« Vous êtes le sel de la terre » - 11 juin 2019 - Hozana

« Vous êtes le sel de la terre » - 11 juin 2019

« Vous êtes le sel de la terre » - 11 juin 2019

« Vous êtes le sel de la terre »

Mardi 11 juin 2019

Évangile selon saint Matthieu 5, 13-16

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Écouter cette méditation


Télécharger le fichier audio
190611 Mt 5, 13-16 Vous êtes le sel de la terre.mp3

Prière

Père des lumières, « Envoie ta lumière et ta vérité : qu’elles guident mes pas et me conduisent à ta montagne sainte, jusqu’en ta demeure . » (Ps 42, 3)

Demande

Oui, Père bien-aimé, je crois en ta promesse d’une demeure où tu nous attends, mais augmente notre foi. J’espère ce monde nouveau, mais augmente notre espérance. Je t’aime pour tous tes dons et pour ce que tu es, mais augmente notre amour pour toi.

Réflexion

1. Le sel rend incorruptible, pour le ciel, ce qui est de la terre. Le sel conserve pour l’éternité. Le sel, ce sont tous les trésors dont l’Église et les apôtres sont dépositaires – sacrements, Parole de Dieu – et qui sont gratuitement distribués, si nous les voulons. « Si le sel devient fade », si la lampe s’éteint, peut-être avons-nous négligé de nous nourrir de ces trésors ! Pourtant, même si notre sel s’affadit, si notre flamme s’éteint, souvenons-nous du prophète Isaïe qui nous dit du Christ : « Il n’éteindra pas la mèche qui faiblit. » (Mt 12, 20)

2. Jésus parle en paraboles. En une phrase, il illustre toute la vie morale et théologale en chaque baptisé. L’intelligence et la volonté, qui sont propres à l’homme, sont comme la cire de notre bougie. Elles sont assorties à la foi donnée au baptême qui est la mèche au centre de la cire. L’amour dont nous aimons Dieu et la grâce sont la flamme de la bougie, chaleur et lumière. Le don de cette lumière fait à un baptisé n’est pas simplement un don pour lui, mais aussi pour toute l’Église. La maison, ce peut être toute l’Église ou plus simplement nos proches.

Quant au lampadaire, comment ne pas penser à la croix du Christ ? C’est bien lorsque nous sommes unis à la croix du Christ que notre lumière, mise sur le lampadaire, brille pour tout homme !

3. « Alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux . »

Ce que nous voyons faire de bien, nous ne pouvons pas l’envier ou le jalouser ; ce que nous faisons de bien, nous ne pouvons pas nous en enorgueillir. Car, sans Jésus, nous ne pouvons rien faire (Cf. Jn 15, 5). Et si nous faisons le bien ou si nous le voyons faire, c’est à Dieu seul que nous le devons. C’est une première étape que de bien reconnaître que seul, on ne peut rien ; c’est une seconde étape – ô combien juste ! – de remercier Dieu de tout le bien qui est autour de nous, sans esprit de jalousie ou de vaine gloire.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu pourrais nous dire : « Vous recevez la lumière du monde » mais non, ta Parole dit : « Vous êtes la lumière du monde. » Pourtant, nous savons bien que nous ne sommes pas la lumière : il nous est donné de l’être par toi. Vraiment, tu es un Dieu bon, généreux et plein de magnificence. Comme dans la parabole de l’enfant prodigue, tu nous dis : « Mon enfant, tout ce qui est à moi est à toi. » (Lc 15, 31) Toute la lumière que je suis est à toi. Merci pour tous tes dons, Seigneur ! Fais que de nombreux cœurs les acceptent et les fassent rayonner !

Résolution

« Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route. » (Ps 118, 105) Ce soir, je choisirai une parole de l’Évangile qui m’éclaire. Je la redirai intérieurement tout au long de la journée du lendemain en me laissant transformer par elle.

Patricia Freisz, membre de Regnum Christi

 

Texte de l’Évangile et informations liturgiques: copyright AELF- Paris - Tous droits réservés.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6