Le privilège d’être « auxiliatrice de Dieu-même »

Le privilège d’être « auxiliatrice de Dieu-même »
Pour employer dans leur sens propre les termes de l’Apôtre, je te considère comme une auxiliatrice de Dieu même, comme le soutien et le réconfort des membres abattus de son Corps ineffable. (3ème lettre de Claire à Agnès).

Méditation:

Ces paroles de Claire à Agnès ne sont-elles pas le miroir du regard qu’elle porte sur sa propre  vocation? "Claire est persuadée qu'il n'y a pas de vie apostolique si on ne s'immerge pas dans le flanc déchiré du Christ crucifié" (St Jean-Paul II). A entendre ses mots, on voit Marie, la Femme bénie entre toutes les femmes,  debout au pied de la Croix, et la Pieta recueillant et offrant le Corps livré de son Enfant. On voit Marie, figure de l’Eglise née de son côté ouvert, soutenant de sa foi, de son espérance et de son amour, le Corps du Christ en qui s’actualise chaque jour le Mystère Pascal. On voit tant de visages de femmes, à commencer par celui de toutes les mères qui offrent, tout au long de leur vie, soutien et réconfort à ceux qu'elles considèrent toujours, et jusque dans les pires détresses, comme le fruit de leurs entrailles!

Dans ces paroles de Claire, nous reconnaissons aussi tant d’appels reçus chaque jour dans nos Monastères, pour soutenir et réconforter toute personne reconnue et accueillie comme membre du Corps du Christ. La Passion de Jésus ne cesse de s’actualiser en tant de souffrances sur la terre… Mais la compassion de Marie s’actualise elle aussi, et ne cesse de résonner comme un appel à mettre en œuvre au quotidien ce « privilège de la féminité ». Ecoutons encore St Jean-Paul II:

Claire et ses soeurs avaient un coeur grand comme le monde: étant contemplatives, elles intercédaient pour toute l'humanité. En tant qu'âmes sensibles aux problèmes quotidiens de chacun, elles savaient prendre en charge chaque peine: il n'y avait pas de préoccupation d'autrui, de souffrance, d'angoisse, de désespoir qui ne trouvât un écho dans leur coeur de femmes priantes.

Parole de Dieu:

Or près de la croix de Jésus se tenait sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d'elle  le disciple qu'il aimait, dit à sa mère:"Femme, voici ton fils." Puis il dit au disciple:"Voici ta mère." Et à partir de cette heure-là, le disciple l'a pris chez lui. (Jn 19,25-27)

Prière:

Seigneur Dieu, nous venons de fêter avec toute l'Eglise la Transfiguration de Jésus : ce mystère qui donna aux disciples la force d'affronter la Passion et la Croix. A l'école de la Vierge Marie, debout au pied de la Croix, accorde-nous la grâce de la Compassion pour que  nous nous tournions vers les coeurs blessés et communions à leur souffrance. Nous Te demandons cette grâce afin de nous unir davantage au Christ qui, sur la croix, eut le coeur transpercé. Donne-nous un "coeur grand comme le monde", des entrailles sensibles à la détresse d'autrui, pour accueillir dans notre prière les peines des autres,  les présenter à Ton Coeur Brûlant d'Amour, et appeler sur eux l'Esprit Consolateur.

Piste pour la journée

Aujourd'hui je me fais, à l'image de la Vierge Marie, de Claire et de ses soeurs: "auxiliatrice de Dieu même, soutien et réconfort" de  tous mes contemporains en souffrance, à commencer par les plus proches. Je reconnais en eux les membres vivants du Corps du Christ Crucifié. Je fais au Père l'offrande de ma prière, afin qu'Il dépose sur toutes ces plaies, le baume de son Amour.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

8 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Ste Claire et le "Privilège de la Féminité".