Saint Antoine de Padoue ! Merci pour tout !...Priez et intercedez pour nous ! - Hozana

Saint Antoine de Padoue ! Merci pour tout !...Priez et intercedez pour nous !

Saint Antoine de Padoue ! Merci pour tout !...Priez et intercedez pour nous !

Bonjour à chacune, chacun d'entre vous !


Ce matin 12 novembre, c'est mon nouveau départ ! C'est à la fois une grande joie, malgré la brume légère et à la fois, le chemin inconnu de tout ce qu'il va se passer pour cette journée !

Et l'inconnu, l'incertitude, l'insécurité...c'est pour moi, encore une petite lutte intérieure...Fais confiance à Dieu ! Jésus et Marie sont avec toi !

Je me pose bien sûr la question de mon désir personnel et de la volonté de Dieu pour ce " crochet" dans mon retour...

Padova n'est pas sur ma route directe !

Mais j'ai besoin de saluer St Antoine et de lui dire merci... parce qu'il a été mon Saint accompagnateur pour l'année 2018, et cela a été une grande grâce pour moi.

Monica est partie tôt ce matin, nous nous sommes dit au revoir avec une belle embrassade fraternelle.

C'est Monica qui m'a offert le billet pour Padova.

Que Dieu bénisse Monica abondamment et lui donne les grâces dont elle a le plus besoin !

Me voici Seigneur ! Je suis parée pour un nouveau départ ! Bâton, chapeau, sac... Et un nouveau manteau d'hiver, donné par Monica.

Je suis... comme d'habitude, à l'arraché pour le train, mais dedans ! Ouf !

En fonction du train, le prix n'est pas le même...

J'arrive à Padova. Je passe d'églises en églises... il pleut, j'ai les chaussures mouillées... Je n'avais pas vraiment pensé à cela...ce sont des chaussures pour la marche d'été, très respirantes !

Basilique St Antoine de Padoue ! Je prie devant le tabernacle... un homme volontaire pour l'accueil vient me voir. Lorenzo. Il est profondément ému par mon chemin. Je ne sais pas comment son cœur arrive à recevoir ce que je lui dis ! Il me propose un thé chaud. À l'accueil des pèlerins ou point d'informations, une dame. Elle parle français. Je demande le tampon pour ma creanciale. Voyant que je ne suis pas sur le "Chemin de St Antoine", elle change de tampon ! Je la sens fermée... Comme il est dur de croire...! Dieu seul sait ce que j'ai fait, ce que j'ai marché... Imaginer mon chemin est une chose, croire en Jésus Christ est, à mon avis, bien plus difficile. Il faut la Foi pour cela ! Que Dieu envoie la grâce prévenante sur chacun de nous, que la Sainte Vierge Marie ouvre doucement, avec son amour maternel, la porte de nos cœurs.

Puis, je visite la basilique... Je crois bien que je l'ai fait à l'envers ! Ce ne sera pas la première fois !

Ça y est, Tombe de St Antoine ! Merci Seigneur !

Je me mets dans un coin, à genoux et chapelet pour le Saint, avec lui.

Un homme, âgé, avec une grande barbe blanche vient me saluer... Mauro. Il veut que je prie pour lui. Quelles intentions ? Il ne me dira pas, juste qu'il en a deux. Il me dit que le Frère religieux est dur... Je finis mon chapelet pour St Antoine.

Mauro... Je lui offre deux dizaines pour ses demandes. Il m'explique qu'il est parti en Inde, Népal et qu'il a été accueilli par les moines bouddhistes. Ici, à son retour en Italie, chez lui, il ne trouve plus cette hospitalité... Et je pense qu'il en aurait bien besoin. Et aussi, de décanter ses diverses expériences et d'être enseigné sur Jésus Christ.

Messe à la basilique à 16h... Ensuite, je vais demander l'hospitalité chez les Frères. Ce n'est pas possible...on me dit d'aller chez les Sœurs religieuses bénédictines. Je me rends à la basilique Ste Giustina. Je prie pour St Luc. Un homme volontaire vient me voir, il écoute mon chemin, lui qui rêve de partir, mais est désormais...trop âgé ( je ne le pense pas !) . Il va voir un Frère religieux... mais apparemment... cela semble compliqué... Patate chaude...quand tu nous tiens !

Puis je vais au sanctuaire de St Leopoldo. Je demande à l'accueil... apparemment, ce n'est pas possible ici mais je peux demander aux Frères après la messe...donc messe à 18h. Après avoir prié devant le Saint, je demande. Le Frère m'encourage à aller courir à la paroisse d'à côté... La messe est à 19h. Il est 18h50. J'entre, et demande au prêtre. Il y a le prêtre et une dame. Le prêtre me dit non et la dame est chamboulée, elle cherche un peu d'argent pour moi. 5€ pour manger, merci Seigneur !

Je continue car mon cœur me dit d'aller à la paroisse Madonna Pellegrina.

À Bologne, le Père Davide a demandé à un autre Frère, Père Paolo, originaire de Padova, de voir si quelqu'un pouvait m'accueillir. Père Paolo a essayé, sans succès, néanmoins, il m'a dit que dans cette paroisse, ils ont un Frère dominicain. Lorsque j'arrive. Une très belle Vierge Marie avec l'Enfant Jésus !

Je prie et je demande le Père Emanuele, dominicain. En fait, il vient seulement le dimanche. Il est 19h30... Je suis dans mes derniers espoirs d'accueil.

Je fais confiance à la Sainte Vierge Marie. Père Umberto va réfléchir à ma demande d'hospitalité... D'accord pour une nuit dans la salle paroissiale, à partir de 22h parce qu'il y a une réunion. Il m'offre le repas et le petit déjeuner.

Je prie pour les deux prêtres et leur paroisse.

Je dors sur des tables, c'est mieux que parterre, par rapport au froid. Et c'est bien mieux que dehors par rapport à la pluie !

Je pense que j'ai eu un peu trop de confort et de sécurité chez Monica pendant tous ces jours ! Je dois me réhabituer à la Providence !

Merci Seigneur !


Mercredi 13 novembre... La messe est à 7h30. Je préfère faire le petit déjeuner après la messe, c'est mieux pour le jeûne eucharistique.

J'ai tout de même bien dormi.

Evangile sur les 10 lépreux, tous guéris, un seul retourne rendre grâce à Jésus ! Pour moi, cet évangile me réconforte sur ma présence à Padova. C'est comme si Jésus me confirme que c'est une bonne chose d'être venue dire merci à St Antoine.

Puis petit déjeuner dans cette petite boutique, boucherie, épicerie fine, bar... Au final, c'est le patron qui m'a offert le repas de hier soir et ce matin, c'est Père Umberto qui paie mon café croissant. Chacun fait un peu un peu... C'est aussi cela la charité.

Merci Seigneur !

Il pleut encore...mes chaussettes n'ont pas encore bien séché et de toute façon, j'ai de nouveau les pieds mouillés !

Vue l'heure, je décide d'utiliser le tramway... sans payer... je vais payer le train et pour moi, c'est beaucoup. J'arrive à la gare, juste à l'heure. Direction Reggio nell Émilia pour saluer mon ami Emanuele. Il a été mon témoin de mon Chemin de Santiago, Fatima.

Sur le quai, un petit groupe, deux femmes et un jeune homme me regardent bizarrement... peut-être un peu à plaisanter sur moi. D'accord... Bonjour à vous ! Et je me présente. Ce n'est pas une canne à pêche, peut être pêcheur d'hommes ! Mais ça, c'est le problème de Jésus ! Je suis pèlerine française... Et les cœurs s'ouvrent ! Peut-être que Michaela a besoin de me rencontrer aujourd'hui. Elle n'en peut plus de son travail. Elle veut un an pour elle... faire comme moi, marcher. Je vais prier pour toi, je vais demander 6 mois, mais il faudra marcher Michaela, promis ? Rendre grâce !

Je suis sûre que Dieu va l exaucer... Par contre, tiendra-t-elle dans la confiance lorsqu'elle subira les perturbations de son travail ? Les formes de maltraitance ? Le licenciement ? Les humiliations ? Dès fois, le chemin de Dieu est incompréhensible...

Dès fois, je me demande si Dieu veut seulement que je rencontre Don Umberto et Michaela... Je souris... dans le train, je prie pour eux, je reprends mes prières d'intercession pour toutes les personnes que je rencontre. Merci Seigneur pour chacun d'eux !


Je suis enfin à Reggio nell Émilia...


Que Dieu vous bénisse et vous garde tout près de son Cœur !

Que l'Esprit Saint descende sur vous et vous console, vous renouvelle et vous guide !

Que notre Maman du Ciel déploie son manteau protecteur sur vous !

Que Jésus Christ marche avec nous sur nos chemins d'Emmaüs !


Je vous embrasse tous, merci pour vos prières... Elles sont tellement précieuses pour moi !

Soyez bénis !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6