Seizième Jour - Mai 2019 - Hozana

Seizième Jour - Mai 2019

Seizième Jour - Mai 2019

Image Web

Poursuivant sa vie dans le Temple, la Reine du Ciel prépare et hâte la venue du Verbe Divin sur la terre.

1.   Prière à la Reine céleste

Reine Immaculée, ô céleste Maman, en ce mois qui t’est consacré, je me place sur tes genoux maternels, m’abandonnant entre tes bras comme ton enfant chéri et te demandant avec véhémence la plus grande de toutes les grâces : celle que tu m’admettes à vivre dans le Royaume de la Divine Volonté.

Sainte Maman, toi qui es la Reine de ce Royaume, permets que j’y vive en tant que ton enfant. Que ce Royaume soit rempli de tes enfants ! Je me confie à toi afin que tu y guides mes pas et que, soutenu par ta main maternelle, tout mon être vive constamment dans la Divine Volonté. Tu seras ma Maman. À toi, ma Maman, je confie ma volonté pour que tu l’échanges contre celle de Dieu et, qu’ainsi, je sois assuré de ne jamais quitter cette Divine Volonté. Je te prie de m’éclairer afin que je comprenne bien ce qu’est la Divine Volonté. Amen.

Je te salue Marie…

ð Petite pratique pour chaque jour du mois de mai

Chaque matin, chaque midi et chaque soir (trois fois par jour), se placer sur les genoux de notre céleste Maman et lui dire : «  Maman, je t’aime. Aime-moi, toi aussi, et donne à mon âme une petite portion de Divine Volonté. Bénis-moi pour que je fasse toutes mes actions sous ton regard maternel. »

2.   L’âme à sa céleste Maman

Ma douce Maman, j’accours vers toi. Je sens que tu as dérobé mon cœur et l’as déposé dans le tien comme gage de mon amour pour toi. Tu veux déposer dans mon cœur la Divine Volonté. Je viens dans tes bras pour que tu puisses me donner tes leçons et faire de moi tout ce que tu voudras. Daigne me garder toujours avec toi.

3.   Leçon de la Reine du Ciel

Ma très chère fille, comme je désire que tu sois toujours avec moi ! J’aimerais être les battements de ton cœur, ta respiration, le travail de tes mains et les pas de tes pieds pour te faire sentir ce que la Divine Volonté a opéré en moi. J’aimerais verser sa vie en toi ! Oh ! comme cette vie est douce, aimable, enchanteresse et paisible ! Oh ! comme tu me rendrais heureuse si tu étais complètement soumise à la Divine Volonté, laquelle a été toute ma richesse, mon bonheur et ma gloire.

Ma fille, sois attentive et écoute ta Maman qui désire tant partager sa richesse avec toi. Bien que je poursuivais ma vie dans le Temple, le Ciel ne m’était pas fermé. Je pouvais m’y rendre aussi souvent que je le voulais. J’avais libre passage pour y aller et en revenir. Au Ciel se trouvait ma divine Famille et j’aimais ardemment être avec elle. Les trois Personnes divines me recevaient avec beaucoup d’amour pour converser avec moi et me rendre plus joyeuse, plus heureuse, plus magnifique et plus chère à leurs yeux.

Après tout, elles ne m’avaient pas créée pour me garder à distance. Absolument pas ! Elles voulaient me combler de joie en tant que leur fille. Elles voulaient entendre mes paroles qui, animées par la Divine Volonté, avaient le pouvoir de mettre la paix entre Dieu et les créatures. Elles aimaient être vaincues par leur fille et m’entendre leur répéter : « Faites descendre le Verbe sur la terre. »

Souvent, c’était elles-mêmes qui m’appelaient, auquel cas, bien sûr, je volais vers elles. N’ayant jamais fait ma volonté humaine, ma présence auprès d’elles leur donnait un retour d’amour et de gloire pour la grande œuvre de la Création. Elles me racontaient l’histoire de l’espèce humaine. Je priais beaucoup pour que la paix vienne entre Dieu et les hommes.

Ma fille, tu dois savoir que c’est la volonté humaine qui ferme le Ciel aux créatures et que c’est pour cette raison qu’elles ne peuvent avoir accès aux régions célestes et avoir des rapports familiers avec leur Créateur. La volonté humaine a éloigné l’homme de celui qui l’a créé.

Quand l’homme se sépara de la Divine Volonté, il devint peureux, timide ; il perdit la maîtrise de lui-même et de toute la création. Tous les éléments, parce qu’ils étaient dominés par la Divine Volonté, lui étaient supérieurs et pouvaient lui faire du mal. L’homme devint craintif de tout.

Cela ne te paraît-il pas surprenant que l’homme, qui avait été créé roi, maître de tout, en vint au point d’avoir peur de celui qui l’avait créé ? Cela est étrange, ma fille. En effet, il est contre nature qu’un enfant ait peur de son père. Il est naturel que lorsqu’un être engendre, l’amour et la confiance entre le père et l’enfant soient engendrés en même temps. On pourrait appeler cela l’héritage premier dû à l’enfant et le droit premier dû au père. En faisant sa propre volonté, Adam perdit l’héritage prévu par son Père Céleste. Il perdit sa royauté et devint la risée de toutes les choses créées.

Ma fille, écoute ta Maman et médite bien sur la grande méchanceté de la volonté humaine. Elle arrache les yeux de l’âme et, ainsi, tout devient obscurité et frayeur pour la pauvre créature. Pose ta main sur ton cœur et promets à ta Maman que tu voudras plutôt mourir que de faire usage de ta volonté humaine.

N’ayant jamais fait ma volonté, je n’avais aucune crainte de mon Créateur. Comment aurais-je pu en avoir peur, lui qui m’aimait tant ? Sa Royauté était tellement grande en moi que, par mes actes, je hâtais la venue du Verbe Éternel sur la terre. En voyant que cette venue se rapprochait graduellement, j’augmentais mes supplications pour que ce jour tant attendu de la paix entre le Ciel et la terre vienne encore plus rapidement.

Demain, je te raconterai une autre surprise concernant ma vie ici-bas.

4.   L’âme

Ma souveraine Maman, comme tes leçons me sont douces ! Elles me font comprendre la grande méchanceté de ma volonté humaine. Combien de fois, moi aussi, je me suis sentie effrayée et timide, pour ne pas dire très éloignée de mon Créateur. Ah ! c’était ma volonté humaine qui régnait en moi, non la Divine Volonté ! Ô sainte Maman, toi qui m’aimes comme ta fille, prends mon cœur dans tes mains et chasse la peur et la timidité qui l’empêchent de prendre son envol vers son Créateur. Remplace tout en moi par la Divine Volonté que tu aimes tant.

5.   Petite pratique

Pour m’honorer aujourd’hui, tu déposeras dans mes mains tout trouble, toute peur, toute méfiance que tu pourrais ressentir, pour que je les convertisse en Volonté de Dieu. Tu me diras à trois reprises : « Maman, fais régner la Divine Volonté en mon âme. »

6.   Oraison jaculatoire

« Maman, toi en qui j’ai tant confiance, fais s’élever le jour de la Divine Volonté dans mon âme. »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Josianne
place Abidjan, il y a 3 mois
O Maman, je dépose dans Tes mains tout trouble, toute peur, toute méfiance que je ressens et Tu sais combien ils sont nombreux. Je t'en prie, convertis les en Volonté de Dieu. O Maman, fais régner la Divine Volonté en mon âme.
Florence
place Plouray, il y a 3 mois
en trés grande union de prière amen fiat