Réflexions sur l'unité des chrétiens - Hozana

Réflexions sur l'unité des chrétiens

Réflexions sur l'unité des chrétiens

Les lignes que l'on va lire sont extraites des écrits du P. Fernand Portal (1855-1926), prêtre lazariste français qui fut un pionnier du dialogue oecuménique. Grâce à son amitié avec Lord Halifax, laïc anglican, il suscita les conversations de Malines (1921-1925), qui furent les premiers contacts officiels entre des ecclésiastiques catholiques et anglicans depuis le XVIème siècle. On notera l'importance que Portal attache à ce qu'on appelle aujourd'hui "l'oecuménisme spirituel", notamment l'exigence de la sainteté de vie et l'importance primordiale de la prière et de la charité.


Je m’intéresse à bien des choses, je vois beaucoup de monde, et cependant, au fond, je ne pense guère qu’à l’Église, aux divisions qui la désolent et aux moyens de rapprocher entre eux tous les fidèles du Christ.

            Saint Vincent de Paul disait à ses missionnaires : « Travaillez à détruire les abus qui sont parmi les catholiques ; le protestantisme disparaîtra le jour où ces abus auront cessé. » Le fait est que l’union des Églises serait réalisée si chaque Église était parfaite. Il est donc naturel, et pour ainsi dire fatal, que la question se pose à mesure que la réforme s’opère, car pour les Églises comme pour les individus, la réforme, c’est la suppression des obstacles au développement de l’action divine. Et il est impossible que cette action augmente, que les Églises soient saintes, peuplée de saints, sans que l’Esprit de Dieu opère son œuvre d’union, Lui qui est amour.

            On a essayé d’unir les Églises par des forces extérieures et en juxtaposant plutôt qu’en unissant des corps qui restaient séparés malgré des liens factices. L’union qui se prépare sera faite du dedans, par une nouvelle vie religieuse qui monte des profondeurs du christianisme, qui apparaît dans les différentes Églises comme des sources différentes. Les eaux proviennent d’une même nappe et elles se rejoindront pour former un même fleuve qui débordera dans le monde. C’est l’avenir de l’Église.  

            L’union des Églises ne peut être obtenue que par de vrais apôtres, c’est-à-dire par des hommes de foi, employant surtout des moyens surnaturels : la prière, source de grâces, la charité qui donne la compréhension des âmes, même de celles dont nous sommes séparés, l’humilité qui nous fait avouer nos défauts et nos fautes. Voilà, il me semble, les éléments essentiels de toute action en faveur de l’union.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6