Facebook PixelSte Imelda... Et la Sainte Eucharistie ! - Hozana

Ste Imelda... Et la Sainte Eucharistie !

Ste Imelda... Et la Sainte Eucharistie !

Bonjour à chacune, chacun de vous !

Où suis-je ? Bologne !

Après avoir bien prié pour Saint Dominique, être accueillie par Monica, une grande sœur en Christ et... que mon mal de gorge tombe sur mes bronches... Je suis restée en rémission de ma bronchite. Monica m'a offert l'hospitalité jusqu'à mon rétablissement !

Elle ne me connaissait pas, elle m'a regardé comme une sœur... Encore un bel exemple de charité !

Que Dieu la bénisse abondamment !

Monica a tout fait pour que je puisse recevoir la sainte communion... La communion de désir...vaste programme... Monica a compris que je pouvais " fuguer" pour aller à la sainte messe. Alors des prêtres, un laïc sont venus... seulement une fois, je n'ai pas pu recevoir la sainte communion. Merci Seigneur !

Lorsque l'on marche pour Dieu, que l'on voit ses actions dans nos vies... Être présent à la sainte messe, c'est aussi lui rendre grâce, l'adorer, l'écouter...et le recevoir dans son corps.

Je vous ai dit que moi, toute seule, je n'aurais pas pu faire ce si long chemin sans la Providence divine...

Psaume 139... Le psaume de ce jour... C'est le psaume que j'ai reçu à mon arrivée à Santiago, il a parlé à mon cœur tout de suite !

Psaume

— Ps 138 (139), 1-3, 4-6, 7-8, 9-10

R/ Conduis-moi, Seigneur, sur le chemin d'éternité. Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais  !

Tu sais quand je m'assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées.

Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers.

Avant qu'un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais.

Tu me devances et me poursuis, tu m'enserres, tu as mis la main sur moi.

Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre !

Où donc aller, loin de ton souffle  ? où m'enfuir, loin de ta face  ?

Je gravis les cieux  : tu es là ; je descends chez les morts  : te voici.

Je prends les ailes de l'aurore et me pose au-delà des mers  :

même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit.


Dimanche, je suis " ressortie" après 7 jours , grande Joie ! Messe à St Dominique, puis Monica m'a fait visiter San Stefano, les 7 églises en une, puis la basilique St Luc. L'icône serait peinte par St Luc !

Ce matin, lundi 11 novembre

Laudes et messe

La messe sur l'autel de St Dominique... comme un cadeau !

Padre Davide m'offre une belle bénédiction pour la suite de mon voyage. Que Dieu le bénisse abondamment ! Que St Dominique l'accompagne !

Je vais prier pour qu'il se mette en marche !

Puis, je me dirige vers St Sigismond pour Ste Imelda

Comment la connais je ?

Alors voilà, une messe à la communauté St Joseph à Montrouge, près de Béziers... Le Père Dominique fait son homélie sur notre choix de vivre dès à présent la Vie Éternelle ! Je vote Pour ! Mon amie me fait du coude...d'accord... ça veut dire qu'il faut qu'on soit Saintes... Ce n'était pas encore bien claire pour moi même si je commençais à en avoir le désir... D'accord me dit-elle... mais, il y a un problème...les saints ont souvent beaucoup soufferts... Ah oui ! Peut-être y en a-t-il qui n'ont pas souffert ? Je vais demander !

Devant le parvis...mon Père... dîtes nous, quel saint n'a pas souffert ? ...mmmm ( il faut quand même un peu réfléchir !) Ste Imelda !!!

Voilà comment je connais Ste Imelda !

C'est Florence, de St Maximin Sainte Baume, elle m'a offert l'hospitalité, que j'ai eu par WhatsApp vendredi après midi, qui m'a donné l'information que Ste Imelda est à Bologne !!! Elle a fait des recherches personnelles sur les saints et l'Eucharistie toute l'après-midi ! Sans elle, je passais à côté de cette chère Sainte !

Il n'y a pas de hasard...ma maladie, l'attente, Monica, Padre Davide...St Dominique... Jésus organise tout comme il veut ! C'est juste que je ne comprends toujours rien... mais Il ne me demande pas de comprendre, Il me demande de lui faire Confiance !!!

Seigneur Jésus,

Merci pour Tout, Tout ce que je ne comprends pas,

Merci pour Tout, Tout ce que je ne désire pas et que Tu veux pour moi,

Merci pour Tout, toutes les personnes qui sont proches de moi, par les actes et par leurs unions de prières avec moi,

Merci pour Tout, tout ton Amour envers moi, et envers chacun de nous !


SAINTE IMELDA LAMBERTINI

Vierge (1521-1533)

Sainte Imelda descendait de la noble famille des Lambertini. Née à Bologne en 1521, elle avait reçu au baptême le nom de Madeleine. Dès le berceau elle manifesta une intelligence précoce qui s'ouvrait naturellement aux lumières de la foi.

On ne constata jamais en elle de difficulté à obéir, ni de ces caprices qui rendent pénible l'éducation des enfants. Au premier signe, Madeleine quittait le jeu le plus animé pour se mettre au travail. Elle s'était aménagé un petit oratoire qu'elle ornait de ses mains. Tout son bonheur consistait à s'y retirer pour prier.

La splendeur de la maison paternelle pesait à cette âme qui comprenait déjà le néant des choses créées. Suivant un usage très ancien dans l'Église, on recevait parfois les enfants dans les monastères. Ils étaient revêtus de l'habit religieux, mais cela n'engageait en rien leur avenir et ces enfants n'étaient assujettis qu'à une partie de la Règle. A l'âge de dix ans, la petite Madeleine pria ses parents avec tant d'instance de lui octroyer cette grâce, qu'ils finirent par se rendre à ses désirs et l'emmenèrent chez les Dominicaines de Valdiprétra, près de Bologne.

La jeune enfant prit l'habit avec joie et échangea son nom pour celui d'Imelda, qui signifie: donnée au monde comme du miel, sans doute à cause de sa douceur et de son extrême amabilité. Novice, elle voulut observer la Règle tout entière bien qu'elle n'y fut pas obligée. Sa constance au service de Dieu ne se démentit pas un instant, aucune austérité ne l'effrayait, et elle s'appliquait en tout à ressembler à Jésus crucifié.

La sainte enfant passait des heures en adoration devant Jésus-Hostie, sans ressentir plus de lassitude que les anges devant Dieu. Durant le Saint Sacrifice de la messe, elle versait d'abondantes larmes, surtout lorsque les religieuses quittaient leurs stalles pour aller communier. Dans l'ingénuité de son amour, elle disait parfois: «Je vous en prie, expliquez-moi comment on peut recevoir Jésus dans son cœur sans mourir de joie.» Les religieuses étaient grandement édifiées de sa particulière dévotion envers le Saint Sacrement.

C'était l'usage du pays de donner la première communion aux enfants qu'à l'âge de quatorze ans. Sainte Imelda, consumée par l'ardeur de ses désirs, suppliait d'être enfin admise à la sainte Table mais on ne croyait pas devoir faire exception pour la petite novice. Le jour de l'Ascension 1533, Imelda atteignit ses onze ans. De nouveau, elle conjura son confesseur de lui permettre de recevoir la sainte communion, mais ce dernier resta inflexible.

L'enfant s'en alla à la chapelle en pleurant, afin d'y entendre la messe. Le Seigneur Jésus, si faible contre l'amour, ne put résister davantage aux vœux de cette âme angélique. Au moment de la communion, une hostie s'échappa du ciboire, s'éleva dans les airs, franchit la grille du chœur et vint s'arrêter au-dessus de la tête de sainte Imelda. Aussitôt que les religieuses aperçurent l'hostie, elles avertirent le prêtre du prodige. Lorsque le ministre de Dieu s'approcha avec la patène, l'hostie immobile vint s'y poser. Ne doutant plus de la Volonté du Seigneur, le prêtre tremblant communia Imelda qui semblait un ange plutôt qu'une créature mortelle.

Les religieuses, saisies d'un étonnement inexprimable, restèrent longtemps à regarder cette enfant toute irradiée d'une joie surnaturelle, prosternée en adoration. Ressentant finalement une vague inquiétude, elles appelèrent Imelda, la prièrent de se relever, puis lui en donnèrent l'ordre. L'enfant toujours si prompte à obéir paraissait ne pas même les entendre. En allant la relever, les sœurs s'aperçurent avec stupéfaction qu'Imelda était morte: morte de joie et d'amour à l'heure de sa première communion.

Cette petite sainte italienne a été surnommée : la fleur de l'Eucharistie. Elle est la patronne des premiers communiants.

Tiré de Laure Conan, édition 1913, pp. 38-41 -- Marteau de Langle de Cary, 1959, tome II, p. 208

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader