Facebook PixelSe préparer à la journée internationale des pauvres avec le st patron de Caritas - Hozana

Se préparer à la journée internationale des pauvres avec le st patron de Caritas

Se préparer à la journée internationale des pauvres avec le st patron de Caritas

Demain, dimanche 18 novembre, aura lieu la deuxième journée mondiale des pauvres.

"Un pauvre a crié, Dieu l’écoute et le sauve".

Il n’y a pas de meilleur exemple que Monseigneur Romero pour se préparer à cette fête. Trouvons dans ce martyre, le courage et l’envie d'aller aux périphéries, où nos frères, plus pauvres, n’attendent qu’une seule chose : que nous leur montrions le visage du Christ.

Dans son message pour la journée internationale des pauvres, le pape François nous dit que les paroles du psaume se font nôtres à partir du moment où nous rencontrons différentes situations de souffrance et de marginalisation dans lesquelles vivent tant de frères et sœurs, que nous prenons l’habitude d’appeler « pauvres ».

Le pape François poursuit en signalant que le psaume se caractérise par trois verbes : celui de crier, de répondre et enfin d’être libérer. Le pauvre homme crie et notre père céleste lui répond.

Saint Oscar Romero fut une réponse à une Amérique Latine (et tout spécialement au El Salvador) qui avait besoin de sentir la douceur du Seigneur. Romero assuma le rôle que lui avait confié le Seigneur : rappeler à son troupeau que leur pasteur ne les avait pas oubliés. En chaque réponse qu’Il nous adresse, le Seigneur nous trace un chemin de libération, un chemin où Il nous sauve. Un salut qui n’est pas abstrait mais réel, puisqu’il s’agit d’une rencontre personnelle. Le pape François nous l’explique en nous faisant remarquer que le salut de Dieu prend la forme d’une main tendue aux pauvres, une main qui offre un abri, protège et nous donne à vivre ce dont bien souvent nous manquons le plus : l'expérience de l'amitié.

Saint Oscar Romero, est le saint patron de Caritas pour sa sensibilité envers les plus pauvres et les marginalisés. Et, contemplant en eux le visage de Dieu, Monseigneur Romero était cette main tendue vers les pauvres, qui a accueilli, protégé, jusqu'à donner sa vie pour son troupeau.

Saint Oscar Romero nous a rappelé, dans l'une de ses homélies, que le Seigneur nous entend. Monseigneur Romero nous mettait au défi de répondre aux cris de nos frères et sœurs : le cri de libération de ce peuple est un cri qui s'élève à Dieu et que rien ni personne ne peut arrêter. Que Monseigneur Romero et cette Journée mondiale des pauvres qui s’approche nous apprennent à répondre non seulement avec des mots, mais avec des actes aux cris des plus pauvres. Ces actes il s’agit finalement de nous-même, les êtres humains. Sommes-nous véritablement une réponse de miséricorde à nos frères les pauvres ? Quelle est l'option préférentielle des pauvres ? L'amour pour les petits de ce monde :Ce n'est pas de la démagogie, ce n’est que le pur Evangile. Nous devons nous préoccuper des intérêts des pauvres, des plus petits, mais pas pour n’importe quelle raison, mais parce que dans chaque pauvre, se trouve Jésus. Lorsqu’en un pauvre, vous ne voyez qu'un rival, qu’un imprudent, quelqu'un qui vient vous gâcher vos soirées, alors dans ce cas-là, bien sûr, il vous est impossible de percevoir en Lui le visage du Christ. Mais si vous l’embrassez, le prenez dans vos bras comme le Christ a pris le lépreux ou le bon Samaritain blessé sur le chemin, c’est le Christ lui-même que vous serrerez contre vous. Sans cette transcendance, la perspective de justice n'est pas possible. Le Christ est présent dans les plus petits. (Homélie 30 septembre 1979, VII page 314)

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader