Facebook PixelJour 8 - Neuvaine - Suivre avec fidélité la volonté de Dieu - Hozana

Jour 8 - Neuvaine - Suivre avec fidélité la volonté de Dieu

Huitième jour
Suivre avec fidélité la volonté de Dieu

        L’empereur Charles chercha la volonté de Dieu dans tout ce qu’il fit. C’était pour lui le principe le plus important de sa vie et de tous ses actes. Des témoins oculaires parlent aussi de son amour de la chasteté et de son refus absolu de tolérer toute grossièreté de langage en sa présence. Sur son lit de mort, il dit à l’impératrice Zita : « Être en colère ? Me plaindre ? Quand tu connais la volonté de Dieu, tout est bien. » Un moment après : «Je veux être très clair avec toi, en ce qui me concerne : tous mes efforts ont toujours été de clairement reconnaître la volonté de Dieu en tout et de la suivre le plus possible. » Quelques instants après, il répéta : « Il ne faut pas nous plaindre. » La phrase « Que Ta Volonté soit faite ! » était le principe directeur de la vie du Bienheureux Charles et celle qu’il répéta peu avant de remettre son âme entre les mains de son Créateur. Avec le Christ, l’empereur Charles pouvait dire : « Ma nourriture est d’accomplir la Volonté de Celui qui m’a envoyé ». Il reçut la mission de guider ses peuples comme régent de Dieu et comme tel ce noble monarque se subordonna et se donna à cet humble service. Il était prêt pour le Ciel et ce fut pour cela que le Seigneur put le rappeler à Lui. Les autres passaient avant lui, il venait toujours en dernier. L’empereur Charles était ainsi un bon exemple d’un homme dévoué à Marie qui nous donna son « Fiat » et dit : « Qu’il m’advienne selon Votre Parole ». Son âme pure reflétait le « Fiat » de la Mère de Dieu. Même durant sa maladie finale et le délire de la fièvre, il pensait seulement à remplir ses obligations : «Maintenant (il se préoccupait) des enfants de Vienne pour lesquels il essayait d’obtenir du lait, puis d’un soldat tchèque dans un hôpital militaire qui mourait de soif. Il était toujours préoccupé par l’évacuation désordonnée de la Transylvanie après l’invasion roumaine, sujet qui avait été l’occasion de maintes batailles verbales avec le comte Tisza. » L’empereur Charles suivit l’exemple de son Seigneur et Sauveur qui souffrit seul au Mont des Oliviers et qui, au milieu des difficultés, but avec le Christ le Calice de Douleur. Il accepta la Volonté de Son Père au milieu des plus grandes peines – qui dépassaient largement la normale – et à travers tout, le Bienheureux Charles pouvait encore dire : « Je suis reconnaissant à Notre Seigneur si aimant de tout ce qu’Il envoie. »

Prière

     Mon Seigneur et Mon Dieu, je Vous remercie pour le « Fiat » de l’empereur Charles dans tous les moments de sa vie. Aidez- moi à reconnaître Votre volonté dans ma vie et à la suivre.
Entendez et accédez à ma demande … (formulez ici votre intention) par l’intercession du Bienheureux Charles, empereur d’Autriche. Amen.

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire soit au Père

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader