15/10/19 - Quinzième jour - Hozana

15/10/19 - Quinzième jour

15/10/19 - Quinzième jour

Image Web - Maquette du Temple de Jérusalem

1)   Quinzième jour

La vie de la Reine du Ciel dans le Temple.

1.   Prière à la Reine céleste

Reine Immaculée, ô céleste Maman, en ce mois qui t’est consacré, je me place sur tes genoux maternels, m’abandonnant entre tes bras comme ton enfant chéri et te demandant avec véhémence la plus grande de toutes les grâces : celle que tu m’admettes à vivre dans le Royaume de la Divine Volonté. 

Sainte Maman, toi qui es la Reine de ce Royaume, permets que j’y vive en tant que ton enfant. Que ce Royaume soit rempli de tes enfants ! Je me confie à toi afin que tu y guides mes pas et que, soutenu par ta main maternelle, tout mon être vive constamment dans la Divine Volonté. Tu seras ma Maman. À toi, ma Maman, je confie ma volonté pour que tu l’échanges contre celle de Dieu et, qu’ainsi, je sois assuré de ne jamais quitter cette Divine Volonté. Je te prie de m’éclairer afin que je comprenne bien ce qu’est la Divine Volonté. Amen. 

Je te salue Marie… 

ð Petite pratique pour chaque jour du mois de mai

Chaque matin, chaque midi et chaque soir (trois fois par jour), se placer sur les genoux de notre céleste Maman et lui dire : «  Maman, je t’aime. Aime-moi, toi aussi, et donne à mon âme une petite portion de Divine Volonté. Bénis-moi pour que je fasse toutes mes actions sous ton regard maternel. »

2.   L’âme à la Vierge

Maman Reine, ton enfant veut être auprès de toi pour suivre tes pas dans le Temple. Oh ! comme j’aimerais que ma Maman prenne mon âme et l’enferme dans le Temple de la Divine Volonté en l’isolant de tout excepté de sa douce compagnie et de celle de Jésus.

3.   Leçon de la Reine du Ciel

Ma chère fille, comme tes mots sont doux à mes oreilles quand tu me dis que tu désires être enfermée avec moi dans le Temple pour y vivre dans la Divine Volonté en ne désirant d’autre compagnie que celle de Jésus et la mienne ! Chère fille, tu fais monter dans mon Cœur de grandes joies maternelles. Si tu me laisses vraiment faire ce que tu me demandes, je suis certaine que tu seras très heureuse et que tu partageras ma joie. Avoir un enfant heureux est le plus grand bonheur et la plus grande gloire d’un cœur maternel. 

Maintenant, ma fille, écoute-moi bien. Je suis allée au Temple pour y vivre uniquement de la Divine Volonté. À notre arrivée, mes saints parents me confièrent aux supérieurs du Temple et me consacrèrent à Dieu. On m’avait vêtue d’habits de fête et on chantait des hymnes et des prophéties relatives à la venue du Messie. Oh ! comme mon Cœur exultait ! 

Ensuite, je fis courageusement mes adieux à mes chers et saints parents. J’embrassai leur main droite et les remerciai pour tous les soins qu’ils m’avaient prodigués depuis ma naissance et pour m’avoir consacrée à Dieu avec autant d’amour et de renoncement. Mon attitude pacifique, courageuse et sans larmes infusa en eux la force de me quitter. 

La Divine Volonté qui régnait en moi étendait son Royaume sur tous mes actes. Ô puissance de la Divine Volonté, toi seule pouvait me donner la force héroïque de me séparer de ceux que j’aimais tant, moi qui étais si petite et constatais à quel point leurs cœurs étaient brisés par notre séparation. 

Écoute bien, ma fille. Comme le voulait le Seigneur, je m’enfermai dans le Temple pour que, par mes actions accomplies dans la Divine Volonté, j’instaure son Royaume en ce lieu et que toutes les âmes consacrées au Seigneur qui s’y trouvaient puissent en profiter. 

J’étais très attentive à tout ce qui se passait dans ce saint lieu. J’étais en paix avec tous et ne causais jamais de peine ou de tracasserie à personne. J’étais soumise aux services les plus humbles. Je ne trouvais aucune difficulté en quoi que ce soit. Tout sacrifice était pour moi un honneur, un triomphe. 

Pour moi, tout était Volonté de Dieu. Ainsi, j’entendais le son mystérieux de la Divine Volonté dans le tintement de la clochette qui m’appelait. Alors mon Cœur exultait et j’allais aussitôt à l’endroit où j’étais appelée. Ma loi était la Divine Volonté si sainte et je voyais mes supérieurs comme ses administrateurs. Le tintement de la cloche, la loi, les supérieurs, mes actions, même les plus humbles, étaient pour moi joie et félicité émanant de la Divine Volonté. 

La Divine Volonté rayonnait autour de moi. Son Royaume se formait à travers tous mes actes, même les plus petits. Je faisais comme l’océan qui dissimule tout ce qu’il possède et ne laisse voir que de l’eau : je dissimulais tout dans l’immense océan de la Divine Volonté. Tout m’apportait bonheur et joie. 

Ah ! ma fille, toi et toutes les âmes étiez présentes dans mes actes. Je ne faisais rien sans y adjoindre tous mes enfants. C’était précisément pour mes enfants que je préparais le Royaume de la Divine Volonté sur la terre.

Ah ! si toutes les âmes consacrées à Dieu dans les endroits saints faisaient tout disparaître dans la Divine Volonté, comme elles seraient heureuses ! Elles convertiraient leurs communautés en familles célestes et peupleraient la terre de saintes âme ! Mais, hélas ! je dois reconnaître combien de perturbations et de discordes s’y trouvent parce que ces âmes ne savent pas se conformer à la Divine Volonté. La Divine Volonté est la pacificatrice des âmes, la force et le soutien dans les sacrifices les plus difficiles.

4.   L’âme

Sainte Maman, comme tes leçons sont magnifiques. Avec quelle douceur elles descendent dans mon cœur ! Je te prie d’emplir mon âme de l’océan de la Divine Volonté et d’élever autour un mur pour que je ne voie et ne sache rien d’autre que la Divine Volonté. Ainsi, je connaîtrai ses secrets, ses joies et son bonheur.

5.   Petite pratique

Pour m’honorer aujourd’hui, tu me feras douze actes d’amour en l’honneur des douze années que j’ai vécues dans le Temple, et tu me prieras d’unir tes actes aux miens.

6.   Oraison jaculatoire

Maman Reine, enferme-moi dans le Temple sacré de la Volonté de Dieu.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Patrick
place Neuilly-sur-Seine, il y a 1 mois
Marie, Reine de gloire et d'Espérance ait pitié de tes chers enfants chrétiens du Proche Orient, encore pris dans la tourmente de la guerre. Protège les . Prodigue leur ton amour.