Facebook Pixel2ème jour : Un Dieu assoiffé de relations - Hozana

2ème jour : Un Dieu assoiffé de relations

« Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » (Jn 4,7)  Lire la suite de l’Évangile ici

 

Méditation : 

Jésus est là, au bord du puits mais, comme le Lui fera remarquer la Samaritaine, Il n’a rien pour puiser l’eau. Il se trouve donc démuni alors même que la source est devant Lui. Très souvent, il en va de même pour nous : la source est proche, nous le savons, mais nous ne savons pas comment puiser, comment retrouver ce lien d’intimité et de confiance que nous entretenions jadis avec le Seigneur ou avec les autres. Nous faisons l’expérience de notre impuissance, de notre incapacité à maîtriser aussi bien notre vie spirituelle que notre vie relationnelle. Avec l’âge, après des disputes, du fait des responsabilités, nous devons entrer dans une autre manière de rencontrer. Une conversion s’impose.

C’est là que le Christ Se révèle comme « maître de la rencontre ». Lui, qui est tout et qui peut tout, Se fait humble mendiant en demandant à cette femme de Lui donner à boire. Il ne cherche pas une solution en Lui-même mais Il s’ouvre à l’autre de Son besoin profond. Une autre fois, sur la croix cette fois, Il lancera ce cri : « J’ai soif ! » C’est le même besoin qui s’exprime dans les deux cas : un besoin de relations, de considération, d’amour. Dieu se révèle là comme un assoiffé de l’homme. C’est pour que nous entrions en relation avec Lui qu’Il est venu jusqu’à nous et qu’Il S’est fait homme. 

Si cette soif de relations appartient à la nature profonde de Dieu, elle doit être au cœur des être créés « à l’image et à la ressemblance de Dieu » que nous sommes. Hélas, la vie a souvent fait de nous des blessés qui ont peur de s’ouvrir, d’exprimer leurs besoins et qui ne cherchent qu’en eux-mêmes la réponse à leurs aspirations les plus profondes. Où en suis-je personnellement ? Ai-je encore soif ou suis-je seulement satisfait de ce que j’ai ?... Contemplons le Christ qui n’a pas honte d’avoir soif de nous : Il nous montre un autre chemin, le chemin de la Vie.  

Frère Stéphane Delavelle, franciscain

Intention de prière :

Christ, Toi qui nous révèles la soif fondamentale qui habite le cœur de Dieu, réveille en nous la soif fondamentale de relations que Tu y as déposée pour nous rendre véritablement à Ton image.  

Résolution concrète pour la journée :

Je choisis d’exprimer simplement mon besoin à quelqu’un aujourd’hui plutôt que d’essayer de résoudre la question par mes propres moyens. J’offre ce chemin de minorité et de dépendance au Seigneur comme un pas à Sa suite.

Figure pour aujourd’hui :

Claire d’Assise est une jeune aristocrate qui décide, en 1212, de suivre la voie de pauvreté, de fraternité et de contemplation ouverte par François d'Assise. D’autres femmes la suivront et elle veillera sur son monastère jusqu’en 1253 malgré ses nombreuses maladies. Ses biographes racontent que, sur son lit de mort, alors que déjà tous voyaient en elle une sainte, elle vit arriver un frère ermite. Et elle de lui demander : « Qu’as-tu de neuf à me dire sur Dieu ? » Étonnante soif de Dieu qui, jusqu’aux derniers instants, marque cette femme ! Et si nous entrions de cette manière dans nos relations : « Qu’as-tu de neuf, mon frère, ma sœur, à me dire sur Dieu ? » 

Pour découvrir la vie de sainte Claire : Marco Bartoli, Claire d’Assise (Cerf, Editions franciscaines, 2002).97422-jour-2-un-dieu-assoiffe-de-relations

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publication précédente

1er jour : S'arrêter auprès de la source

Publication #1Initialement publiée le 18 octobre 2019

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader