Facebook PixelSainte Gianna Beretta Molla. - Hozana

Sainte Gianna Beretta Molla.

Née à Magenta, en Lombardie (Italie) en 1022, Gianna Beretta reçoit une solide éducation chrétienne. L'après-midi du dimanche, elle accompagne son père dans ses visites aux pauvres, aux personnes âgées, abandonnées, délaissées. Elle voit sa mère faire des économies en faveur des missions catholiques. En 1928, elle fait sa première communion. L'Eucharistie devient dès lors sa nourriture quotidienne. Sa vie chrétienne est rayonnante. Elle écrit : "Tout faire pour le Seigneur. Je préfère mourir plutôt que de commettre un péché mortel." En 1949, elle est reçue docteur en médecine et en chirurgie. Elle ouvre un dispensaire, se spécialise en pédiatrie et se lance dans l'Action Catholique. Elle considère son métier comme un véritable apostolat. Aux malades particulièrement pauvres, elle donne de l'argent en plus de médicaments ("si je donne des soins à un malade qui n'a pas à manger, à quoi servent les médicaments ?", se dit-elle). En 1955, elle épouse Pietro Molla ; tous deux ont le désir profond de fonder une famille authentiquement chrétienne. En 1959, elle a trois enfants et sa vie de maman, d'épouse et de médecin est harmonieuse. En 1961, alors qu'elle est enceinte de deux mois de son quatrième enfant, le médecin lui révèle qu'elle a une tumeur à l'utérus. Elle refuse l'avortement. Seule solution acceptable : enlever la tumeur en tentant de ne pas interrompre la maternité en cours. Dans ce cas, la mère est exposée à un grave danger. "Lui ou moi", se dit Gianna. Elle se décide en faveur de la vie qu'elle sent se développer en elle. Elle accepte de risquer sa propre vie, l'amour pour l'enfant qu'elle porte est le plus fort. "Pourvu que tout aille bien pour le bébé", dit-elle à son entourage. L'opération réussit, l'enfant est sauvé. Gianna sait que, dans quelques mois, l'utérus pourra se rompre, provoquant une hémorragie mortelle. Malgré cela, elle rayonne d'une joie intense et passe les mois restant à prier pour que son enfant naisse en bonne santé. Quand l'accouchement est proche, Gianna exprime clairement sa volonté au médecin et à son mari : "Si vous devez choisir entre moi et l'enfant, n'hésitez pas. Choisissez, je l'exige, l'enfant. Sauvez-le." Le samedi 21 avril 1962, une petite Gianna Emmanuela naît en parfaite santé mais l'état de la maman s'aggrave. Le samedi 28 avril, Gianna meurt dans de grandes souffrances, en répétant : "Jésus, je T'aime ! Jésus, je T'aime ". Gianna Beretta Molla, épouse aimée, mère heureuse, assume le sacrifice de sa vie pour son enfant. N'a-t-elle pas écrit : "Se préparer à la vocation, c'est se préparer à donner la vie" ? Elle est béatifiée le 25 avril 1994 puis canonisée dix ans plus tard, en présence de son mari et de trois de ses enfants (l'une de ses filles est décédée en 1964) par Saint Jean Paul II. Sainte Gianna Beretta Molla, vous qui êtes la sainte de la famille et de la joie, priez pour nous et pour nos familles.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader