L'Antiquité et l'hospitalité

L'Antiquité et l'hospitalité

 

Piste de réflexion:

Dans l’Antiquité, l’hospitalité envers l’étranger était un devoir fondamental et sacré. Obligation était faite de lui ouvrir sa porte,  de lui offrir gîte et couvert. Ce devoir était, pour Platon, « le plus sacré de tous » (Les Lois) ; pour Aristote, l’hospitalité est la vertu de l’homme sage, qui manifeste sa « grandeur d’âme » (L’Ethique à Nicomaque).

Cette vertu  était placée sous la protection des dieux, notamment Zeus, chez les Grecs, et Jupiter (surnommée « Jupiter l’hospitalier »), chez les Romains. Elle impliquait par ailleurs une relation réciproque. Le Dictionnaire de l’Académie définit en effet ce concept, pour la période de l’Antiquité, comme un «lien de réciprocité entre deux personnes, deux familles, deux villes en vertu duquel on se devait de rendre à son hôte l’hébergement qu’il vous  avait accordé ».

 

Prière:

Quand je n'ai pas de temps,
donne-moi quelqu'un que je puisse aider un instant.
Quand je suis humilié,
donne-moi quelqu'un dont j'aurai à faire l'éloge.

Quand je suis découragé,
envoie-moi quelqu'un à encourager.
Quand j'ai besoin de la compréhension des autres,
donne-moi quelqu'un qui ait besoin de la mienne.

Quand j'ai besoin qu'on prenne soin de moi,
envoie-moi quelqu'un dont j'aurai à prendre soin.
Quand je ne pense qu'à moi,
tourne mes pensées vers autrui.

Sainte Mère Teresa

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Prions pour l'hospitalité entre les hommes