Conversion de Frédéric Ozanam - Hozana

Conversion de Frédéric Ozanam

Conversion de Frédéric Ozanam

Son histoire

Frédéric connaît une enfance choyée et chrétienne, entre un père généreux, fortement attaché à la foi de ses pères et une mère très pieuse. Ses parents veillent particulièrement à éveiller le sens de ses responsabilités et la voix de la conscience de tous leurs enfants. Au Collège Royal de Lyon, pourtant tenu par des jésuites, l'impiété est assez répandue, ainsi qu'une certaine hostilité envers l'Église. Beaucoup d'esprits restent marqués par la philosophie des Lumières. Dans ce contexte difficile, il n'est pas aisé pour un adolescent de préserver sa foi. Et voilà Frédéric assailli de doutes, les combattant, s'en désolant, mais y revenant encore et toujours… Heureusement, en 1828, la rencontre – décisive – de l'abbé Noirot, son professeur de philosophie, l'aide à sortir de cette crise. La finesse et l'intelligence de ce prêtre remarquable le soutiennent dans sa lutte intérieure contre le scepticisme. Sa fidélité et son obéissance à l'Église ont été forgées au creuset de la souffrance intérieure.

 

Prière

Prière de Frédéric Ozanam. Lettre à Louis Jammot  :

Cette prière est une lettre écrite le 13 novembre 1836 à Louis Jammot – peintre et poète, élève d'Ingres –  dont Frédéric Ozanam avait fait la connaissance  au Collège royal de Lyon.

Il semble qu'il faille voir pour aimer et nous ne voyons Dieu que des yeux de la foi, et notre foi  est si faible ! Mais les hommes, mais les pauvres, nous les voyons des yeux de la chair ! Ils sont là et nous pouvons mettre le doigt et la main dans leurs plaies et les traces de la Couronne d'épines sont visibles sur leur front ; et ici l'incrédulité n'a plus de place possible, et nous devrions tomber à leurs pieds et leur dire avec l'apôtre : « tu es mon Seigneur et mon Dieu. » Vous êtes nos maîtres et nous serons vos serviteurs, vous êtes pour nous les images sacrées de ce Dieu que nous ne voyons pas, et ne sachant pas l'aimer autrement, nous l'aimerons en vos personnes.


Écouter la méditation avec OMELI


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

joseph
place Gardefort, il y a 2 mois
Elle est touchante cette prière !! Cependant aujourd'hui, aux vues de toutes les malices du monde, lorsqu'on rencontre un mendiant dans la rue, je suis pris d'hésitations ! Ensuite, vint le regret de ne pas avoir réagit à sa demande. Que Dieu me pardonne !!
Denise
place Rivière-du-Loup, il y a 2 mois
Une prochaine fois, vous y penserez sûrement car vous en êtes déjà touché et vous n'hésiterez plus.
NGIRABATWARE
place Kigali, il y a 2 mois
PRIEZ POUR NOUS. AMEN
Anna
place Marseille, il y a 2 mois
Bienheureux Frédéric Ozanam, vous rêviez "d'enserrer le monde dans un réseau de charité" et vous vous êtes mis au service des plus démunis, sans rien attendre en retour. Vous avez fondé la société de Saint-Vincent-de-Paul, parfait exemple d'amour et de charité car pour Saint Vincent de Paul, là où se trouve le pauvre, se trouve le Christ. Que votre appel fait aux laïcs de l'époque trouve écho dans la société de notre temps : "Apprenons, tout d'abord, à défendre notre foi sans haïr nos adversaires, à apprécier ceux qui ne pensent pas comme nous, à reconnaître qu'il y a des chrétiens dans tous les camps, et que Dieu peut être servi, maintenant comme toujours ! Plaignons-nous moins de notre temps, et plus de nous-mêmes. Soyons moins découragés, mais soyons meilleurs." Amen
Denise
place Rivière-du-Loup, il y a 2 mois
Amen... superbement dit. Merci
GJ
place Metz, il y a 2 mois
Amen !
Brigitte Desfontaines
place Gourbeyre, il y a 2 mois
Tu es mon Seigneur et mon Dieu je t'aime ❤🙏🙏🙏