Espérance et salut des nations, viens, Seigneur, viens nous sauver !

Espérance et salut des nations, viens, Seigneur, viens nous sauver !

     Les 7 antiennes de Noël  

                    

             Depuis le temps de l'Avent, l'Eglise manifeste son désir de la venue du Sauveur. Elle le montre avec les paroles de la ‘'Préface'', dites tous les jours de ce temps liturgique.  ‘' Il est vraiment juste et nécessaire, c'est notre devoir et c'est notre salut, de vous rendre grâce toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ notre Seigneur, qu'en votre miséricorde et votre fidélité vous avez promis au genre humain en perdition comme le Sauveur dont la vérité instruirait les ignorants, dont la sainteté justifierait les impies, dont la force soutiendrait les faibles. Maintenant on qu'approche le moment où doit venir celui que vous allez envoyer et que luit déjà le jour de notre délivrance, confiants en vos promesse, nous exultons d'une sainte joie.......    ‘'  

            Cette joie, l'Eglise l'a manifestée dimanche dernier dans les deux formes du rite romain. Dans la mémoire des gens, autrefois on l'appelait le dimanche de ‘'Gaudete'' (Premier mot de la première prière du propre de la messe). En plus, cela se voyait tout de suite en entrant dans l'église : Il y avait des fleurs sur l'autel, les ornements du tabernacle et du prêtre étaient roses au lieu de violet. Ce temps de pénitence relative pour nous préparer à la venue du sauveur, son premier avènement, marquait une pose. De la même façon que pendant le carême avec le dimanche de ‘'Laetare'' au milieu d'un temps de pénitence plus austère, (marqué par l'absence de l'Alléluia dans les prières de la messe) pour nous faire bien comprendre la gravité du péché et le prix de notre Salut. 


               L'Eglise commence ce jour à manifester de façon plus insistante son désir de la venue du sauveur par 7 jours de préparation directe, manifestés au moment des vêpres par la succession chaque jours, d'antiennes, commençant toutes par l'apostrophe ‘'O''. Elles se terminent aussi toutes avec la même prière insistante : ‘' Viens, Seigneur, viens nous sauver ! ''. Elles constituent comme un résumé de toutes les prophéties concernant le Messie.

           Voici  les textes de ces 7 antiennes dont la fin de la septième nous a servi de titre.


- 17 Décembre : ‘'O Sapiéntia''  O Sagesse de la bouche du Très-Haut, toi qui régis l'univers avec force et douceur, enseigne-nous le chemin de la vérité, viens, Seigneur, viens nous sauver !


- 18 Décembre : ‘' O Adônai ‘'  O Chef de ton peuple d'Israël, tu te révèles à Moïse dans le buisson ardent et tu lui donnes la Loi sur la montagne, délivre-nous par vigueur de ton bras, viens, Seigneur…….

- 19 Décembre : ‘'O Radix ‘'  O Rameau de Jessé, étendard dressé à la face des nations, les rois sont muets devant toi, tandis que les peuples t'appellent : délivre-nous, ne tarde plus, viens, Seigneur…..

- 20 Décembre : ‘'O Clavis ‘'  O Clé de David, ô Sceptre d'Israël, tu ouvres, et nul ne fermera, tu fermes, et nul n'ouvrira : arrache les captifs aux ténèbres, viens, Seigneur, viens nous sauver !

- 21 Décembre : ‘'O Oriens ‘'  O Soleil levant, splendeur de justice et lumière éternelle, illumine ceux qui habitent les ténèbres et l'ombre de la mort, viens, Seigneur, viens nous sauver !

- 22 Décembre : ‘' O Rex''  O Roi de l'univers, ô Désiré des nations, pierre angulaire qui joins ensemble l'un et l'autre mur, force de l'homme pétri de limon, viens, Seigneur, viens nous sauver !

- 23 Décembre  ‘'O Emmanuel ‘'  O Emmanuel, notre Législateur et notre Roi, espérance et salut des nations, viens, Seigneur, viens nous sauver!

   .         

     Avec ce lien suivant,  vous aurez accès aux méditations de Dom Guéranger sur chacune de ces prières, chaque jour de cette semaine. En observant l'écriture musicale de chaque antienne, vous verrez comment le grégorien met en valeur le mot principal du texte en faisant culminer la mélodie sur ce mot. Aimons ce chant spécifique de l'Eglise chargé de tant d'expressions du cœur de l'homme vers son créateur et sauveur. Le pape Pie XII, a publié le 25 décembre 1955 l'encyclique ‘'Musicae Sacrae Disciplina''.  Il est intéressant de parcourir les thèmes traités par cette encyclique, ou même d'en creuser certains.

            L'Eglise insiste sur ce titre de ‘'Sauveur'' que portera l'Enfant nouveau-né ; non seulement lors des vêpres avec ces 7 antiennes, mais encore dans l'offertoire du mercredi des 4 temps de l'Avent, demain, ou citant le prophète Isaïe le prêtre dit ‘'Courage, ne craignez-pas : voici notre Dieu qui va rendre son jugement ; il vient lui-même nous sauver ‘' Ce salut sera apporté par le sacrifice de son Fils sur la croix, sacrifice  qui se renouvellera de façon non sanglante sur l'autel lors de chaque messe.

            Sachons profiter de ce sacrifice, en nous unissant à lui à la messe. A la ‘'secrete'' le prêtre demande aux fidèles, à haute voix pour le début, de prier avec lui : ‘' Orate Fratres''  ‘' Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant ‘' et les fidèles répondent : ‘' Que le Seigneur reçoive DE VOS mains LE sacrifice, à la louange et à la gloire de son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute sa sainte église''. C'est grâce aux fruits de ce sacrifice renouvelé sur l'autel que nous pourrons être sauvés. Nous demandons cette grâce du salut tous les jours à Notre Dame en la suppliant de prier pour nous, maintenant et à l'heure de notre mort. Car à cet instant décisif, le démon fera tout pour nous faire désespérer de notre salut ou de celui des pécheurs qui ne se seront pas convertis. Notre Dame nous l'a rappelé à Fatima le 19 août 1917 : ''Priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie pour elles.'' C'est ce salut des pécheurs pour lequel la petite Jacinthe a offert tant de sacrifices pour leur conversion. 

.           

          Préparons l'anniversaire prochain de sa mort. C'est dans le courant de décembre 1919 que Notre Dame apparu de nouveau à Jacinthe. Depuis l'apparition du 13 octobre 1917, elle avait eu plusieurs visites de Notre Dame et également 2 visions.

            Notre Dame lui apparut à l'Ascension 1918 : dans l'église paroissiale de Fatima (Elle lui apprit comment réciter le chapelet) ; puis chez elle, nuitamment, à la porte de la cave; puis dans la maison, au-dessus d'une table (déposition du curé Ferreira, le 6 août 1918). Il y en eut une aussi près de son lit, peu avant la mort de François le 4 avril 1919. Notre Dame lui apparaîtra encore plusieurs fois lorsqu'elle sera à Lisbonne.

            Jacinthe eut aussi 2 visions prophétiques dans le cadre du secret : Celle du Saint-Père insulté et persécuté, et une vision de la guerre et du Saint-Père en prière.

            Voici comment sœur Lucie raconte dans son premier mémoire, la visite que fit Notre Dame à Jacinthe courant décembre 1919.

            " De nouveau, la très Sainte Vierge daigna visiter Jacinthe pour lui annoncer de nouvelles croix et de nouveaux sacrifices. Elle m'apprit la nouvelle elle me dit :

            - Elle m'a dit que j'irai à Lisbonne dans un autre hôpital, que je ne te verrai plus, ni non plus mes parents, qu'après avoir souffert beaucoup, je mourrai toute seule, mais que je ne dois pas avoir peur parce qu'elle viendra me chercher pour aller au Ciel.

            Et pleurant, elle m'embrassa en disant :

            - Jamais plus je ne te reverrai. Là tu ne pourras pas me visiter. Alors prie pour moi qui vais mourir toute seule. 


           ‘'Je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme ‘' a dit Notre Dame pour ceux qui pratiquent la dévotion réparatrice des 5 premiers samedis du mois.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

15 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader