"Hérode envoya tuer tous les enfants de Bethléem" (Mt 2, 13-18) - Hozana

"Hérode envoya tuer tous les enfants de Bethléem" (Mt 2, 13-18)

"Hérode envoya tuer tous les enfants de Bethléem" (Mt 2, 13-18)

Chant final: "L'enfant juif" par le choeur des Moniales de LA COUDRE

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Après le départ des mages,
voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph
et lui dit :
« Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère,
et fuis en Égypte.
Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse,
car Hérode va rechercher l’enfant
pour le faire périr. »
Joseph se leva ;
dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère,
et se retira en Égypte,
où il resta jusqu’à la mort d’Hérode,
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
D’Égypte, j’ai appelé mon fils.
Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui,
entra dans une violente fureur.
Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans
à Bethléem et dans toute la région,
d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.
Alors fut accomplie la parole prononcée
par le prophète Jérémie :
Un cri s’élève dans Rama,
pleurs et longue plainte :
c’est Rachel qui pleure ses enfants
et ne veut pas être consolée,
car ils ne sont plus.

Source : AELF

Méditation Père Michel Quesnel

Les historiens de l’Antiquité ne parlent pas du massacre des Innocents, mais un tel crime est bien dans la manière d’Hérode-le-Grand qui régnait sur la terre juive à l’époque de la naissance de Jésus. Ce sont de tout jeunes enfants, de moins de deux ans. Pendant ce temps, Jésus et sa famille ont été mis à l’abri en Egypte, grâce à un songe dont Joseph bénéficia.

Tuer des innocents pour consolider son pouvoir, y compris des enfants, quel que soit leur âge… Les journaux imprimés, radiodiffusés et télévisés regorgent d’événements semblables. Certaines régions du monde sont particulièrement touchées. L’Europe l’est moins que d’autres actuellement, mais il n’y a pas à remonter très haut dans l’histoire de notre continent pour identifier de tels massacres, qu’ils s’appellent génocides ou portent un nom plus pudique.

Ainsi en est-il lorsqu’un tyran cherche à asseoir son pouvoir : tyran politique, potentat économique, père ou mère abusif, chef religieux fanatique ou inquisitorial, adulte pédophile ou plutôt pédo-criminel. Aucun domaine de la vie courante n’est épargné.

Arriverons-nous enfin à comprendre qu’il n’y a pas d’autre autorité légitime qu’une autorité de service ? Et que, quand quelqu’un en dispose, mieux vaut que cela ne repose pas trop longtemps sur la même personne, de peur qu’elle en abuse ?

Donne-nous Seigneur, de ne pas nous habituer aux massacres d’innocents dont nous sommes informés. Donne-nous également de ne pas rechercher des postes d’autorité que nous ne saurions pas occuper avec suffisamment de mesure. Et prends pitié des enfants massacrés, de leurs familles, de tous ceux que la violence des humains plonge dans un deuil inconsolable.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader