L'attente d'une Vierge - 11/30

L'attente d'une Vierge - 11/30
loader

 

Le grand signe d’une jeune fille qui doit enfanter miraculeusement (Isaïe 7,10)

(Vierge Marie) 

« Le Seigneur lui-même vous donnera un signe :
Voici que la Vierge est enceinte et elle enfantera un fils
et elle lui donnera le nom d'Emmanuel »
(Isaïe 7,10)

 

Isaïe est considéré comme le plus grand prophète messianique, et juste après le récit de sa vocation au cours d’une vision dans laquelle se révèle à lui le Dieu « trois fois saint » (Is 6,3), il est envoyé par le Seigneur pour raffermir la foi d’Achaz, roi de Juda, de la maison de David, qui tremble devant le roi d’Aram et le roi d’Israël en marche contre lui (Is 7,1-9). Face à la menace d’un changement de dynastie et donc d’une extermination de la famille royale régnante, « le prophète fait remarquer à Achaz et aux princes de Juda que la conservation de leur famille est garantie comme une conséquence de la promesse divine qui lie le Rédempteur futur à la maison de David » (DEHS 2 page 19) et il profite de l’occasion pour ajouter un nouveau trait aux prophéties déjà existantes : « la naissance toute miraculeuse du Sauveur » (DEHS 2 page 28) dont parlera le chapitre 7 du livre d’Isaïe ainsi que les 5 chapitres suivants « lesquels s’enchainent admirablement », les chapitre 9 et 11 s’étendant plus spécialement sur la naissance très particulière de cet enfant (DEHS 2 page 28).

Dans la tradition juive,

l’ancienne Synagogue ne faisait aucune difficulté pour attribuer évidemment toutes ces prophéties au Messie et la promesse de ce « signe » eu évidemment un grand retentissement : 30 ans plus tard, le prophète Michée « qui marche sur les traces d’Isaïe au point de répéter quelques fois ses prophéties mot à mot » (DHES 2 p.62) parlera à son tour, en référence à cet oracle, de « Celle qui doit enfanter » (Mi 5,2), mais après l’avènement du Christianisme qui se référait bien logiquement et naturellement à « la Vierge », les rabbins se sont mis à contester cette interprétation antique et à l’attaquer de différentes manières. Pour cette raison, la prophétie d’Isaïe est longuement analysé par Paul Drach dans le second tome de son livre « De l’Harmonie entre l’Église et la Synagogue » (cf. DEHS 2 - page 11 à 382)  

Les rabbins modernes ont d’abord contesté la traduction par « Vierge » du terme hébreux « Alma » qui est utilisé pour désigner la jeune fille mais c’est bien exactement ce terme (parthénos) qui a été choisi dans la traduction grecque inspirée des Septantes, et Paul Drach montre que ce terme est celui qui convenait le mieux pour indiquer ce sens précis (cf. DHES 2 p.120 -172) :  

- Naara, ne convient pas, étant un nom générique qui désigne toute jeune femme, soit vierge, soit non vierge, comme le masculin Naar désigne tout jeune garçon
- Betula, non plus qui désigne une jeune femme vierge sans distinction d’âge, jeune ou vieille (p.129), qui a les signes matériels de la virginité (p.161) quelques soient son âge, ses mœurs ou ses dispositions morales,
- Alma, par contre, signifie étymologiquement cacher, soustraire au regard, ôter à la connaissance de tiers, et il désigne exactement une jeune femme vierge, dans l’innocence la plus absolue, tenue loin de toute communication avec les individus de l’autre sexe (p.161).

Il établit ensuite également contre les différentes contestations modernes :
- que selon le texte et la tradition antique, cette prophétie n’est pas pour de suite, mais pour un temps « fort éloigné » (DHES 2 p.24 et 175-186) ;
- que le nom de « Emmanuel » (qui se traduit « Dieu-avec-nous » - cf. Mt 1,23) convient parfaitement pour désigner le Messie, ce nom étant regardé comme un nom de qualité et non comme un nom propre (DHES 2 p.187-188) et il précise que c’est un usage assez ordinaire chez les anciens hébreux de substituer un nom à un autre nom ayant au fond la même signification comme c’est par exemple le cas pour Moïse qui avait jusqu’à 10 noms, ou pour Jéthro son beau-père, qui en avait au moins 7 (DHES 2 p.190) ;
- que la prophétie se référait bien à un miracle important sans quoi elle n’aurait aucun sens (DHES 2 p.186) ;
- que le roi Ézéchias, successeur d’Achaz, ne peut pas être le fils concerné, pour bien des raisons, notamment parce qu’il était déjà né et âgé d’au moins 9 ans au moment où la prophétie a été donnée (DHES 2 p.87 et 207),
- que selon la tradition ancienne, consignée par écrit dans les livres des rabbins, la naissance du Christ devait bien sortir des règles ordinaires de la nature (DHES 2 p.37),
- qu’il devait « venir d’ailleurs (DHES 2 p.39)
- et que Dieu avait annoncé qu’il allait faire « une chose nouvelle » (DHES 2 p.43).

Paul Drach se demande enfin d’où vient ce respect universel pour la virginité (DHES 2 p.237-258) ? Il  note qu’on le trouve dans tous les peuples : chez les Égyptiens (Isis), chez les Grecs (Pythonisses) et les Romains (Vestales et Sybilles), chez les Gaulois (Druidesses vierge et les Druides qui croyaient à la future vierge mère, « virgini pariturae », de Chalons, Longpont, Chartres, etc.), chez les musulmans, les indiens, les Péruviens, les Mexicains, etc. L’auteur propose une explication : « la tradition des premiers Patriarches du genre humain peut seule nous l’expliquer. Une Vierge devait donner au monde le Libérateur que toutes les nations désiraient : voilà le mot de l’énigme » (DHES 2 p.267)

Dans l’accomplissement chrétien,

la naissance du Christ Jésus de la Vierge Marie sans l’intervention d’un père humain est attestée par  les Évangiles de Matthieu (Mt 1,18) et de Luc (Lc 1,27), qui y reconnaissent le signe annoncé par le prophète Isaïe (Mt 1,23). Ce signe convient parfaitement pour manifester la venue du Fils éternel de Dieu, « né du Père avant tous les siècles » (Credo) et Jésus peut véritablement être appelé « du nom d’Emmanuel, ce qui se traduit "Dieu avec nous" » (Mt 1,23), parce qu’il est le Verbe éternel « qui s’est fait chair » et « qui a habité parmi nous » (Jn 1,14).

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

23 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Claire
Claire place Québec, avant-hier
Gloire et Louanges à toi Vierge Marie, pour avoir donné naissance à ton Fils Jésus et le Fils du Père, par l'opération du Saint Esprit. Amen, Alléluia, soyons dans la joie, Alléluia !
    Vicenta
    Vicenta place Lima, il y a 3 jours
    Amen.
      Claire
      Claire place Québec, avant-hier
      Amen.
        Patrick
        Patrick place Neuilly-sur-Seine, il y a 4 jours
        « Ô mère du Verbe incarné ne méprisez pas mes prières, mais daignez les exaucer. »
          Claire
          Claire place Québec, avant-hier
          Amen.
            Marie-Thérèse
            Marie-Thérèse place Quincy-Voisins, il y a 4 jours
            En union de prières - Amen -
              Claire
              Claire place Québec, avant-hier
              Union de prières. Amen.
                Florence
                Florence place Plouray, il y a 4 jours
                amen
                  Claire
                  Claire place Québec, avant-hier
                  Amen.
                    Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies