Facebook PixelAngelus du 26/01/20 - Hozana

Angelus du 26/01/20

Chers frères et sœurs, bonjour !

L'Evangile d'aujourd'hui (cf. Mt 4,12-23) nous présente le début de la mission publique de Jésus. Cela advient en Galilée, une terre de périphérie par rapport à Jérusalem, et regardée avec suspicion pour son mélange avec les païens. L'on n'attendait rien de bon ni de nouveau de cette région ; cependant c'est là que Jésus, qui avait grandi à Nazareth en Galilée, commence sa prédication.

Il proclame le noyau central de son enseignement résumé dans l'appel : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » (v. 17). Cette annonce est comme un puissant faisceau de lumière qui traverse les ténèbres et perce le brouillard, et elle évoque la prophétie d'Isaïe qui se lit la nuit de Noël : « Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l'ombre de la mort, une lumière s'est levée » (9,1). Avec la venue de Jésus, lumière du monde, Dieu le Père a montré à l'humanité sa proximité et son amitié. Elles nous sont données gratuitement au-delà de nos mérites. La proximité de Dieu et l'amitié de Dieu ne sont pas dues à notre mérite, elles sont un don gratuit de Dieu que nous devons protéger.

L'appel à la conversion, que Jésus adresse à tous les hommes de bonne volonté, se comprend en plénitude à la lumière de l'événement de la manifestation du Fils de Dieu, sur lequel nous avons médité ces derniers dimanches. Si souvent, il est impossible de changer de vie, d'abandonner la route de l'égoïsme, du mal et du péché, parce que l'on concentre l'effort de conversion seulement sur soi-même et sur ses propres forces, et non pas sur le Christ et son Esprit. Mais notre adhésion au Seigneur ne peut pas se réduire à un effort personnel, non. Croire cela serait un péché d'orgueil. Notre adhésion au Seigneur ne peut se réduire à un effort personnel, elle doit au contraire s'exprimer dans une ouverture confiante du cœur et de l'esprit pour accueillir la Bonne Nouvelle de Jésus. C'est cela – La Parole de Jésus, la Bonne Nouvelle de Jésus, l'Evangile – qui change le monde et les cœurs ! Nous sommes donc appelés à faire confiance à la parole du Christ, à nous ouvrir à la miséricorde du Père et à nous laisser transformer par la grâce de l'Esprit Saint.

C'est là que commence un vrai parcours de conversion. Comme cela est arrivé aux premiers disciples : la rencontre avec le divin Maître, avec son regard, avec sa parole, leur a donné l'impulsion pour le suivre, pour changer de vie en se mettant concrètement au service du Royaume de Dieu.

La rencontre surprenante et décisive avec Jésus a marqué le début du chemin des disciples, en les transformant en annonciateurs et en témoins de l'amour de Dieu envers son peuple. A l'imitation de ces premiers hérauts et messagers de la Parole de Dieu, que chacun de nous  puisse mettre ses pas dans les pas du Sauveur, pour offrir l'espérance à ceux qui en sont assoiffés.

Que la Vierge Marie, à laquelle nous nous adressons en cette prière de l'Angélus, soutienne ces propositions et les confirme par son intercession maternelle.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader