Facebook PixelJour 6 - Neuvaine - Père dévoué - Hozana

Jour 6 - Neuvaine - Père dévoué

Sixième jour
Père dévoué

https://bienheureuxcharlesdautriche.com/neuvaine/

        Une des plus grandes épreuves pour l’empereur Charles a été de se séparer de ses enfants quand l’impératrice Zita et lui ont été envoyés en exil à Madère. Les enfants sont restés en Suisse jusqu’à ce que l’impératrice Zita, avec beaucoup de difficultés, puisse aller les chercher pour les ramener à Madère. Voici le récit de leurs retrouvailles : « Le 2 février (l’empereur Charles) alla à la rencontre de l’impératrice Zita et des enfants – à l’exclusion de l’archiduc Robert (en convalescence après son opération pour une appendicite) – pour les emmener à Funchal, avec l’archiduchesse Marie Teresa. L’empereur se tenait sur la digue. La joie des enfants fut indescriptible. Ils l’accueillirent avec embrassades exubérantes quand il monta à bord. Les larmes coulaient le long des joues de l’empereur quand il porta le petit archiduc Rodolphe, en descendant la passerelle. Ceux qui arrivaient avec les enfants furent effrayés de voir combien leur souverain était fatigué et avait vieilli. Mais il était impossible de voir quelque trace d’amertume sur son visage ou de l’entendre prononcer une parole amère. » Durant sa maladie fatale, l’empereur avait un plaisir considérable à pouvoir entendre depuis son lit les voix des enfants à travers la fenêtre et quand ils pouvaient l’entendre s’il les appelait. Tout au long de sa maladie, il s’est préoccupé des autres et particulièrement de ses enfants, des risques de contagion ou du traumatisme de le voir si malade. De tous les enfants, seul Otto, l’héritier, a été appelé auprès au chevet de son père ; l’empereur voulait que le jeune archiduc voit comment un monarque et un Catholique doit faire face à la mort. Otto sanglota en voyant son père se débatter avec la mort ; sa mère était présente pour le réconforter. L’empereur voulut épargner aux autres enfants les risques de contagion et le traumatisme. Une des dernières prières murmurées peu avant sa mort a été pour tous ses enfants, qu’il a nommés individuellement, les plaçant sous la protection de Dieu. L’archiduchesse Maria Teresa l’entendit. Elle en a fait le récit : « Très cher Sauveur, protégez nos enfants : Otto, Mädi, Robert, Félix, Karl Ludwig, qui après ? » L’impératrice vint à son aide : « Rudolf », et il continua: « Rudolf, Lotti, et plus particulièrement notre petit dernier (l’impératrice attendait Elisabeth qui naquit après la mort de l’empereur). Préservez leur corps et leur âme, qu’ils meurent plutôt que de commettre un péché mortel, Amen ! Que Votre volonté soit faite. Amen. »

Prière

     Mon Seigneur et Mon Dieu, je Vous remercie pour l’amour que le Bienheureux empereur Charles a porté à sa famille placée sous Votre volonté et Votre plan divin.
Entendez et accédez à ma demande … (formulez ici votre intention) par l’intercession du Bienheureux Charles, empereur d’Autriche. Amen

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire soit au Père

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader