Saint-Martial guérit de l'Epidémie du mal des Ardents

Saint-Martial guérit de l'Epidémie du mal des Ardents

Le 12 novembre 994, alors qu'un terrible fléau (Mal des ardents dû à l'ergot de seigle) décime la population de Limoges, Guillaume IV, duc d'Aquitaine, les archevêques de Bordeaux, de Bourges, les évêques de Limoges, Clermont-Ferrand, du Puy, de Périgueux et Angoulême se sont retrouvés autour de la dépouille de Martial, premier évêque de Limoges.

Comme la science s'est montrée impuissante, ils pensent que la prière peut les aider à sortir de cette situation dramatique pour la ville. D'un commun accord, ils décident alors de porter les reliques du premier évêque de Limoges sur le point le plus haut de la ville.

C'est donc au Montjovis, mont de la joie, qu'ils implorent le ciel de mettre fin à ce fléau. Saint Martial entendit la prière de son peuple et des milliers de malades furent guéris ce jour-là. D'où cette citation : « Dieu garde la ville, saint Martial les gens ».


En ces temps ou une nouvelle épidémie (Coronavirus) nous menace et frappe autour de nous, invoquons Saint-Martial, afin de mettre fin à ce fléau et de nous protéger.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Saint-Martial, Apôtre des Gaules et de l'Aquitaine