Faire goûter la communion de prière à nos enfants - Hozana

Faire goûter la communion de prière à nos enfants

Bonjour à tous,

En ce mois de juillet, je vous propose d’explorer avec nos enfants la communion de prière.

Prier, c’est entrer en relation avec Dieu, nous élever, créer un chemin vers ce qui nous dépasse (l’axe vertical de la croix) … mais c’est aussi l’occasion d’entrer en communion avec les autres chrétiens, nourrir notre amour envers notre prochain, être conscient que notre raison d’être est dans la relation à l’autre (l’axe horizontal de la croix).

Prier en famille est déjà une façon de rentrer dans ce double mystère de la prière puisque les enfants ne prient pas seuls mais avec nous ; aller à la messe et prier en communauté également. C'est d'ailleurs ce que nous faisons aussi en rejoignant une communauté Hozana et en partageant nos intentions de prière.

Mais ils peuvent en faire aussi l’expérience, même en priant seuls si, dans leurs prières, ils prennent conscience de cet immense élan de prière qui existe à travers le monde, de tous les chrétiens avec qui ils partagent cette joie, cette espérance si intime.
Dès petit, on peut essayer de faire comprendre aux enfants que la prière est ce qui peut nous relier à Dieu mais aussi aux autres ; le moyen d’élever notre âme mais aussi de la rendre profondément «humaine ».

Prendre conscience du "nous"

Le Notre Père - en tant que prière universelle – est déjà une belle façon de ressentir que nous faisons partie d’un seul corps. En effet, toute la prière est récitée avec le « nous » et non le « je », nous invitant ainsi à prier pour l’ensemble des chrétiens et non juste pour soi.

Tu es mon Dieu
Mais tu n’es pas qu’à moi,
Caché au creux de moi.
Tu habites chez tout le monde
Partout, tu construis ta maison.
Et quand j’élève les mains, le soir,
Pour te dire tout bas ma prière
Je fais monter vers toi
Les bruits de toutes les vies
Et les rires de tous les visages
qui chantent avec moi
« Notre Père ».
 (Emmanuelle Dalyac)

 

Porter le monde dans ses prières

Dans leurs prières, invitons-les à confier (outre des personnes que l’on connaît) des intentions, des personnes, des causes qui ne sont pas forcément immédiatement dans leur quotidien, proximité immédiate. C’est une façon de nourrir notre compassion et de les ouvrir au monde.


Se sentir faire partie d'un tout

Nous pouvons aussi, à l’occasion d’une prière en famille, lire ce passage de la première lettre de saint Paul apôtre aux corinthiens - avec eux et les aider à méditer sur celui-ci :

« Prenons une comparaison : le corps ne fait qu’un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit.
 Le corps humain se compose non pas d’un seul, mais de plusieurs membres. Le pied aurait beau dire : « Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps », il fait cependant partie du corps. L’oreille aurait beau dire : « Je ne suis pas l’œil, donc je ne fais pas partie du corps », elle fait cependant partie du corps.
Si, dans le corps, il n’y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S’il n’y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ?
Mais, dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il l’a voulu. S’il n’y avait en tout qu’un seul membre, comment cela ferait-il un corps ?
En fait, il y a plusieurs membres, et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : « Je n’ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n’ai pas besoin de vous ».
Bien plus, les parties du corps qui paraissent les plus délicates sont indispensables.
Et celles qui passent pour moins honorables, ce sont elles que nous traitons avec plus d’honneur ; celles qui sont moins décentes, nous les traitons plus décemment ; pour celles qui sont décentes, ce n’est pas nécessaire. Mais en organisant le corps, Dieu a accordé plus d’honneur à ce qui en est dépourvu. Il a voulu ainsi qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres.
Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l’honneur, tous partagent sa joie.
Or, vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres de ce corps. »
 

En ce mois de juillet, qui marque pour beaucoup d'enfants le début des grandes vacances, invitons nos enfants à unir leurs prières pour confier au Seigneur tous les enfants qui n'ont pas la chance de pouvoir partir en vacances, les familles qui ne peuvent être réunies pendant cette période. Portons nous mutuellement dans nos prières pour demander à Dieu que cette période estivale soit - pour tous les priants de cette communauté et leurs familles - source de repos, de joie et de partage.  
Bon mois de juillet à tous !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

6 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

colette
place Marsillargues, il y a 4 mois
PRIONS POUR LES ORPHELINS ET LES ENFANTS ABANDONNES SEIGNEUR PRENDS PITIE AMEN
Doriane
place Saint-Leu-la-Forêt, il y a 4 mois
Amen amen
GJ
place Metz, il y a 4 mois
Union de Prières. Amen.
Jeannette
place Abidjan, il y a 4 mois
Seigneur je te confie mes enfants soit leur guide .🌹🌹🌹🙏🙏🙏