Le privilège d’être sœur

Le privilège d’être sœur

Qu’est-ce donc qui spécifie l’ « être sœur » ? Cette harmonique du « Privilège de la féminité », comme les autres d’ailleurs, a un riche contenu dont nous ne pouvons approfondir tous les aspects dans les limites d’une brève méditation. Nous ne faisons qu’effleurer l’un ou l’autre aspect…

La chapelle de la Portioncule est, pour tous les frères et sœurs de l’Ordre franciscain, le lieu emblématique d’une origine et d’une histoire commune. Nous l’appelons « le berceau de l’Ordre ». Cette Chapelle dédiée à Marie a été restaurée par François qui, lors de son dépouillement devant l’Evêque d’Assise, avait déclaré : « Je puis dire désormais Notre Père, qui es aux cieux »… Sont « frères et sœurs » ceux qui, ayant même origine et histoire commune, éprouvent un sentiment spécifique d’appartenance commune, et se savent d’égale dignité. Frères et sœurs appartiennent au même cercle de famille, sont unis depuis l’enfance par les souvenirs du même foyer ! Se sentir frères et sœurs permet de vivre la proximité réciproque en toute sécurité, y trouvant un appui et le lieu de manifestation d’une tendresse paisible et désintéressée. La relation fraternelle est le premier lieu d’expérience et le premier fondement de la « communion des personnes » constitutive de notre être « à l’image et à la ressemblance de Dieu ».

Comme l’a souligné St Jean-Paul II dans son commentaire du Cantique des Cantiques, « l’expression « sœur » parle de l’union dans l’humanité et en même temps de la différence féminine, de l’originalité de cette humanité. Le terme « sœur » exprime une manière d’être en relation, une ouverture à l’autre compris comme « frère ». « En un certain sens, (…) la « sœur » aide l’homme à se définir et à se comprendre de cette manière, constituant pour lui une sorte de défi en ce sens ».

Ancrée dans l’amour virginal de Jésus « qui s’est fait notre frère », la femme a donc vocation d’aider l’homme à se définir, à se comprendre, à se vivre comme « frère ».

Claire n’a pas manqué, tout au long de sa vie, de mettre en œuvre son originalité, en même temps que d’encourager François et ses frères à vivre la leur. Elle en a aussi appelé à la sollicitude de François et de ses frères, les mettant au défi d’être les gardiens de sa vocation singulière : 

je remets et recommande mes sœurs, présentes et à venir, au successeur du bienheureux François et à tous les Frères de son Ordre, afin  qu’ils nous aident à toujours avancer plus loin dans le service de Dieu, et surtout à mieux observer la très sainte pauvreté (Testament de Ste Claire, 14)

Enfin, « sœur parmi ses sœurs », Claire a appris, au creuset du quotidien, à « vivre en sainte unité» avec celles qu’elle a su recevoir comme un don du Père des Miséricordes.

 Si une mère chérit et nourrit sa fille née de sa chair, combien plus une sœur doit-elle chérir et nourrir sa sœur née de l’Esprit .   (Règle de Claire 8, 16).

Encourageant à s’aimer de l’amour même du Christ celles qui sont nées de l’Esprit, et exhortant ainsi ses sœurs à triompher de l’envie, de la jalousie, de la domination, Claire fait vibrer au cœur de la relation fraternelle la fibre maternelle qui l’imprègne d’intense affection, de confiance et de sollicitude! François dans sa Règle pour les ermitages n’a-t-il pas recours à ce « privilège du cœur féminin », en confiant aux frères la mission d’être, à tour de rôle, « mères » les uns des autres ?

Parole de Dieu:

"Oui, il est bon, il est doux pour des frères  de vivre ensemble et d'être unis !

On dirait un baume précieux, un parfum sur la tête,  qui descend sur la barbe, la barbe d'Aaron,  qui descend sur le bord de son vêtement.

On dirait la rosée de l'Hermon qui descend sur les collines de Sion. C'est là que le Seigneur envoie la bénédiction,  la vie pour toujours." (Psaume 132)

Prière:

Seigneur, Toi que je peux appeler avec Jésus: "Notre Père", je Te loue pour ce cadeau que Tu me fais des frères et des soeurs en humanité. Apprends-moi à toujours plus et mieux les recevoir comme un don de Ta bienveillance. Apprends-moi aussi à veiller avec sollicitude à la mise en oeuvre du meilleur d'eux-mêmes, à la fidélité à leur vocation singulière. Aide-moi dans le combat contre l'envie, la jalousie, la domination qui tuent la fraternité.  Seigneur, montre-moi combien les frères et soeurs sont source et lieu de bénédictions!

Piste pour la journée

Aujourd'hui, je suis attentif à "chérir et nourrir selon l'Esprit" celles et ceux que le Seigneur met sur ma route et qu'Il m'invite à accueillir comme un frère ou une soeur dans l'Esprit. Je demande au Seigneur la grâce de savoir poser sur les autres Son regard bienveillant et miséricordieux.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Ste Claire et le "Privilège de la Féminité".