17/05 - Treizième Heure : de 05h à 06h - Hozana

17/05 - Treizième Heure : de 05h à 06h

17/05 - Treizième Heure : de 05h à 06h

1)   Treizième Heure : de 05h à 06h

  • Prions

Ô mon Seigneur Jésus-Christ, prosterné devant toi, je supplie ton Cœur infiniment amoureux de bien vouloir m’admettre à la méditation des Heures douloureuses de ta Passion durant lesquelles, par Amour pour nous, tu voulus souffrir dans ton Corps adorable et dans ton Âme infiniment sainte, jusqu’à mourir sur la Croix. Daigne me donner ton aide, ta grâce, ton amour, ainsi qu’une profonde compassion à ton endroit et une profonde compréhension de tes Souffrances, pendant que je méditerai sur la treizième Heure. 

Et pour les Heures sur lesquelles je ne pourrai pas méditer, c’est-à-dire celles pendant lesquelles je serai contraint(e) soit de m’appliquer à mes devoirs journaliers, soit de m’adonner au sommeil, je veux t’offrir la volonté que j’ai de méditer aussi sur elles.  Accepte, ô Seigneur miséricordieux, mon intention d’amour, et fais en sorte que ces heures me profitent et profitent à beaucoup d’autres comme si je les faisais effectivement et saintement.  Entre temps, je te rends grâce, ô Jésus, toi qui m’appelles à m’unir à toi dans la prière, et je me plonge dans tes pensées, tes paroles, ta Volonté et ton amour, en implorant l’aide de ta très sainte Mère et de mon ange gardien. Amen, Fiat.

 

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne Vous aiment pas. 

 

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, je Vous adore profondément et Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Lui-même est offensé. Et par les mérites infinis de son très Saint Cœur, et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.

 

Abba Éternel, je T’offre le très Précieux Sang de ton Divin Fils en union avec toutes les messes célébrées aujourd’hui dans le monde entier pour les âmes du Purgatoire, les pêcheurs en tout lieu, les pêcheurs de l’Église Universelle, ceux de ma propre famille et de mes proches. Amen.

 

  • L’emprisonnement de Jésus

Mon Jésus, doux Prisonnier, je me suis réveillée et je ne te trouve pas. J'ai le coeur qui bat fort. Je brûle du désir d'aimer. Dis-moi où tu es. Mon ange, amène-moi chez Caïphe... Mais je me promène partout, je fouille partout, et je ne trouve pas Jésus! Mon Amour, vite, amène-moi à toi, afin que je puisse me jeter dans tes Bras.

Et je découvre qu'ils t'ont mis en prison. Tandis que mon cœur exulte de joie de te retrouver, il est aussi blessé de douleur en voyant l'état dans lequel ils t'ont réduit: je te vois les Mains liées à une colonne, les Pieds serrés et liés, ton saint Visage gonflé et ensanglanté à cause des gifles et des coups reçus. Tes Yeux sont livides, tes Pupilles sont fatiguées et mélancoliques à cause de tout ce qu'on t'a fait subir et du manque de sommeil. Tes Cheveux sont en désordre, ta divine Personne a mal partout. Et tu ne peux pas t'aider et te nettoyer car tu es attaché. Et moi, en sanglots, je t'embrasse les Pieds et je te dis: « Comme tu es mal en point, mon Amour! » Et tu me réponds: « Viens, ô âme, sois attentive à tout ce que tu me vois faire pour le faire avec moi, afin que je puisse continuer ma Vie en toi. »

À ma stupeur, ô mon Jésus, je vois qu'au lieu de te préoccuper de tes Peines, tu penses avec un Amour indicible à glorifier le Père pour le dédommager de nos négligences envers lui, et tu appelles toutes les âmes autour de toi pour prendre tous leurs maux sur toi et leur donner tous tes Biens.

Comme nous sommes déjà au point du jour, il me semble entendre ta Voix infiniment douce dire: « Père saint, je te rends grâce pour tout ce que j'ai souffert et pour ce qu'il me reste encore à souffrir. Comme cette aube appelle le jour, que l'aube de ta Grâce se manifeste dans tous les cœurs. Que moi, le Soleil divin, je surgisse dans tous les cœurs et règne en tous. Tu vois, ô Père, toutes ces âmes; je réponds de toutes: de leurs pensées, leurs paroles, leurs œuvres et leurs omissions, au coût de mon Sang et de ma Mort! »

Mon Jésus, Amour infini, je m'unis à ta Prière en te remerciant pour ce que tu m'as fait souffrir et pour ce qu'il me reste à souffrir à tes côtés, et je te prie de faire poindre dans tous les cœurs l'aube de ta Grâce. Mais je vois, mon doux Jésus, que tu répares pour les premières pensées, affections et paroles qui, au petit jour, ne te sont pas offertes; tu les appelles, puisqu'elles te sont dues, et tu répares pour donner au Père la Gloire qui lui est due.

Mon Jésus, Maître divin, puisqu'en cette prison nous avons une heure de libre et que nous sommes seuls, je veux faire non seulement ce que tu fais, mais je veux te nettoyer, t'arranger les Cheveux et me fondre en toi. Par conséquent, je m'approche de ta Tête infiniment sainte et, t'arrangeant les Cheveux, je veux réparer pour les intelligences dénaturées, qui n'ont pas une seule pensée pour toi. Et, me fondant dans ton Intelligence, je veux adorer toutes tes Pensées, pour en tirer assez de réparations pour toutes les pensées mauvaises des créatures, pour toutes les lumières et les inspirations qu'elles repoussent. Je voudrais que toutes les pensées des créatures ne fassent qu'un avec les tiennes, pour te donner une vraie réparation et une gloire parfaite.

Mon Jésus affligé, je baise tes Yeux mélancoliques et remplis de Larmes. Comme tes Mains sont liées à la colonne, tu ne peux ni te sécher, ni t'enlever les crachats avec lesquels t'ont souillé tes ennemis. Et comme la position dans laquelle ils t'ont lié est torturante, tu ne peux fermer tes Yeux fatigués pour prendre un peu de repos. Mon Amour, combien volontiers je voudrais te servir de lit avec mes bras pour te donner du repos ! Je veux essuyer tes Yeux, te demander pardon, et réparer pour les nombreuses fois que nous n'avons pas eu l'intention de te plaire et de te regarder pour voir ce que tu voulais de nous, ce que nous devions faire, et où tu voulais que nous allions. Et je veux fondre mes yeux et ceux de toutes les créatures en les tiens, pour pouvoir réparer par tes propres Yeux tout le mal que nous avons fait au moyen de notre vue.

Mon Jésus compatissant, je baise tes Oreilles infiniment saintes, fatiguées par les insultes de toute la nuit, et plus encore par l'écho des offenses de toutes les créatures. Je te demande pardon et je veux réparer pour toutes les fois que tu nous as appelés et que nous avons été sourds à ta Voix, ou que nous avons feint de ne pas t'entendre. Et toi, mon Bien si patient, tu as répété tes Appels, mais en vain. Je veux fondre mes oreilles et celles de toutes les créatures en les tiennes, pour faire une réparation continuelle et complète, et pour que les créatures écoutent tes divines Paroles et les mettent en pratique.

Mon Jésus plein d'Amour, je baise ton Visage infiniment saint, devenu livide à cause des gifles. Je te demande pardon et je répare pour toutes les fois que tu nous as appelés à être tes victimes de réparation, alors que nous, nous unissant à tes ennemis, nous t'avons giflé et craché dessus! Mon Jésus, je veux fondre mon visage en le tien, pour te restituer ta Beauté originale et te donner réparation entière pour tous les mépris que tes ennemis ont dirigé contre ta divine Majesté.

Mon Bien si attristé, je baise ta Bouche infiniment douce, endolorie à cause des coups de poing, et brûlée par l'Amour. Je veux, au moyen de ma langue et de celle de toutes les créatures unies à ta propre Langue, réparer toutes les conversations mauvaises des créatures. Je veux, mon Jésus assoiffé, unir toutes les voix des créatures à la tienne, pour étouffer les voix du péché et les changer en voix de louange et d'amour.

Mon Jésus enchaîné, je baise ton Cou chargé de lourdes chaînes et de cordes, lesquelles, encerclant ta Poitrine, tes Épaules et tes Bras, te tiennent serré contre la colonne. Tes Mains sont gonflées et noircies à cause de ces liens serrés et elles laissent couler du Sang. De grâce, permets-moi, ô Jésus lié, de te délier, et si tu aimes être lié, permets-moi de te lier avec les chaînes de l'amour qui, étant douces, allégeront tes Peines.

Et tandis que je te délie, je veux m'unir à toi pour réparer avec toi les attachements mauvais de tous et donner à tous les chaînes de l'Amour. Ainsi, nous emplirons les poitrines des créatures de ton Feu, dont je vois qu'il a tant de force que tu ne peux le contenir. Nous réparerons toutes les froideurs, tous les plaisirs illicites et l'amour du confort, pour donner à tous l'esprit de sacrifice et l'amour de la souffrance.

Je veux me fondre en tes Mains pour réparer les œuvres mauvaises, les miennes et celles de tous, et le bien mal fait ou fait avec présomption, pour donner à tous le parfum de tes Œuvres. Je veux me fondre en tes Pieds et, pour réparer, y enfermer tous les pas des créatures pour qu'elles cheminent à ta suite.

Ma douce Vie, permets que, me fondant en ton Cœur, j'y renferme toutes les affections, les sentiments et les désirs des créatures, pour les réparer avec toi. Et qu'à tous je donne tes Affections, tes Sentiments et tes Désirs, afin que plus personne ne t'offense.

Et maintenant j'entends un bruit de clefs. Ce sont tes ennemis qui viennent te prendre. Jésus, je tremble, je sens mon sang se glacer. Sous peu tu seras de nouveau entre leurs mains. Qu'adviendra-t-il de toi? Ah! il me semble entendre le bruit des clefs des saints tabernacles ! Parfois ce sont des mains indignes qui viennent les ouvrir, et même pour te faire descendre dans des cœurs sacrilèges! Combien de fois te conduit-on dehors dans les rues, en procession ou pour donner le saint viatique, où tu rencontres des personnes qui te méprisent et t'outragent ! Mon Jésus prisonnier, je veux me trouver dans toutes tes prisons d'Amour pour être spectatrice quand tes ministres te libèrent, pour te tenir compagnie et pour réparer les offenses que tu peux y recevoir !

Mon Jésus, alors que tes ennemis sont tout près, tu es en train de saluer le soleil levant, le dernier que tu verras en tes jours mortels. Et eux, te voyant tout majestueux et le Regard rempli d'Amour tandis qu'ils te détachent, te décochent au Visage des gifles si fortes qu'elles font rougir tes divines Joues.

Mon Amour, avant que tu ne quittes la prison, je te prie de me bénir, pour que je reçoive assez de force pour te suivre durant le reste de ta Passion.

  • L’emprisonnement de Jésus – Réflexions et pratiques

Jésus prisonnier, lié à une colonne et immobilisé, est souillé de crachats et de boue. Il cherche notre âme pour qu'elle lui tienne compagnie. Et nous, sommes-nous contents d'être seuls avec Jésus, ou bien préférons-nous la compagnie des créatures? Notre respiration et nos battements de cœur sont-ils toujours pour Jésus?

Pour que nous soyons semblables à lui, Jésus lie notre âme au moyen des aridités, des oppressions, des souffrances et d'autres mortifications. Et nous, sommes-nous contents de nous faire lier par Jésus dans la prison où son Amour nous place, c'est-à-dire l'obscurité, les oppressions, etc.?

Jésus est en prison. Avons-nous la force et la promptitude de nous emprisonner avec lui par amour pour lui? Jésus désire ardemment notre âme pour se sentir délié et soutenu dans la douloureuse position dans laquelle il se trouve. Et nous, désirons-nous ardemment que seul Jésus vienne nous tenir compagnie, qu'il nous délie des chaînes des passions et nous lie à son Cœur au moyen de chaînes plus fortes. Mettons-nous nos peines autour de Jésus souffrant pour éloigner de lui les crachats et la boue que les pécheurs lui envoient? Dans sa prison, Jésus prie. Notre prière est-elle constante avec lui et comme lui?

Mon Jésus enchaîné, tu t'es laissé emprisonner par Amour pour moi, je te prie d'emprisonner en toi mon intelligence, ma langue, mon cœur, tout moi-même, pour que je n'aie aucune liberté et que tu aies le contrôle absolu sur moi.

  • Remerciements et offrandes

Mon aimable Jésus, tu m’as appelé durant cette Heure de la Passion à te tenir compagnie, et je suis venu.  Il m’a semblé te voir prier, réparer et souffrir et, avec les Paroles les plus tendres, plaider pour le salut des âmes.  J’ai cherché à te suivre en tout.  Avant de te laisser, je veux te dire un « MERCI » et un « SOIS BÉNI ».  Oui, ô Jésus, merci mille fois.  Je te loue et te bénis pour tout ce que tu as fait et souffert pour moi et pour tous.  Je te dis merci et je te bénis pour chaque goutte de ton Sang et chacune de tes Larmes versées, pour chacune de tes Respirations, chaque Battement de ton Cœur, chacun de tes Pas, de tes Paroles et de tes Regards, et pour chaque offense que tu as supportée pour nous.  De grâce, fais en sorte, ô mon Jésus, que tout mon être t’envoie un flot continue de remerciements et de bénédictions, de sorte que cela attire sur moi et sur toutes les créatures les flots de tes Grâces et de tes Bénédictions.

Ô Jésus, serre-moi sur ton Cœur avec tes Mains infiniment saintes :  marque toutes les parcelles de mon être de ton « je te bénis », de sorte que rien ne sorte de moi sauf un hymne d’amour ininterrompu pour toi!  Je m’abandonne à toi et je veux te suivre en tout.  Je laisse mes pensées en toi pour qu’elles te défendent de tes ennemis; mes respirations pour qu’elles te servent de cortège et te tiennent compagnie; les battements de mon cœur pour te dire sans cesse « je t’aime » et pour te dédommager de l’amour que ne te donnent pas les autres créatures; les gouttes de mon sang en offrande de réparation et pour te restituer les hommes et l’estime dont te privent tes ennemis; finalement tout mon être pour te garder.

MON DOUX AMOUR, bien que je doive vaquer à mes affaires, je reste dans ton Cœur et je crains d’en sortir.  Tu me garderas en toi, n’est-ce pas?  Nos battements de cœur s’entendront l’un l’autre et se confondront, de sorte qu’ils me donneront vie, amour, et union étroite et inséparable avec toi.  Mon Jésus, si tu vois que je suis sur le point de te fuir, que tes Battements de Cœur s’accélèrent dans mon cœur, que tes Mains me pressent plus fortement sur ton Cœur, que tes Yeux me regardent et me jettent des flèches de feu, afin que, te ressentant, je me laisse tout de suite gagner à rester avec toi.

Je t’en prie, ô mon Jésus, donne-moi le Baiser de l’Amour divin et bénis-moi.  Et moi, je baise ton Cœur infiniment doux et je reste en toi.

Que la bénédiction de Dieu, le Tout-Puissant, Père et Fils et Esprit-Saint, descende sur moi et y demeure à jamais. AMEN.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies