Facebook PixelLe droit fondamental à la Vie - Hozana
Veillée pour la Vie !

Veillée pour la Vie ! dans Prions pour toute Vie naissante

Publication #5Initialement publiée le 23 novembre 2014

Le droit fondamental à la Vie

Le droit fondamental à la Vie

Cher ami,

Notre neuvaine continue et nous sommes au 3ème mois de la grossesse. Le fœtus a beaucoup grandi et il a pris du poids : il mesure 5 cm de la tête au coccyx, et 7,5 cm de la tête aux talons. Il pèse maintenant 18 g. Nous vous proposons de commencer par découvrir ses dernières évolutions.

Focus bioéthique

Le visage est maintenant facile à repérer. Les yeux ont migré des côtés vers l’avant du visage. Les paupières recouvrent maintenant les yeux. Les lèvres sont aussi bien définies et l’embryon peut ouvrir la bouche. Il boit même du liquide amniotique. Heureusement, ses reins et le système urinaire ont commencé à fonctionner. Ils filtrent le liquide avalé et le rejette, dans la vessie, sous forment d’urine.

Dans la bouche et dans le nez, les premières structures cellulaires se sont transformées pour former les bourgeons du goût (papilles) et de l’odorat. Les cordes vocales amorce aussi leur développement.

73785-le-droit-fondamental-a-la-vie

Tous les organes et les systèmes vitaux sont maintenant partiellement formés. Les extrémités se peaufinent aussi : les ongles commencent leur développement.

Dans le cerveau, les cellules nerveuses se multiplient.

Nous sommes au troisième mois, date clé : celle des 12 semaines de la grossesse. C’est le délai légal d’avortement en France. Nous vous proposons d’aborder ce thème sensible sous la protection de Sainte Jeanne Berreta Mola en regardant cette belle vidéo extraite du film l’Odyssée de la Vie qui montre bien les deux, trois et quatrième mois de grossesse en accéléré : 

La bienheureuse Jeanne, un modèle du don de soi

Médecin et mère de famille italienne engagée, elle est atteinte de maladie alors qu’elle était enceinte. Elle a préféré ne pas être soignée pour que son enfant puisse vivre. Elle a fait le sacrifice de sa vie volontairement. En effet, rien ne s’opposait à ce qu’elle soit soignée mais dans ce cas, son enfant n’aurait pas survécu. Jeanne a mis au monde une petite fille, Jeanne-Emmanuelle, qui assistera 42 ans plus tard à la canonisation de sa mère.

73786-le-droit-fondamental-a-la-vie

A son sujet, le pape Jean-Paul II a prononcé ces paroles : « A l'exemple du Christ, 'qui ayant aimé les siens, les aima jusqu'à la fin' (Jn 13, 1), cette sainte mère de famille resta héroïquement fidèle à l'engagement pris le jour de son mariage. Le sacrifice extrême qui scella sa vie, témoigne que seul celui qui a le courage de se donner totalement à Dieu et à ses frères se réalise lui-même. » Quel plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ?

Avec Sainte Jeanne, Prions

  • Prions pour les mères en détresse qui veulent garder leur enfant, afin qu’elles puissent trouver aide et assistance auprès des associations d’aide aux futures mères.
  • Prions Jésus et sa sainte Mère pour les femmes qui sont tentées de refuser la vie à l’enfant que Dieu leur a confié et qu’elles obtiennent l’aide nécessaire.
  • Prions pour que Dieu, qui a envoyé son Fils pour nous sauver et non pour nous condamner, touche les cœurs de celles qui ont subi un avortement et leur apporte le don de pardon et de guérison. Qu’à cette lumière, les pauvres pécheurs qui ont eu recours à l’avortement ou l’ont encouragé, accueillent le pardon de Dieu dans le sacrement de réconciliation !

L’avortement en France est un drame qui touche une femme sur huit (INED 2010) et cause 220 000 décès d’enfants à naître chaque année. Il y a eu près de 8 millions d’avortements depuis la loi autorisant l'avortement en 1975. Prenons le temps de mieux connaître ce fléau qui frappe presque 50 millions d’enfant par an dans le monde.

L’avortement

C’est la mort prématurée de l'embryon ou du fœtus au cours de son développement.

On distingue dans la loi Veil de 1975 deux types d’avortement :

● L’interruption volontaire de grossesse (IVG) autorisée par la loi jusqu'à la 12ème semaine du fœtus (14ème semaine d'aménorrhée). Initialement, la loi prévoyait cette possibilité en cas de détresse de la mère ; ce n’est actuellement plus le cas car cette notion a été supprimée en 2014, le 21 janvier par l'Assemblée Nationale.

● L’interruption médicale de grossesse (IMG) autorisée par la même loi jusqu'au terme de la grossesse (9 mois) si la vie de la mère est en danger ou si le fœtus a une forte probabilité d’être atteint d'une affection grave et incurable.

Avant ces 12 semaines, le fœtus peut-être avorté comme s’il n’était qu’un amas de cellule. Après cette étape, on pourrait croire qu’il bénéficie d’une relative protection, comme s’il devenait un être humain. Le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) évoque les termes de « personne humaine potentielle ». Cependant, cette dénomination, qui semble conférer une certaine protection au fœtus, ne l’empêchera pas d’être avorté jusqu’au terme de la grossesse pour des raisons dites « thérapeutiques ». Ce terme est erronné : on ne soigne pas par l'avortement.

Réfléchissons :

Pourquoi 12 semaines ? Cette question nous intérroge sur le délai des douze semaines : quels sont ces fondements scientifiques, ses équivalent en Europe, ses perspectives ?

  1.  Sur le plan scientifique, ces 12 semaines ne sont pas un commencement mais une étape parmi tant d’autres dans le développement du fœtus qui a commencé dès la fécondation. La qualification de « personne humaine potentielle » du fœtus est erronée : Avant et après les 12 semaines, c’est une personne humaine !
  2. 12 semaines en France, 24 aux Pays-Bas et en Angleterre : est-ce qu’il faut 12 semaines de plus pour devenir une personne humaine en Hollande et en outre-Manche pour bénéficier d’une relative protection ?
  3. Au-delà des 12 semaines, pourquoi avorter en cas de maladie sans se poser d’abord la question de soigner ces êtres humains ?

Ces questions montrent que les lois actuelles sont illogiques d’un pays à l’autre et que nous ne pouvons pas en rester là. La bienheureuse Mère Térésa nous y invitait déjà lors de la remise de son Prix Nobel de la Paix, le 10 Décembre 1979 :

       « Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ?    Bienheureuse Mère Térésa

Action !

Le 26 novembre sera soumise au vote des députés une proposition de résolution « visant à réaffirmer le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse ». La fondation Jérome Lejeune a lancé une grande opération en vu de protéger les enfants à naître contre le droit fondamental à l’IVG.

Vous pourrez y participer en cliquant sur ce lien : Action pour le droit fondamental pour la Vie

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

9 jours pour 9 mois !

Publication #1Initialement publiée le 19 novembre 2014

Le commencement de toute vie humaine

Publication #2Initialement publiée le 20 novembre 2014

L'appel de l'Eglise à protéger toute Vie naissante

Publication #3Initialement publiée le 21 novembre 2014

20 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader