la plus belle pour l'œuvre de l'Adoration nocturne, et garde pour lui celle qui avait un défaut d'impression. Il l'expose le jour même dans son salon en l'éclairant d'une lampe. Si des visiteurs étaient intrigués, il prévoyait  de leur parler de Dieu, des péchés des hommes et du devoir de la RÉPARATION . Voilà tout l'apostolat auquel il pensait.

            Mais le samedi saint, monsieur Dupont invite une visiteuse qui avait les yeux très malades, à prier devant la sainte Face pour demander sa guérison et à se mettre de l'huile de la lampe sur les yeux. Elle s'exécute et est guérie immédiatement.

            M. Dupont raconte lui-même, dans une lettre, la suite des événements :

            ‘'Bientôt, nous entrâmes dans le mois consacré au Sacré-Cœur et au Précieux Sang, et dès lors les consolations surabondèrent. Plus de vingt personnes ressentirent des effets sensibles dans des maladies graves. De proche en proche on racontait les grâces obtenues. Nous commençâmes à réciter alors, au pied de l'image les litanies de la sainte Face, composées par la pauvre petite ouvrière de Bretagne, devenue Sœur Marie de Saint-Pierre. Les prodiges se multiplièrent; je n'entreprends pas d'entrer dans le détail des guérisons opérées avec l'huile: Des cancers, des ulcères intérieurs et extérieurs, des cataractes, des ankyloses, des surdités, etc. tout cela en grand nombre. Depuis le 2 décembre 1851 [il écrit le 3 mai 1852 ], j'ai donné plus de 8 000 petites fioles d'huile. De jour en jour, la foule augmente ; il y a des samedis où plus de 300 personnes arrivent. Mais ce qui prouve surtout que la grâce agit, c'est que tout ce monde comprend que les neuvaines de prières et d'onctions d'huile s'achèvent par la confession et la communion.''

            M ; Dupont en tire la leçon :

            ‘'A la suite de ces prodiges, j'ai commencé à comprendre que Notre-Seigneur avait révélé la dévotion à la sainte Face pour nous faire entrer dans le mystère de ses souffrances continuées dans les âmes : ‘'Rursum crucifigentes''(*), comme saint Paul le disait. Dès lors il y a obligation pour tout ami de Jésus de tenir la place de Véronique sur la nouvelle voie douloureuse.'' (*) Les péchés sont comme une nouvelle crucifixion de Notre-Seigneur : ils le mettent à mort en nous.

            Monsieur Dupont passera les vingt-cinq dernières années de sa vie à recevoir les pèlerins venus de France et d'Europe pour prier la sainte Face dans son salon. Des centaines de miracles, de guérisons et de conversions se produiront en sa présence dans sa maison. Monsieur Dupont entretiendra une correspondance très abondante avec tous ceux qui lui écriront, religieux ou laïques, pour lui demander des conseils ou des images de la sainte Face avec neuvaine et huile. Des guérisons à distance seront également obtenues par ce moyen, en Inde et aux États-Unis par exemple. Il mourra le 18 mars 1876.

111815-o-jesus-mon-sauveur-couvert-de-nouveaux-outrages-par-les-blasphemateursImage en relief du suaire de Turin

            Le saint suaire de Turin, grâce à la science, a permis de nous révéler cette sainte Face d'abord grâce à la photographie par Secondo Pia en 1898, puis ensuite son relief, grâce au logiciel de la NASA, le VP8, utilisé en 1976 par Jumper et Jackson. Son authenticité ne fait maintenant aucun doute, puisque cette image en relief a mis en évidence, sur l'œil droit, un lepton romain, pièce de monnaie frappé par Ponce Pilate où figure le nom de l'empereur Tibère César. Depuis les résultats discordants du carbone 14, on sait que cette méthode ne donne des résultats probants que sur des échantillons massifs, et non fibreux, surtout si ces derniers ont été longuement au contact de l'air qui a appauvri en surface la teneur en isotope de référence, rajeunissant les échantillons observés.

.

III    Litanie de la sainte face

.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils de Dieu, rédempteur du monde, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avez été adorée avec un profond respect par Marie et par Joseph, lorsqu'ils vous virent pour la première fois, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avez ravi de joie, dans l'étable de Bethléem, les anges, les pasteurs et les mages, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avait blessé d'un trait d'amour, dans le temple, le vieillard Siméon et Anne la prophétesse, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avez été baignée de larmes en votre sainte enfance, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avez rempli d'admiration les docteurs de la loi, quand vous parûtes dans le temple à l'âge de douze ans, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, blanche de pureté, vermeille de charité, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, plus belle que le soleil, plus gracieuse que la lune, plus brillante que les étoiles, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, plus précieuse que l'or, l'argent et les diamants, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont les traits étaient ravissants et les grâces charmantes, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la noblesse caractérisait tous les traits, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, contemplée par les anges, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, la douce volupté des saints, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, chef d'œuvre du Saint Esprit, dans laquelle le Père éternel met ses complaisances, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, délices de Marie et de Joseph, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, miroir ineffable des perfections divines, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la beauté est toujours ancienne et toujours nouvelle, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui apaisez la colère de Dieu, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui faites trembler les démons, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, trésor de grâces et de bénédictions, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, exposée dans le désert aux intempéries de la saison, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, brûlée des ardeurs du soleil et baignée de sueur dans les voyages, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont l'expression est toute divine, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la modestie et la douceur attiraient les justes et les pécheurs, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui donniez un saint baiser aux enfants après les avoir bénis, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, troublée et pleurant au tombeau de Lazare, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, brillante comme le soleil et rayonnante de gloire au mont Thabor, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, attristée à la vue de Jérusalem et versant des larmes sur cette ville ingrate, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, abaissée jusqu'à terre au jardin des oliviers et portant la confusion de nos péchés, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui avait été couverte d'une sueur de sang, ayez pitié de nous.*

Ô Face adorable, baisée par le perfide Judas, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la sainteté et la majesté saisirent de terreur les soldats et les renversèrent, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, frappée par un infâme valet, couverte d'un voile d'ignominie et profanée par les mains sacrilèges de vos ennemies, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, souillée de crachats et meurtrie par tant de soufflets et de coups, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont les divins regards blessèrent le cœur de Saint Pierre d'un trait de douleur et d'amour, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, humiliée pour nous dans les tribunaux de Jérusalem, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui conservâtes votre sérénité lorsque Pilate prononça le funeste arrêt, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, couverte de sueur et de sang, tombant dans la boue sous le fardeau de la croix, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui méritez tous nos respects, nos hommages et nos adorations, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, essuyée d'un voile par une pieuse femme sur la route du calvaire, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, élevée sur l'instrument du plus honteux supplice, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont le front a été couronné d'épines, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont les yeux ont été remplis de sang, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la bouche divine fut abreuvée de fiel et de vinaigre, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont les cheveux et la barbe ont été arrachés par les bourreaux, ayez pitié de nous.*

Ô Face adorable, qui êtes devenue semblable à celle d'un lépreux, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, dont la beauté incomparable à été obscurcie sous les nuages affreux des péchés du monde, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, couverte des tristes ombres de la mort, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, parfumée par Marie et les saintes femmes et couverte d'un suaire, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, renfermée dans le sépulcre, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui daignâtes vous imprimer sur le saint suaire, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, toute resplendissante de gloire et de beauté au jour de la Résurrection, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, toute éblouissante de lumière au moment de l'Ascension, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, cachée dans l'Eucharistie, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui apparaîtrez à la fin des temps dans les airs, avec une grande puissance et une grande majesté, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui ferez trembler les pécheurs et remplirez les justes de joie, ayez pitié de nous.

Ô Face adorable, qui serez dans le ciel le ravissement éternel des saints, ayez pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

Prions.

            Je vous salue, je vous adore et je vous aime, ô Jésus mon Sauveur couvert de nouveaux outrages par les blasphémateurs, et je vous offre, dans le cœur de la divine Marie, comme un encens et un parfum d'agréable odeur, les hommages des anges et de tous les saints, en vous priant humblement, par la vertu de votre Sainte Face, de réparer et de rétablir en moi et dans tous les homme, votre image défigurée par le péché. Ainsi soit-il.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

22 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader