Facebook PixelJ5 - Monachisme, vie fraternelle - Hozana
Abbaye de Mondaye

Abbaye de Mondaye dans Neuvaine à saint Augustin

Publication #5Initialement publiée le 24 août 2019

J5 - Monachisme, vie fraternelle

J5 - Monachisme, vie fraternelle

Méditation quotidienne

Hier, nous avons vécu la conversion d'Augustin, et nous l'avions laissé au moment de son baptême : notre homme a trente ans, et il est devenu chrétien. Qu'est-ce qu'Augustin va bien pouvoir faire à présent ? C'est un homme neuf, dans la force de l'âge, solide dans la foi, intellectuellement brillant. Il pourrait tout faire, mais quel choix va-t-il poser ?


Ce qui donne des pistes de réponses à cette question haletante, c'est ce qu'a fait Augustin entre sa conversion, dans le jardin de Milan, et le jour de son baptême, à Pâques 387. En effet, il avait réuni quelques amis très proches dans une maison, à Cassiciacum. Qu'y fait-on ? À vrai dire, pas grand chose. On pourrait juste dire qu'ils vivent ensemble. Nous savons qu'on y apprenait les disciplines littéraires, la musique, la géométrie et l'astronomie, dans une optique de contemplation philosophique. Nous savons aussi qu'Augustin y a beaucoup prié les psaumes, qui sont la prière de l'Église, composés au long de l'histoire du peuple élu. Il y côtoie Alypius, son fidèle, qui vient aussi de Thagaste, et qui est très attaché à Augustin. Il y a aussi sans doute Nebridius, qui partage la route d'Augustin depuis l'époque de Carthage, où notre héros enseignait. Avec ces deux-là et quelques autres, Augustin avait mené un projet de vie commune, une « vie de loisir tranquille », comme il le dit lui-même. En raison de circonstances fâcheuses, le projet n'avait pas abouti, mais il est essentiel pour comprendre la suite de la vie d'Augustin. Lisons ce qu'il en dit, au livre VI des Confessions : « Nous étions plusieurs amis, qui avions agité un projet dans notre esprit : au cours d'entretiens communs, et dans notre horreur pour les tracas et les embarras de la vie humaine, nous avions déjà presque arrêté de nous retirer de la foule, et de mener une vie de loisir tranquille. Ce loisir, nous l'avions organisé ainsi : tout ce que nous pourrions posséder, nous le mettrions en commun, pour fondre en un patrimoine unique tous les biens ; de cette façon, en vertu d'une loyale amitié, il n'y aurait plus ceci à l'un, cela à l'autre, mais, de ces biens qui feraient un seul tout, l'ensemble appartiendrait à chacun, et le tout à tous » (Confessions VI, XIV, 24). 


Cette vie commune, c'est à son retour en Afrique qu'Augustin va l'entreprendre. Il pensait pouvoir jouir de cette « vie de loisir tranquille », mais le Seigneur en avait décidé autrement. Qu'avait-il décidé pour lui ? Réponse au prochain épisode...


Une phrase de la Règle : « Lorsque vous priez Dieu par des psaumes et des cantiques de louange, que vive dans votre cœur ce qui est formulé par vos lèvres. »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

J1 - Présentation de la neuvaine

Publication #1Initialement publiée le 20 août 2019

J2 - La pré-conversion (ou la conversion intellectuelle)

Publication #2Initialement publiée le 21 août 2019

J3 - Vers la conversion

Publication #3Initialement publiée le 22 août 2019

12 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader