Dimanche 11 Août 2019 Dix-neuvième Dimanche du Temps Ordinaire (C) - Hozana

Dimanche 11 Août 2019 Dix-neuvième Dimanche du Temps Ordinaire (C)

Dimanche 11 Août 2019 Dix-neuvième Dimanche du Temps Ordinaire (C)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,32-48.

Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne détruit pas.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.
S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous ? »
Le Seigneur répondit : « Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens.
Mais si le serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde à venir”, et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort destin fidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, celui-là n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage.

Homélie de l'Abbé H. Savournin

« Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées ».

Quel Évangile étonnant ! Renversant même : Jésus nous demande de veiller en tenue de service et d’être prêts à l’accueillir quand Il viendra, et c’est Lui qui prendra la tenue de service, nous fera passer à table et nous servira, chacun à son tour ! Ce ne sont pas les hommes qui ont inventé cela : c’est bien le Dieu vrai, révélé en la personne de Jésus qui a lavé les pieds de ses disciples avant de les inviter à sa Table Eucharistique.

Mais veiller est parfois bien long.

Pour certains, la nuit n’en finit pas. Il y a ainsi dans nos vies des moments tristes, sombres et même angoissants : c’est comme s’il faisait nuit.

Jésus nous demande de tenir “nos lampes allumées” : qu’est-ce à dire ?

La première lecture nous en donne une réponse. Notre lampe allumée, c’est notre foi qui veille, qui est active, qui nous fait comprendre que Dieu est là, invisible, mais présent : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » Dernières paroles du Christ dans l’Évangile de St. Matthieu.

La lettre aux Hébreux, qui a été écrite au moment où les premiers chrétiens étaient persécutés, nous présente la foi d’Abraham.

  • Il obéit à l’appel de Dieu qui lui dit de quitter son pays ;
  • il séjourne en campement comme un étranger dans la Terre Promise ;
  • il va même jusqu’à accepter de sacrifier le fils de la promesse, Isaac, pensant que Dieu est assez puissant et fidèle pour ressusciter les morts !
    C’est qu’il attend la cité dont Dieu serait l’architecte.
    Il en va de même pour sa femme Sara qui pense que Dieu est fidèle à ses promesses et qu’Il lui donnera un fils malgré son âge.
    Comme Abraham, nous sommes des voyageurs et même un peu des étrangers, “étant dans le monde et non pas du monde”.
    Notre patrie, c’est le ciel. C’est pourquoi nous sommes invités à nous tenir prêts, dans la foi, avec nos lampes allumées pour accueillir Celui qui nous fera passer de ce monde à la patrie céleste, le Christ Lui-même que nous allons déjà accueillir dans la foi en cette Eucharistie.
    « Quelle direction prendra notre âme? Celle que nous lui aurons donnée sur la terre. » J-M. Vianney

Prière universelle

Le Célébrant :

Mettons tout notre amour et notre foi à présenter au Seigneur nos humbles prières.

1)    Rendons grâce pour l’Église

et prions pour qu'elle transmette l'amour dont elle est aimée. 

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


2) Rendons grâce pour les prêtres

et prions pour qu’ils soient source de pardon.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


3) Rendons grâce pour la force qui vient de Dieu,

et prions pour ceux qui sont épuisés par la vie.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


4) Rendons grâce pour notre communauté,

et prions pour qu'elle grandisse dans la générosité et la charité.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.

Le Célébrant :

Dieu très bon qui nous appelles à vivre de ta vie, entends notre prière et conduis-nous aux joies de l’éternité. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6