“Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau…” - Hozana

“Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau…”

 “Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau…”

 “… et moi, je vous procurerai le repos.” (Mt 11,28)

Prions avec sainte Élisabeth de la Trinité


Tous, nous portons un fardeau, visible ou invisible, un peu lourd ou écrasant, et nous peinons. Nous seuls en connaissons le poids… nous seuls et Jésus. Le Seigneur connaît intimement la lourdeur de nos misères, lui qui par trois fois est tombé sous le poids de la croix. Nous ne sommes pas seuls et devant le scandale du mal, Jésus n'a pas fait autre chose que souffrir lui aussi. Ecoutons sainte Elisabeth de la Trinité :

« Lorsque le poids du corps se fait sentir et fatigue votre âme, ne vous découragez pas, mais allez par la foi et l'amour à Celui qui a dit : “Venez à moi et je vous soulagerai”. Pour ce qui regarde le moral ne vous laissez pas abattre par la pensée de vos misères. Le grand saint Paul a dit : “Où le péché abonde, la grâce surabonde”. »

Regardons le Cœur de Jésus, ce Cœur transpercé et gonflé d'Amour, ce Cœur qui nous invite à nous réfugier contre lui, comme des enfants confiants et abandonnés. Oui, laissons l'Amour de Jésus nous envelopper, le feu de son Cœur nous réchauffer, simplement en tournant les yeux vers Celui qui veut nous soulager.


Méditons

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » (Mt 11,28-30)


Prions

Seigneur, aide-moi, sauve-moi quand je n'en peux plus. Viens à mon secours, viens au secours de ceux qui n'ont même plus la force de crier vers toi ;

Seigneur, prends soin de ma vie, de mon âme, de mon corps, de mon cœur, et donne-moi de prendre soin des autres et de les aider à tourner les yeux vers toi dans leur détresse ;

Seigneur, tu me donnes ton Amour infini, la consolation de mon cœur et de mon âme. Donne-moi de m'ouvrir à ce don précieux et de ne jamais me laisser enfermer dans ma misère ;

Seigneur, garde-moi dans l'Espérance ;

Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en toi.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader