Prière - Hozana

Prière

103494-l-amour-de-dieu-1er-principe-de-notre-saintete


Suite de Les Ô de l'Avent (Intégral)

Retraite de Noël du P. Eymard


Prière

Veni ad redimendum nos - Venez nous racheter – de quoi ?

1. De l'esclavage du péché. Quiconque commet le péché est esclave du péché [Jn 8,34]. D'où vient-il ? Saint Augustin, Confessions, livre 8, c. 5: “J'étais enchaîné, non d'une chaîne extérieure, mais par ma volonté même, qui m'était une chaîne plus dure que le fer. Le démon s'en était rendu le maître, et en avait fait une chaîne dont il me tenait lié. Car cette volonté en se déréglant était devenue passion, et à force de suivre cette passion, elle s'était tournée en habitude, et faute de résister à cette habitude, elle était devenue nécessité, et c'étaient comme autant d'anneaux enchâssés les uns dans les autres, dont l'ennemi avait composé cette chaîne par laquelle il me tenait dans une cruelle servitude.” Ô misérable esclavage ! s'écrie-t-il (Tract. 41 in Joan., n° 4) – “Un esclave poussé à bout par les durs traitements de son maître, peut en s'échappant de la maison, trouver son repos dans la fuite. Mais où fuira l'esclave du péché ? Quelque part qu'il aille, il se traîne partout lui-même. Une mauvaise conscience ne saurait se fuir. Elle se fuit partout elle-même. Ou plutôt jamais elle ne se quitte parce que portant toujours au-dedans d'elle-même le péché qui la souille et qui la rend esclave, elle porte par là en tout lieu son bourreau. Elle a commis un péché pour se procurer quelque plaisir sensuel. Le plaisir passe, mais après qu'il est passé, le péché demeure dans la conscience. La satisfaction qu'on y a trouvé n'est plus, mais les reproches et les remords qui tourmentent la conscience demeurent et subsistent.”

Mais qui nous délivrera ? Jésus-Christ. Il nous donnera la liberté, la liberté de sa vérité, et la vérité vous rendra libres [Jn 8,32]. Si le Fils vous libère, vous serez réellement libres [Jn 8,36]. Libre de sa liberté – la liberté dans la loi, mais dans l'amour de la loi.

Saint Augustin in Ps. 99, n. 7 : Il y a une servitude libre auprès du Seigneur, là où il n'y a pas de nécessité mais où l'on sert par amour. Toute servitude est pleine d'amertume. Ne crains pas la servitude de ce Maître, il n'y aura pas de gémissements, pas de murmures, pas d'irritation. Pourquoi ? Parce que Dieu en répandant ses consolations et une joie toute spirituelle dans l'âme de ceux qui le servent, adoucit par là les peines de la loi, de la piété, et il leur fait sentir combien il est un maître doux et aimable. Goûtez et voyez comme le Seigneur est bon [Ps 33,9]. Saint Augustin, tr. 41 in Jo., n° 4 : C'est auprès du Christ qu'il faut tous nous réfugier (église asile) *, implorons contre le péché le Dieu qui délivre, demandons à être mis en vente comme des esclaves pour être rachetés par son sang (Augustin, tract. 41, in Jo., n° 11 [10]) **. C'est une liberté partielle et un esclavage partiel […] Dans la mesure où nous servons Dieu, nous sommes libres, et dans la mesure où nous servons la loi du péché, nous sommes encore esclaves […] Voilà ce qui nous rend libres, voilà comment nous trouvons notre joie dans la loi de Dieu. La liberté est en effet cause de joie […] La première liberté, c'est de ne pas commettre de péchés graves […] Mais ce n'est là qu'une liberté en commencement, ce n'est pas la liberté parfaite (Augustin, n° 20 [10]) ***.

S. Pierre-Julien Eymard (PO, 4,10)


* La parenthèse (église asile) se réfère au passage qui précède dans le texte de saint Augustin : Quelquefois des hommes [des esclaves] se réfugient à l'église…

**  trad. Berrouard, BA 73 A, p. 347

***  trad. Berrouard, BA 73 A, p. 367, 365

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader