La Réconciliation - Hozana

La Réconciliation

La Réconciliation

Veillée de prières sur la réconciliation:

 

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ
Laisse-toi regarder car il t'aime (bis).

Il a posé sur moi son regard, et ses yeux en disaient long
Il a posé sur moi son regard, c'était celui du pardon.

 

Il a posé sur moi son regard, alors j'ai vu qu'Il pleurait
Il a posé sur moi son regard, alors j'ai vu qu'Il m'aimait.

 

Prière de Saint Anselme:

 

Mon Dieu, tu es toute tendresse pour moi.
Je te le demande par ton Fils bien-aimé
accorde-moi de me laisser emplir de miséricorde
et d'aimer tout ce que tu m'inspires.
Donne-moi de compatir à ceux qui sont dans l'affliction,
et d'aller au secours de ceux qui sont dans le besoin.

Donne-moi de soulager les malheureux,
d'offrir un asile à ceux qui en manquent,
de consoler les affligés,
d'encourager les opprimés.

Donne-moi de pardonner à celui qui m'aura offensé,
d'aimer ceux qui me haïssent,
de rendre toujours le bien pour le mal,
de n'avoir de mépris pour personne,
et d'honorer tous les hommes.

Donne-moi d'imiter les bons,
de renoncer à la fréquentation des méchants,
de pratiquer les vertus
et d'éviter les vices.

Donne-moi, Seigneur la patience
quand tout va mal
et la modération quand tout va bien.
Donne-moi de savoir maîtriser ma langue,
et de poser, au besoin,
une garde à ma bouche.
Enfin, mon Dieu,
donne-moi le mépris des choses qui passent
et la soif des biens éternels. (Prière de Saint Anselme)


La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

 

 

 

Concrêtement:

M’interroger sur la façon dont je suis vraiment attentif aux personnes qui m’entourent, celles auxquelles je pense spontanément, sans oublier celles qui m’agacent, celles que j’ai du mal à accueillir. Repérer ce que je perçois de beau et de bon en chacune d’elles. Décider de prendre un moment chaque jour de ce carême pour relire les relations que j’ai vécues dans la journée et ce que j’ai mis en œuvre pour faire grandir les personnes.


La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

Evangile selon St Luc, 7, 36-50

 

36 Un Pharisien l’invita à manger avec lui ; il entra dans la maison du Pharisien et se mit à table. Et voici une femme, qui dans la ville était une pécheresse. Ayant appris qu’il était à table dans la maison du Pharisien, elle avait apporté un vase de parfum. Et se plaçant par derrière, à ses pieds, tout en pleurs, elle se mit à lui arroser les pieds de ses larmes ; et elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers, les oignait de parfum. 39 À cette vue, le Pharisien qui l’avait convié se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse ! » 40 Mais, prenant la parole, Jésus lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. » –  « Parle, maître », répond-il. « Un créancier avait deux débiteurs ; l’un devait cinq cents deniers, l’autre cinquante. Comme ils n’avaient pas de quoi rembourser, il fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’en aimera le plus ? » Simon répondit : « Celui-là, je pense, auquel il a fait grâce de plus. » Il lui dit : « Tu as bien jugé. » 44 Et, se tournant vers la femme : « Tu vois cette femme ? dit-il à Simon. Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, au contraire, m’a arrosé les pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas donné de baiser ; elle, au contraire, depuis que je suis entré, n’a cessé de me couvrir les pieds de baisers. Tu n’as pas répandu d’huile sur ma tête ; elle, au contraire, a répandu du parfum sur mes pieds. À cause de cela, je te le dis, ses péchés, ses nombreux péchés, lui sont remis parce qu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on remet peu montre peu d’amour. » 48 Puis il dit à la femme : « Tes péchés sont remis. » 49 Et ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes : « Qui est-il celui-là qui va jusqu’à remettre les péchés ? » 50 Mais il dit à la femme : « Ta foi t’a sauvée ; va en paix. »

 

Revenez à Moi de tout votre coeur,
car Je suis un Dieu de tendresse.

 

Voici maintenant le temps favorable,
Déchirez votre cœur et non vos vêtements,
Pour ne pas recevoir en vain la grâce du pardon.

 Voici maintenant le jour du Salut
Convoquez l’assemblée du Peuple devant le Seigneur
Qui sait ? S’Il revenait et nous comblait de sa miséricorde ?

 

Voici maintenant le temps du pardon
Laissez-vous réconciliez avec Dieu dans le Christ ;
Lui qui est sans péché, Dieu L’a fait péché pour nous.

Voici maintenant le temps de la miséricorde ;
Ouvre ton cœur au pauvre et partage ton pain,
Et Dieu te comblera de la douceur de sa bénédiction

 

 

Extrait de l'homélie du Pape François du 13 mars 2015:

 

L’Evangile que nous avons entendu (cf. Lc 7, 36-50) nous ouvre un chemin d’espérance et de réconfort. Il est bon de sentir sur nous le même regard plein de compassion de Jésus, comme celui qu’a ressenti la femme pécheresse dans la maison du pharisien. Dans ce passage, deux mots reviennent avec insistance: amour et jugement.

Il y a l’amour de la femme pécheresse qui s’humilie devant le Seigneur; mais avant encore, il y a l’amour miséricordieux de Jésus pour elle, qui la pousse à s’approcher. Ses pleurs de repentir et de joie lavent les pieds du Maître, et ses cheveux les sèchent avec gratitude; les baisers sont l’expression de son affection pure; et l’onguent parfumé versé en abondance atteste à quel point Il est précieux à ses yeux. Chaque geste de cette femme parle d’amour et exprime son désir d’avoir une certitude inébranlable dans sa vie: celle d’avoir été pardonnée. Et cette certitude est très belle! Et Jésus lui donne cette certitude: en l’accueillant, il lui démontre l’amour de Dieu pour elle, précisément pour elle, une pécheresse publique! L’amour et le pardon sont simultanés: Dieu lui pardonne beaucoup, lui pardonne tout, car «elle a montré beaucoup d’amour» (Lc 7, 47); et elle adore Jésus parce qu’elle sent qu’en Lui se trouve la miséricorde et non la condamnation. Elle sent que Jésus la comprend avec amour, elle, qui est une pécheresse. Grâce à Jésus, Dieu laisse derrière lui ses nombreux péchés, ne s’en souvient plus (cf. Is 43, 25). Parce que cela aussi est vrai: lorsque Jésus pardonne, il oublie. Le pardon de Dieu est grand! Pour elle commence à présent une nouvelle saison; elle est renée dans l’amour à une vie nouvelle.


Cette femme a vraiment rencontré le Seigneur. En silence, elle lui a ouvert son cœur; dans la douleur, elle lui a montré le repentir pour ses péchés; avec ses pleurs, elle a fait appel à la bonté divine pour recevoir le pardon. Il n’y aura aucun jugement pour elle, si ce n’est celui qui vient de Dieu, et c’est le jugement de la miséricorde. Le protagoniste de cette rencontre est assurément l’amour, la miséricorde, qui va au-delà de la justice.

(...)

Le rappel de Jésus pousse chacun de nous à ne jamais s’arrêter à la surface des choses, en particulier quand nous sommes face à une personne. Nous sommes appelés à regarder au-delà, à miser sur le cœur pour voir de combien de générosité chacun est capable.

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

Concrêtement:

Laisser la miséricorde éclairer ma vie. Sa lumière mettre en évidence les zones d’ombre, la réalité de mon péché mais sans jugement de la part du Père. Décider de vivre ce carême avec un profond désir que le Seigneur me fasse mieux percevoir la réalité de mon péché à la lumière de sa tendresse paternelle. Prendre conscience que je rayonne déjà cet amour et suis appelé à le rayonner davantage.

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

 

 

 

 

 

 

La Prière du Père Michel Hubaut « Seigneur, fais de moi un homme de réconciliation » : 

« Seigneur, Toi qui as dit :

« Si ton frère a quelque chose contre toi,

n'attends pas qu'il fasse le premier pas,

mais va d'abord toi, te réconcilier avec lui »,

écoute ma prière :

 

quand je suis scandalisé par la division des chrétiens,

donne-moi l'honnêteté de m'informer

sur la richesse des traditions de nos frères séparés.

 

Quand je suis scandalisé par les fanatismes,

les exclusions et les anathèmes

des croyants et des non-croyants,

donne-moi de jeter des ponts entre ces groupes différents.

 

Quand je suis scandalisé par le mépris, le racisme

envers les immigrés, les juifs ou les musulmans,

donne-moi le courage d'inviter l'étranger chez moi.

 

Quand je me plains de l'ennui de mon quartier

où chacun reste enfermé chez lui, où il ne se passe rien,

donne-moi de susciter des rencontres entre voisins.

 

Quand je ne comprends plus le comportement de ces jeunes

qui cassent, couvrent les murs de graffitis, se droguent,

donne-moi de prendre le temps de les écouter.

 

Quand je souffre des calomnies envers les prêtres mariés,

de la situation faite aux frères et sœurs divorcés,

donne-moi de ne jamais les juger, de les respecter

et de leur ouvrir ma porte et celle de la communauté.

 

Quand je me révolte devant tant d'innocents

injustement emprisonnés, torturés,

donne-moi de m'engager

avec ceux qui luttent pour obtenir leur liberté.

 

Quand je suis bouleversé par tant d'hommes

exploités, affamés,

donne-moi le courage de risquer de nouvelles manières de vivre en société.

 

Alors, Seigneur, Tu feras jaillir de ma vie

une petite étincelle qui de proche en proche,

sera capable de propager

le grand feu de la réconciliation universelle. Amen. » 

 

 

 


Psaume

Seigneur, nombreuses sont tes tendres-ses; dé-li-vre-moi par ta Pa-ro-le

 

Vois ma détresse et viens me délivrer,

car je n'ai pas oublié ta Loi:

 

Prends ma défense et rachète-moi,

rends- moi la Vie car Tu me l'as promis:

 

Le Salut reste loin des pécheurs,

eux qui n'ont pas cherché les Paroles de ta Loi.

 

Tu répands l'abondance de tes miséricordes Seigneur:

fais-moi vivre selon tes desseins:

 

Qu'ils sont nombreux à me poursuivre et m'écraser:

je ne me suis pas écarté des Paroles de ton Alliance.

 

J'ai vu ceux qui Te renient, je les ai pris en dégoût,

parce qu'ils n'ont pas gar ta Promesse.

 

Vois combien j'aime les Paroles de ta Loi:

en ton Amour, Seigneur, fais-moi vivre.

 

Le coeur de ta Parole c'est la fidélité:

ton dessein de Salut demeure à tout jamais.

 

 


Extrait du livre Miséricorde du Pape François:

 

A travers les sacrements de l'initiation chrétienne, le baptême, la confirmation et l'eucharistie, l'homme reçoit la vie nouvelle dans le Christ. Or, nous le savons tous, nous portons cette vie "dans des vases d'argile", nous sommes encore soumis à la tentation, à la souffrance, à la mort et, à cause du péché, nous pouvons même perdre la vie nouvelle. C'est pourquoi le Seigneur Jésus a voulu que l'Eglise continue son oeuvre de salut également à l'égard de ses propres membres, en particulier avec le sacrement de la réconciliation et celui de l'onction des malades, qui peuvent être réunis sous le nom de "sacrements de guérison". Lorsque je vais me confesser, c'est pour me guérir l'âme, le coeur et quelque chose que j'ai fait qui ne va pas.

(...)

Le pardon de nos péchés n'est pas quelque chose que nous pouvons nous donner nous même. (...) Le pardon se demande, il se demande à un autre, et dans la confession nous demandons le pardon à Jésus. (...)

Dans la célébration de ce sacrement, le prêtre ne représente pas seulement Dieu, mais toute la communauté, qui se reconnait dans la fragilité de chacun de ses membres, qui écoute avec émotion son repentir, qui se réconcilie avec lui, qui le réconforte et l'accompagne sur le chemin de la conversion et de maturation humaine et chrétienne. Oui, on peut dire à Dieu "pardonne-moi", mais nos péchés sont aussi contre nos frères, contre l'Eglise. C'est pourquoi il est nécessaire de demander pardon à l'Eglise à nos frères, en la personne du prêtre.

 

 

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

Concrêtement:

Accueillir mon histoire comme le lieu concret de l’Alliance que le Père veut vivre avec moi. Quelles que soient les situations que je vis, m’émerveiller de cette volonté du Père qui vient toujours me rejoindre et m'offrir son Amour. Choisir comment je veux vivre ce carême en laissant la miséricorde de Dieu éclairer ce que je suis et donner sens à ce que je vis.

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

Comme les entrailles d'une mère:

 

Seigneur, ton amour est vulnérable
comme celui d’une mère ;
tu es “ému jusqu’aux entrailles”,
tu débordes de compassion
quand l’un de tes enfants
revient vers toi, déchiré,
et fait, simplement, l’aveu de sa misère.

Me voici devant toi, comme un enfant blessé
qui ne cherche pas à cacher ses plaies devant sa mère,
car il sait que c’est en lui découvrant son mal
qu’il va raviver sa tendresse maternelle.
Je suis ton enfant qui apprend à marcher,
tombe, titube et tombe encore,
se cogne sur le rebord de la table
et s’entaille les lèvres ou l’arcade sourcilière ;
Seigneur, c’est long l’apprentissage à la liberté !
J’ai des bosses et des blessures
sur le front, sur les genoux, partout...

Mais je sais aussi que le jour où son enfant
est devenu un homme libre,
capable de tenir debout
et de prendre sa vie en main,
une mère ne se souvient plus qu’en riant
de toutes ses bêtises d’antan...

Toi aussi, Seigneur,
tu t’intéresses plus à mon devenir
qu’à mes péchés de jeunesse ;
tu regardes toujours devant et jamais en arrière ;
Sans doute, arriverai-je au ciel
avec des sparadraps un peu partout
et des cicatrices plein le cœur...
mais qu’importe, Seigneur !
L’essentiel n’est-il pas de marcher
et d’arriver jusqu’à toi ?

Je crois, Seigneur, que tu m’aimes
et je sais que faire l’aveu de son péché
devant quelqu’un qui nous aime
n’est ni honteux ni humiliant
mais source de liberté nouvelle
Seigneur, ton pardon m’émerveille !

 

R/ Lave-moi, Seigneur mon Dieu,
Purifie-moi, prends pitié de moi.

1 - Pitié pour moi, en ta bonté,
En ta tendresse efface mon péché.
Garde-moi de toute malice,
Et de ma faute purifie-moi.

2 - Car mon péché, moi je le connais,
Et devant moi il est sans relâche.
Contre toi, toi seul j'ai péché,
Ce qui est mal à tes yeux je l'ai fait.

3 - Ne me repousse pas loin de ta face,
Ne m'ôte pas ton Esprit Saint.
Recrée en moi, ô Dieu un cœur pur,
Remets en moi un esprit résolu.

4 - D'un cœur brisé tu n'as point de mépris.
Rends moi la joie de ton salut.
Fais que j'entende les chants d'allégresse,
Afin qu'ils dansent, les os que tu broyas !

 

Seigneur, viens à notre secours!

Seigneur, je m'incline devant toi avec humilité,
Tu chantes pour moi,
Tu chantes pour nous tous 
un chant d'amour fidèle depuis les temps anciens
et, si souvent, je ne l'entends pas.

Tu offres une eau claire
en suffisance à ma soif
en suffisance à notre soif
et, si souvent, je trouble l'eau des autres.

Tu prends soin de moi
Tu prends soin de nous tous 
au jour du brouillard
et, si souvent, je bouscule de l'épaule
les plus faibles que moi.

Seigneur jusques-à quand
mon pied sera-t-il boiteux devant  toi?

Viens toi-même chercher en nous 
ce qui est perdu,
fortifier en nous ce qui est malade...
Viens à notre secours,
nous t'en prions Seigneur!

 

 

 

 

 

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

Concrêtement:

Être attentif à ce qui me centre sur moi-même dans les relations que je vis ou dans les choix que je fais. Repérer alors comment cela fausse ma manière d’accueillir les autres soit en les enfermant dans ce que j’attends d’eux, soit en les "utlisant" pour mes propres fins. Veiller durant ce carême à ce que mes exigences envers les autres soient ajustées à leur bien.

 

La miséricorde du Seigneur,
A jamais je la chanterai. 

 

Extrait d'un texte de Jean Paul II:

 

Les divisions se manifestent dans les rapports entre les personnes et entre les groupes, mais aussi au niveau des collectivités les plus vastes: nations contre nations, blocs de pays opposés et tendus dans la recherche de l'hégémonie. A la racine des ruptures, il n'est pas difficile d'identifier des conflits qui, au lieu de se résoudre par le dialogue, s'exacerbent dans l'affrontement et dans l'opposition. (...)

Parmi tant d'autres phénomènes sociaux douloureux de notre temps, on peut rappeler:

  • le fait de fouler aux pieds les droits fondamentaux de la personne humaine, à commencer par le droit à la vie et à une digne qualité de vie, ce qui est d'autant plus scandaleux que l'on n'a jamais fait autant de discours sur ces mêmes droits;

  • les pièges tendus et les pressions exercées contre la liberté des individus et des groupes, sans oublier la liberté, plus atteinte même et plus menacée que d'autres, d'avoir sa propre foi, de la professer et de la pratiquer;

  • les diverses formes de discrimination: raciale, culturelle, religieuse, etc.;

  • la violence et le terrorisme;

  • l'usage de la torture et les formes injustes et illégitimes de répression;

  • l'accumulation des armes conventionnelles ou atomiques, la course aux armements entraînant des dépenses de guerre qui pourraient servir à soulager la misère non méritée de peuples socialement et économiquement sous-développés;

  • la répartition injuste des ressources du monde et des biens de la civilisation, qui atteint son sommet dans un type d'organisation sociale où la distance entre les conditions humaines des riches et celles des pauvres s'accroît toujours davantage(2). La puissance irrésistible de cette division fait du monde où nous vivons un monde éclaté(3) jusqu'en ses fondements.

(...)

Bien que ces déchirures apparaissent déjà fort impressionnantes à première vue, seule une observation en profondeur permet d'identifier leur racine: celle-ci se trouve dans une blessure au coeur même de l'homme. A la lumière de la foi, nous l'appelons le péché, à commencer par le péché originel que chacun porte en soi depuis sa naissance comme un héritage reçu de nos premiers parents, jusqu'au péché que chacun commet en usant de sa propre liberté.

Et pourtant, le même regard, s'il conduit ses investigations avec assez d'acuité, saisit au plus vif de la division un désir incomparable, ressenti par les hommes de bonne volonté et par les vrais chrétiens, de réduire les fractures, de cicatriser les déchirures, d'instaurer à tous les niveaux une unité essentielle. (...)

Dans tous les cas, l'aspiration à une réconciliation sincère et profonde est, sans l'ombre d'un doute, un mobile fondamental de notre société, et comme le reflet d'une incoercible volonté de paix; en dépit du paradoxe, elle l'est aussi fortement que sont dangereux les facteurs de division.

Toutefois, la réconciliation ne peut être moins profonde que la division. La nostalgie de la réconciliation et la réconciliation elle-même seront totales et efficaces dans la mesure où elles atteindront - pour le guérir - le déchirement primordial qui est la racine de tous les autres, à savoir le péché.

 

 

Prières d'intercessions:

Misericordes Sicut Pater (bis)

 

En cette Année sainte de la Miséricorde , le pape François envoie à travers le monde des « Missionnaires de la Miséricorde » dotés de pouvoirs particuliers….
Cependant, de par leur sacerdoce, dans le sacrement de pénitence, tous les prêtres sont missionnaires de la Miséricorde …
Esprit Saint, par eux, guide-nous vers le Père de toute miséricorde !

 

Misericordes Sicut Pater (bis)

 

Seigneur, nous te confions les hommes et les femmes qui n’osent pas vivre le Sacrement de Réconciliation. Permets-leur une rencontre qui les mène à ton immense Miséricorde, qu’ils connaissent la joie d’être pardonné.

Misericordes Sicut Pater (bis)

Seigneur, aide notre monde chargé de conflits et de haine à se laisser toucher par la lumière de la réconciliation.

Misericordes Sicut Pater (bis)


Seigneur, dans ta grande miséricorde, nous te demandons humblement, en ces temps de carême, de nous donner la force de pardonner à ceux qui nous ont offensés afin qu'à l'image de Jésus nous puissions enfin nous réconcilier et retrouver la paix de l'âme et de l'esprit.

 

 

 

Je vous salue, Marie
Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,
le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen.

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6