Un juge dépourvu de justice

Un juge dépourvu de justice

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »
Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-til la foi sur la terre ? » 
(Lc 18, 1-8)

 

Tu n’es maître que du présent


Il faut toujours prier sans se décourager. Car c’est de l’acte de prier que naît le fait d’être avec Dieu, et celui qui est avec Dieu est séparé de l’adversaire.

Même si nous étendons la conversation avec Dieu à toute notre vie dans l’action de grâces et la prière, nous sommes aussi éloignés d’une forme convenable de compensation que si nous n’avions pas eu l’intention de donner même le début d’une compensation à notre bienfaiteur. 

L’intervalle du temps est divisé en trois parties : passé, présent, avenir. La bienfaisance du Seigneur se manifeste en ces trois parties. Si tu considères le présent, c’est dans le Seigneur que tu vis ; si tu considères l’avenir, le Seigneur est pour toi l’espoir de ce que tu attends ; si tu considères le passé, tu ne serais pas si tu n’avais auparavant été comblé par lui du bienfait d’exister ; tu as reçu de lui ton existence, après ta naissance comble-le de bienfaits en vivant et en te mouvant en lui, comme le dit l’Apôtre (Ac 17, 28). Les espoirs pour l’avenir dépendent de la même bienfaisance, tandis que toi, tu n’es maître que du présent, de sorte que, même si tu ne cesses de rendre grâce continûment, tu pourras à peine payer ta dette pour la grâce du présent, sans pouvoir trouver, ni pour l’avenir, ni pour le passé, un quelconque moyen de compenser ce dont tu lui es redevable.

De fait, si nous gardions notre regard fixé sur ses bienfaits, ce serait sans cesse et continuellement qu’en tout l’intervalle de notre vie, nous satisferions à l’action de grâces. 

 

St Grégoire de Nysse


 

Saint Grégoire de Nysse († 394) est, avec son frère Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, l’un des trois Cappadociens qui constituent un sommet de la théologie au IVe siècle.

 


Pour recevoir un exemplaire gratuit de Magnificat cliquez ici

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT