"Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu'à ce ..." (Lc 21, 20-28) - Hozana

"Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu'à ce ..." (Lc 21, 20-28)

"Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu'à ce ..." (Lc 21, 20-28)

CHant final: "Jérusalem, que jamais je n'oublie ton nom" par la communauté du Chemin Neuf

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées,
alors sachez que sa dévastation approche.
Alors, ceux qui seront en Judée,
qu’ils s’enfuient dans les montagnes ;
ceux qui seront à l’intérieur de la ville,
qu’ils s’en éloignent ;
ceux qui seront à la campagne,
qu’ils ne rentrent pas en ville,
car ce seront des jours où justice sera faite
pour que soit accomplie toute l’Écriture.
Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes
et celles qui allaiteront en ces jours-là,
car il y aura un grand désarroi dans le pays,
une grande colère contre ce peuple.
Ils tomberont sous le tranchant de l’épée,
ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ;
Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens,
jusqu’à ce que leur temps soit accompli.
Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.
Sur terre, les nations seront affolées et désemparées
par le fracas de la mer et des flots.
Les hommes mourront de peur
dans l’attente de ce qui doit arriver au monde,
car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée,
avec puissance et grande gloire.

Quand ces événements commenceront,
redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche. »

Source : AELF

Méditation : Pasteur Jean-PIerre Sternberger

Qui parle ici ? Jésus ?

A-t-on vraiment rapporté les paroles de Jésus ou a-t-on mis dans sa bouche les mots d'un autre vivant la destruction de Jérusalem en 70 de notre ère ?

Je ne sais répondre à cette question. Nous ne sommes pas du côté de l'écrivain mais des lecteurs et peu importe. Seul importe le message.

Car la dévastation s'est emparée de Jérusalem. Certains fuyant la ville sont allés vers les montagnes. Nombreux furent les victimes et les exilés. Jérusalem foulée par les légions. Mais le pire semblait à venir. Dieu n'avait-il pas abandonné son peuple ? Dieu n'allait-il pas abandonner le monde ? N'allait-on pas voir des signes dans le ciel et les étoiles ? Et sur la terre les nations se déchirer ? N'allait-on pas assister à de grandes sécheresses, voir des océans les eaux monter et engloutir des archipels entiers ? N'allait-on pas,dans un printemps silencieux voir disparaître les glaciers des Alpes, les neiges de Sibérie, les forêts tropicales, les barrières de corail ?

Aussi je crois aujourd'hui que Jésus nous dirait ce qu'il dit ici dans l'évangile. Relevez la tête. Ne courbez pas l'échine. Sachez voir le fils de l'homme, regardez l'être humain. Il vient.

Il vient comme une adolescente sur un voilier qui entre dans le port de New-York. La création souffre et soupire.

Viens Seigneur nous réveiller enfin de nos paresses et de nos peurs. Il est temps que l'humain se remette debout.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader