"Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer ..." (Mc 4, 35-41) - Hozana

"Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer ..." (Mc 4, 35-41)

"Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer ..." (Mc 4, 35-41)

Chant final: "Avec Toi dans notre barque" par Claude BERNARD et Michel WACKENHEIM

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Ce jour-là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
« Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
dans la barque,
et d’autres barques l’accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l’arrière.
Les disciples le réveillent et lui disent :
« Maître, nous sommes perdus ;
cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci,
pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

Source : AELF

Méditation Pasteur Nicole Fabre

La fin de cet épisode, dans un conte, serait tout autre. Imaginons : impressionnés, ils goutèrent alors au calme retrouvé, heureux d’être en compagnie d’un tel homme et savourant par tous leurs sens le miracle qui venait de se produire. Mais la fin de l’évangile est différente : Ils furent saisis d’une grande frayeur, et ils se disaient entre eux : « Qui donc est-il, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » En fait, la tempête qui sévissait sur le lac est apaisée, certes, mais une autre s’est levée dans leurs têtes. Eux ne sont pas apaisés, mais presqu’épouvantés. Pourtant, c’est eux qui ont sollicités Jésus pour ne pas mourir, et lui avec eux. Mais quelque chose de plus fort les secoue : ils croyaient le connaître, tout savoir de Jésus. C’est pour cela d’ailleurs qu’ils l’ont réveillé. Mais ils réalisent qu’en fait, son identité leur échappe totalement. Ils ont tout à découvrir. Ils pensaient que son sommeil signifiait une absence. Qu’ils avaient à le rappeler à la réalité. Mais les événements et la parole de Jésus les interroge : quelle est leur foi, c’est-à-dire leur confiance en Dieu, en lui, Jésus ? Les événements qui nous menacent, individuellement ou collectivement, toutes les tempêtes où nous sommes impuissants nous ré-interrogent sans cesse : Qui est-il ? Il est bien autre que tout ce que je connais déjà, ce que nous connaissons déjà. Cette question même nous ouvre à foi : s’appuyer de tout notre être sur celui qui nous échappe, mais est présent dans toutes les circonstances de notre vie, de la vie de notre monde.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

14 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader