Facebook PixelJOUR 1 : Enfance et vocation / Homélie "La liberté don de Dieu" (extrait 1) - Hozana
CSNT

CSNT dans Prions 9 jours avec saint Josemaria Escriva

Publication #1Initialement publiée le 18 juin 2016

JOUR 1 : Enfance et vocation / Homélie "La liberté don de Dieu" (extrait 1)

Né dans une famille espagnole profondément chrétienne, Josémaria Escrivá entre à quinze ans au séminaire. Devenu prêtre, il comprend peu à peu qu’il est appelé à ouvrir une nouvelle voie: celle de la sanctification des laïcs, par la pratique des vertus chrétiennes jusqu’à l’héroïsme dans la vie quotidienne.

Des années plus tard, le concile Vatican II incitera lui aussi les catholiques à œuvrer à la transformation du monde de l’intérieur.

Comment naît une vocation

Josémaria Escrivá voit le jour à Barbastro, en Espagne, le 9 janvier 1902. Il a cinq frères et sœurs: Carmen (1899-1957), Santiago (1919-1994) et trois sœurs plus jeunes que lui, qui meurent en bas âge.

Ses parents donnent à leurs enfants une profonde éducation chrétienne. Ainsi, sa mère le confie à la Vierge du sanctuaire voisin de Torreciudad quand il tombe gravement malade à l’âge de deux ans, puis l’emmène y prier en reconnaissance pour sa guérison. À la fin de sa vie, Josémaria fera considérablement agrandir la chapelle, afin de favoriser les pèlerinages mariaux. En 1915, la famille déménage à Logroño, dans le nord de l’Espagne. C’est dans cette ville que le jeune Josémaria - il a alors quinze ans - perçoit pour la première fois que Dieu l’appelle. Un beau matin de l’hiver 1917, il voit des traces de pieds nus laissées dans la neige par un carme déchaux. Devant tant de générosité, il comprend que Dieu attend quelque chose de lui, mais quoi exactement? Devenir prêtre lui semble être la réponse, lui permettant d’être disponible pour ce que la Providence lui réserve. Il commence à s’y préparer, tout d’abord au séminaire de Logroño, puis au grand séminaire de Saragosse, et poursuit parallèlement des études de droit civil.

 

Textes de saint Josémaria Escrivá

La liberté, don de dieu  (Extrait 1 de l'homélie « La liberté don de Dieu», publiée dans «Amis de Dieu»)

Josémaria se disait avec humour « le dernier des romantiques ». Pour lui, on ne pouvait aimer Dieu que dans un climat de liberté. Mais, comme le disait avec force saint Paul, la liberté nous libère par le Christ. 

Je n’accepte pas d’autre esclavage que celui de l’Amour de Dieu. Et cela parce que la religion est la plus grande révolte de l’homme qui ne tolère pas de vivre comme une bête, qui ne se résigne pas, qui ne s’apaise pas tant qu’il ne fréquente pas et ne connaît pas son Créateur. Je vous veux rebelles, libres de tout lien, car je vous veux-le Christ nous veut- enfants de Dieu.

Esclavage ou filiation divine: voilà le dilemme de notre vie. Ou enfants de Dieu ou esclaves de l’orgueil, de la sensualité, de cet égoïsme angoissé dans lequel tant d’âmes semblent se débattre.

 

… suite demain

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader